PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLire les petits caractères des mesures d'incitation en faveur de l'énergie solaire...

Lire les petits caractères des mesures d’incitation en faveur de l’énergie solaire : le bon côté du délestage de charge

Dans un premier temps, les réactions aux mesures prises par le gouvernement en matière d’électricité, annoncées lors du discours sur le budget, ont été extrêmement positives.

Les paquets énergétiques, qui offrent des incitations fiscales aux ménages et aux entreprises pour compenser le lourd tribut financier du délestage, ont été introduits. Ces paquets encourageront les investissements dans les énergies renouvelables et permettront à l’Afrique du Sud de faire un pas de plus vers sa transition vers l’énergie juste. Pour gérer la crise énergétique, un nouveau ministre de l’électricité – accueilli par la suite par une avalanche de tweets et de mèmes, dans le plus pur style sud-africain – a été nommé.

En ce qui concerne le délestage, il semble que les Sud-Africains obtiennent enfin une réponse à la question qu’ils se posent depuis longtemps : « Quel est le plan ? »

Maintenant que la poussière est retombée, nous avons eu le temps de lire les petits caractères. Les paquets sont-ils en fait trop peu et trop tard ? Le nouveau ministre de l’électricité aura-t-il assez ahem…pouvoir de contourner certaines des lourdeurs administratives qui empêchaient d’agir rapidement ? Et quel pourrait être l’impact de l’incitation fiscale à l’utilisation de l’énergie solaire par les ménages sur les recettes municipales ?

La lueur d’espoir semblait s’estomper rapidement, devenant aussi sombre qu’une banlieue périphérique de l’étape 6. Mais peut-être devrions-nous revoir notre façon d’interpréter les petits caractères.

Il est vrai que cet allègement fiscal n’est pas sans limites ni difficultés. Si vous en avez eu assez des délestages l’année dernière et que vous avez acheté un onduleur et une batterie de secours, désolé, vous êtes perdant. Vous ne bénéficierez d’aucun allègement fiscal.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Soyez prêt pour le Metaverse

Deuxièmement, il y a une question de coût qui n’est pas si négligeable. Les panneaux solaires sont coûteux, de l’ordre de 5 000 rands par panneau. La déduction offerte par le Trésor est de 15 000 rands, ce qui permet d’acheter environ trois panneaux.

Cela ne signifie pas que R15 000 sont déduits de vos impôts, mais plutôt qu’il s’agit d’une déduction de dépenses sur votre revenu imposable. En d’autres termes, les 15 000 R sont considérés comme une dépense par rapport au revenu et le taux d’imposition correspondant est appliqué. Ainsi, si vous vous situez dans la tranche d’imposition inférieure, avec un revenu imposable allant jusqu’à 237 000 rands par an, votre avantage fiscal sera de 2 700 rands. Si vous vous situez dans la tranche supérieure (1,817 million de Rands et plus par an), votre avantage fiscal sera de 6 750 Rands.

Il faut ensuite considérer que trois panneaux sont loin d’être suffisants pour alimenter un ménage. Pour s’affranchir complètement du réseau, il faut s’attendre à payer environ R250 000. De plus, se passer du réseau n’est pas un investissement unique, mais plutôt un engagement à vie. Les panneaux solaires devront être remplacés et les batteries s’épuiseront avec le temps. De plus, les mesures de relance proposées ne sont valables que pour un an.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le personnel de Wilko a des raisons d'espérer, selon le syndicat GMB alors que les investisseurs tournent autour

Enfin, il y a la question de l’offre et de la demande. À mesure que le désir des consommateurs pour tout ce qui est solaire augmente, on peut s’attendre à ce que la demande dépasse l’offre, ce qui pourrait finalement rendre ces incitations superflues.

En ce qui concerne les recettes municipales, les municipalités sont à juste titre préoccupées. La South Africa Local Government Association (Salga), qui représente les municipalités, a exprimé ses craintes, déclarant que les incitations solaires pour les ménages pourraient priver les municipalités de revenus indispensables et compromettre leur capacité à fournir des services essentiels. Elle a souligné que les incitations ne profitent qu’aux gros consommateurs d’énergie, qui représentent une grande partie des contribuables municipaux, et qu’elles subventionnent donc les pauvres.

Lorsque ces gros consommateurs d’énergie commenceront à quitter le réseau, la question se posera de savoir qui paiera la facture.

En fin de compte, les riches ont tendance à s’affranchir des services publics, préférant se tourner vers le secteur privé. Les pauvres continuent de souffrir. Et la classe moyenne commencera à s’étioler, à mesure que le coût de la vie montera en flèche.

Pour les entreprises, en revanche, l’avenir s’annonce radieux, et il y a de vraies raisons de s’enthousiasmer.

Pour chaque million de rands dépensés dans l’énergie solaire, les entreprises peuvent bénéficier d’un avantage fiscal supplémentaire de 250 000 rands (avant impôts). Au taux d’imposition des sociétés de 27 %, cela équivaut à 67 500 R pour chaque million dépensé.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le Département britannique de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales signe un contrat de 74 millions de livres avec Cognizant.

Bien entendu, les entreprises sont les véritables grandes consommatrices d’électricité, et plus elles seront nombreuses à quitter le réseau et donc à réduire leur dépendance à l’égard de l’énergie publique, plus elles libéreront d’électricité pour les ménages – en particulier ceux qui n’ont pas les moyens d’investir dans l’énergie solaire ou dans d’autres solutions énergétiques.

Ce que le Trésor a fait, c’est créer une véritable incitation pour les entreprises à passer à l’énergie verte et à joindre l’acte à la parole lorsqu’il s’agit du « e » dans leurs principes de gouvernance environnementale et sociale (ESG).

Toute transition posera de nouveaux problèmes à résoudre, mais il ne faut pas perdre de vue le tableau d’ensemble : ces mesures constituent un pas dans la bonne direction. Outre la reconnaissance des ravages causés par le délestage dans la vie des Sud-Africains, elles constituent un signal fort en faveur de l’énergie verte, non seulement au niveau commercial, mais aussi au niveau des ménages. Ce stimulus n’est pas seulement important pour ce dont nous avons besoin en ce moment en tant que pays, mais surtout pour ce dont nous avons besoin en tant que planète.

Le véritable point positif est que le délestage pourrait nous rapprocher d’une Afrique du Sud plus soucieuse de l’environnement.

Hannes van den Berg CA(SA) est PDG de Consult by Momentum..

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles