PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuL'Intérieur reconnaît avoir cherché une évaluation des élèves absents pour l'Aïd, mais...

L’Intérieur reconnaît avoir cherché une évaluation des élèves absents pour l’Aïd, mais pas une liste.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Le ministère de l’Intérieur a demandé une « évaluation du taux d’absentéisme constaté à l’occasion de l’Aïd al-Fitr » dans certaines académies en France, mais nie tout fichage des élèves en fonction de leur confession religieuse. Certains responsables associatifs, syndicaux ou politiques se sont inquiétés de cette initiative policière, considérant qu’elle associait la pratique religieuse musulmane à une question de sécurité. Des familles musulmanes ont demandé des éclaircissements sur le devenir des informations données par certains chefs d’établissements ayant répondu à la sollicitation des policiers. Le recteur de l’académie de Toulouse a déclaré qu’en aucun cas ils ne mènent des enquêtes de ce genre et que la demande des policiers était une maladresse dans leur formulation relayée par les policiers référents de l’Éducation nationale.

—————————–Article Complet————————————————

Le ministère de l’Intérieur a demandé une « évaluation du taux d’absentéisme constaté à l’occasion de l’Aïd al-Fitr » dans certaines académies mais nie tout « fichage ». Des responsables associatifs, syndicaux ou politiques se sont inquiétés de cette initiative policière, certains évoquant « un fichage dans l’ensemble de la ville ». Les familles doivent être informées et rassurées du devenir des informations données par certains chefs d’établissements ayant répondu à la sollicitation des policiers. La demande des policiers avait été faite directement aux établissements concernés, sans l’aval du rectorat de Toulouse.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  À Pékin, Bruno Le Maire estime qu'il est « impossible » de rompre les liens économiques avec la Chine.

——————————Article à Propos—————————————————-

Le gouvernement français a récemment suscité la controverse en raison d’une note interne du ministère de l’Intérieur qui a suscité des inquiétudes quant à une possible stigmatisation des élèves musulmans.

La note en question concerne l’Aïd al-Fitr, la fête musulmane de fin du Ramadan, qui a lieu cette année le 13 mai. Dans cette note, le ministère de l’Intérieur aurait demandé aux préfets de compiler une liste d’élèves absents pour cette occasion, afin d’évaluer l’impact de l’Aïd sur la fréquentation scolaire.

Cette demande a cependant été interprétée par certains comme une tentative de fichage des élèves musulmans, une pratique qui rappelle les heures sombres de l’histoire française. Les critiques ont également souligné que cette mesure serait susceptible de stigmatiser les élèves musulmans et de les mettre sous surveillance, créant ainsi un climat de suspicion et de méfiance.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Jeremy Hunt annonce des plans de réduction des impôts

Face à ces accusations, le ministère de l’Intérieur a tenu à préciser que sa demande visait uniquement à évaluer l’impact de l’Aïd sur la fréquentation scolaire, et qu’elle n’avait rien à voir avec un quelconque fichage des élèves. Le ministre, Gérald Darmanin, a également insisté sur le fait que la pratique du fichage était illégale en France, et qu’il était hors de question de la mettre en œuvre.

Cette clarification a néanmoins été accueillie avec scepticisme par certains, qui ont déploré le manque de transparence et d’explication de la part du gouvernement. Ils ont souligné que la question de la fréquentation scolaire aurait pu être résolue par des méthodes moins controversées, telles que des enquêtes anonymes auprès des établissements scolaires.

La controverse autour de cette note interne rappelle les tensions persistantes en France autour de la question de l’islam et de l’intégration des musulmans dans la société française. Depuis les attentats terroristes de 2015, de nombreux Français se sentent menacés par le terrorisme islamique, et l’attitude du gouvernement à l’égard de la religion musulmane est de plus en plus scrutée.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Gilles Perrault, écrivain du « Le Pull-over rouge », décède à l'âge de 92 ans

Il est donc crucial que les autorités françaises prennent des mesures pour prévenir toute forme de stigmatisation ou de discrimination à l’égard des musulmans, en particulier des enfants et des jeunes qui sont les plus vulnérables. Cela nécessite une sensibilisation accrue, ainsi que des politiques et des pratiques qui reconnaissent et respectent la diversité culturelle et religieuse de la France d’aujourd’hui.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles