M. Zondo félicite l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur (OHMI) pour sa transparence, mais affirme qu’il ne peut pas conserver les produits de la corruption.

0
2
Image: Moneyweb

Le volume 1 de la dernière section (partie 4) du rapport de la Commission Zondo sur les années de capture de l’État, publié vendredi et couvrant en partie le groupe technologique EOH coté au JSE, fait l’éloge de la société et de son PDG actuel Stephen van Coller pour avoir engagé ENS Forensics de manière proactive afin d’enquêter sur les allégations de corruption au sein de la société.

Cependant, l’article affirme également qu’EOH ne devrait pas être autorisé à conserver les avantages de pratiques d’approvisionnement corrompues et irrégulières.

Lisez le volume 1 de la partie 4 du rapport Zondo ici.

La partie 4 du rapport, qui comprend quatre volumes, a été remise à la présidence par le professeur Itumeleng Mosala, secrétaire de la Commission Zondo.

“Sous la direction de M. [Stephen] van Coller et de son conseil d’administration actuel, EOH (…) enquête de manière proactive sur son implication historique dans des processus de passation de marchés corrompus et irréguliers, porte les faits pertinents à l’attention des autorités et tend à réparer les organes de l’État aux frais desquels elle a profité de ces pratiques. ”

Lire : La quatrième partie du rapport Zondo contient des révélations explosives sur la capture de l’État.

Les preuves soumises par Van Coller à la Commission décrivent un environnement d’entreprise dans lequel les actes répréhensibles ont pu prospérer chez EOH, avec une forte concentration de pouvoir entre les mains de quelques cadres, des ventes de licences de logiciels gonflées, une succession d’irrégularités dans les appels d’offres, l’utilisation d’intermédiaires ayant des liens politiques pour réaliser des ventes, et un système de cadeaux et de paiements à des sous-traitants pour lesquels il n’y avait aucune preuve de travail.

Un thème récurrent de l’enquête était la surfacturation des clients du secteur public et l’inflation des prix.

Dans son témoignage devant la Commission Zondo, Van Coller a mis en évidence deux contrats de licence Microsoft avec le ministère de la Défense et un contrat de licence SAP avec le ministère des Affaires hydrauliques. EOH a pu contourner les procédures de passation de marché exigées par l’Agence nationale des technologies de l’information et a facturé plus de licences que celles qui ont été livrées, à un taux par licence supérieur à celui qui aurait été obtenu dans une situation d’appel d’offres.

Lire : L’EOH peut-il devenir l’enfant-vedette du redressement en cas de crise ?

EOH a également été autorisée à définir les conditions des appels d’offres à sa convenance et à exclure la concurrence. Elle soumettait également des offres à des prix inférieurs aux coûts dans le but d’augmenter les coûts une fois que l’appel d’offres lui était attribué.

EOH a identifié 865 millions de rands qu’elle a dépensés en pots-de-vin et commissions à des intermédiaires politiquement liés.

L’entreprise a également effectué des paiements à l’ANC et s’est engagée dans des “parrainages personnels et organisationnels suspects et dans des programmes de formation”. [spent] des montants de divertissement excessifs” pour influencer les pratiques de passation de marchés dans les organes de l’État.

Relations inappropriées avec la ville de Joburg

Le rapport Zondo se penche sur ce qu’il considère comme une relation inappropriée entre la filiale d’EOH Tactical Software Solutions (TSS) Management Services et Geoff Makhubo, l’ancien maire de la ville de Joburg.

TSS était détenue par Jehan Mackay et son père Danny Mackay et a été acquise par EOH en 2011, puis rebaptisée EOH Afrika.

Patrick Makhubedu en était le responsable du développement commercial et a développé une relation personnelle étroite avec Makhubo, au point de s’associer dans plusieurs sociétés privées, avec Reno Neil Barry, ancien directeur financier de groupe chez Tactical Software Solutions, qui n’avait pas été acquise par EOH.

Geoff Makhubo, l’ancien maire de la ville de Joburg, qui a été largement pointé du doigt dans la dernière partie du rapport de la Commission Zondo sur la capture de l’État. Image : Moneyweb

Makhubedu a pu utiliser sa relation avec Makhubo pour obtenir des contrats d’une valeur de plusieurs centaines de millions de rands de la part de la ville de Joburg. Makhubedu a démissionné d’EOH le 11 mars 2019, la veille du jour où il avait été convoqué pour un entretien avec ENS Forensics.

Dons de l’ANC

Dans un autre cas, EOH a soumis une proposition non sollicitée pour la mise à niveau du réseau et de l’infrastructure de sécurité de Joburg pour un prix de 106 millions de rands. Le même jour, EOH Managed Services a fait don de 3 millions de rands à la région du Grand Johannesburg de l’ANC.

En 2013 et 2014, EOH a versé plus de R5 millions à l’ANC, et Makhubo s’est vu rappeler ces largesses lorsque la société a présenté sa facture de R109,7 millions pour la mise à niveau du réseau et de la sécurité, soit un montant supérieur à celui initialement proposé dans la proposition spontanée. Ce montant a été payé par la ville de Joburg le 12 septembre 2014.

Quelques jours plus tard, une autre demande a été adressée à l’EOH par le secrétaire régional de l’ANC de Tshwane pour un don de 300 000 Rands.

Les demandes d’argent continuaient à arriver. La suivante, de Makhubo à Makhubedu, demandait 4,3 millions de rands pour couvrir les frais d’une conférence régionale de l’ANC.

Un montant de R1,5 million a été versé par TSS Managed Services sur le compte bancaire de la région du Grand Johannesburg de l’ANC le 2 octobre 2014.

” À sa connaissance, en tant qu’élu et MMEC de la ville, M. Makhubo n’avait pas à s’impliquer dans des questions de passation de marchés, et en particulier pas dans des propositions non sollicitées d’une entité auprès de laquelle il avait récemment sollicité des dons importants pour l’ANC “, indique le rapport.

Lire : Des poids lourds de l’ANC accusés de corruption dans l’affaire EOH

La Commission Zondo affirme que ces preuves mènent inexorablement à la conclusion qu’EOH a indûment bénéficié de l’offre non sollicitée pour un montant de plus de 100 millions de rands.

Le rapport détaille également les paiements effectués par TSS Managed Services à la société de Makhubo, Molelwane, puis un montant de 200 000 R sur le compte personnel de Makhubo.

Le 2 juin 2016, EOH Mthombo s’est vu attribuer par la ville de Joburg un contrat d’un montant de 404 millions de rands pour divers services et équipements. La Commission a entendu le témoignage d’ENS Forensics selon lequel les dons à l’ANC étaient effectués par un intermédiaire, Mfundi Mobile Networks.

Le rapport de Zondo indique que 15,4 millions de rands ont été dépensés pour les dépenses électorales municipales engagées par l’ANC du Grand Johannesburg.

La Commission recommande aux organismes d’application de la loi d’enquêter sur ces appels d’offres présumés corrompus afin de poursuivre Makhubedu, Jehan Mackay et les autres personnes impliquées dans ces transactions.

Zizi Kodwa nommé

Le rapport cite également le nom de Zizi Kodwa, ministre adjoint à la Présidence chargé de la sécurité de l’État, qui a reçu R1,7 millions de dollars de Jehan Mackay, prétendument pour obtenir de l’influence – bien que Kodwa ait témoigné que ces montants étaient des prêts, et non une contrepartie pour l’aide à gagner des appels d’offres.

Quelles que soient les intentions subjectives de M. Kodwa, “il est clair que M. Jehan Mackay tentait d’acheter de l’influence en faisant les “prêts” qu’il a accordés à M. Kodwa et en fournissant à M. Kodwa un logement de luxe”, indique le rapport.

La correspondance électronique entre Mackay et Kodwa suggère qu’il y avait la carotte de dons supplémentaires à l’ANC en échange d’un examen favorable des appels d’offres.

La Commission dit qu’elle n’a pu trouver aucune irrégularité de la part de Kodwa, bien que des contraintes de temps empêchent une enquête plus approfondie.

Le mandat de la Commission était trop large pour enquêter sur les actes répréhensibles et la capture de l’État dans toutes les métros et municipalités. Même dans le cas de la ville de Joburg, elle a enquêté sur moins d’une poignée d’appels d’offres irréguliers.

“Cependant, lorsqu’on se rend compte de ce que faisaient EOH et M. Makhubo, on se rend compte qu’il existe peut-être de nombreuses municipalités dans lesquelles certaines entités font exactement ce que faisait EOH… [in] par rapport à la ville de Johannesburg”, conclut le rapport.

Comme Moneyweb l’a précédemment rapporté, EOH poursuit l’ancien PDG Asher Bohbot et plusieurs anciens cadres pour plusieurs milliards de rands de dommages et intérêts pour des manquements à la gouvernance lorsqu’ils dirigeaient la société.

Lire :
EOH poursuit son fondateur Asher Bohbot pour un montant de 1,7 milliard de dollars.
L’ancien directeur financier d’EOH, John King, décède suite à une demande de dommages et intérêts de 1,7 milliard de dollars.

Retour à l’accueil Worldnet