PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLindiwe Sangweni-Siddo sur le réveil du tourisme intérieur

Lindiwe Sangweni-Siddo sur le réveil du tourisme intérieur

Vous pouvez également écouter ce podcast sur iono.fm ici.

Bienvenue dans le dernier épisode de The Property Pod, le premier podcast pour investisseurs immobiliers d’Afrique du Sud. Cette semaine, nous poursuivons notre thème du mois du tourisme et je parle de tourisme et d’hôtellerie avec un autre leader de l’industrie.

Bien entendu, l’industrie du tourisme et le secteur de l’hôtellerie et de la restauration font partie de l’industrie immobilière. Notre invitée cette semaine est Lindiwe Sangweni-Siddo, directrice de l’exploitation du groupe hôtelier City Lodge, coté sur le JSE. La semaine dernière, le groupe a publié des résultats bien meilleurs pour son dernier exercice financier, ce qui témoigne de la poursuite de la reprise dans le secteur.

Nous ne parlerons pas de résultats purs avec Lindiwe, mais nous aurons son avis sur le secteur du tourisme et de l’hôtellerie, ainsi que sur les projets de City Lodge pour l’avenir. L’entretien porte également sur l’importance du tourisme domestique, qui a été le premier à se redresser dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie après la pandémie.

Vous trouverez ci-dessous les points forts de l’entretien. Vous pouvez également écouter l’intégralité du podcast ci-dessus ou le télécharger à l’adresse suivante iono, Spotify ou Apple Podcasts.

Le Courtyard Hotel Waterfall du City Lodge Hotel Group, ouvert pendant la pandémie de Covid-19 et développé par Attacq dans son complexe Waterfall City à Gauteng. Image : Fourni

Points forts

Tout d’abord, permettez-moi de vous présenter Lindiwe Sangweni-Siddo. Depuis combien de temps occupez-vous le poste de directrice de l’exploitation à City Lodge et que faisiez-vous avant ? Avez-vous toujours travaillé dans le secteur de l’hôtellerie et du tourisme ?

« Oui, je travaille dans le secteur du tourisme depuis que j’ai fait l’école hôtelière en 1986. Je fais donc partie des anciens magogos, ou des doyens, comme on les appelle. J’ai commencé à travailler pour City Lodge Hotels Group en 2015 en tant que directeur des opérations, où j’étais responsable d’un portefeuille d’environ 12 ou 13 hôtels, aux côtés d’autres collègues.

« Nous avons 59 hôtels… nous en avions 63 à un moment donné, puis nous nous sommes débarrassés de ceux qui se trouvaient en Afrique de l’Est.

Néanmoins, mon rôle de directeur de l’exploitation a commencé il y a cinq ans. De 2018 à aujourd’hui, j’ai donc été directeur de l’exploitation, y compris pendant les années de pandémie « préférées », qui, je pense, nous ont vraiment permis de passer l’épreuve du temps. »

Écouter/lire :
Le City Lodge rebondit grâce à la reprise de l’occupation des logements
Tsogo Sun Gaming détient désormais près de 10% du City Lodge
Les pertes de City Lodge s’aggravent mais le PDG espère que le pire de la pandémie est passé

Qu’est-ce qui vous enthousiasme dans le tourisme et l’hôtellerie ? Quelles sont vos attentes à l’égard de ce secteur, qui semble de nouveau en pleine croissance ?

« D’un point de vue personnel, j’ai toujours aimé le secteur de l’hôtellerie et de la restauration parce qu’il concerne les gens, les voyageurs internationaux qui viennent en Afrique du Sud ou les voyageurs nationaux. Ce qui s’est passé pendant la pandémie, c’est le réveil ou la réactivation du marché domestique et surtout du marché des loisirs. C’est là que nous avons tous compris et réalisé l’importance de l’industrie de l’hôtellerie et de la restauration. [domestic tourism] dans tous les pays ».

« J’imagine que tous les pays ont pris conscience du fait qu’il faut avoir un marché domestique et de loisirs très bien établi et bien ancré… »

« Parce que nous disons que pendant le week-end, ces personnes se détendent et prennent du bon temps, mais pendant la semaine, elles font probablement des affaires, et donc la même personne se transforme et devient un homme d’affaires ».

« Je mélange ma réponse en ce sens que j’ai toujours aimé travailler avec les gens, avec les voyageurs, avec les invités, et le terme « gens » s’étend également aux personnes qui travaillent pour nous. »

Récupération

« Pour en revenir à notre industrie du tourisme, je pense qu’à l’heure actuelle, ce qui est passionnant, c’est la reprise. Je pense que ce qui est passionnant aujourd’hui, c’est la reprise. Il y a trois ans, nous étions au cœur d’une pandémie que nous n’avions jamais anticipée ni même imaginée dans nos rêves les plus fous. Mais en sortant de là, nous avons pu commencer à comprendre à quoi ressemble un plan de redressement ».

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La CBI enquête sur les irrégularités présumées dans la cession de Hindustan Zinc, le gouvernement le dit à la Cour suprême.

« Le premier à se mettre en ligne a été le marché des loisirs, qui nous a ramenés à la vie une fois que les restrictions ont commencé à être levées.

« Il a fallu beaucoup de temps pour que le marché international revienne parce que, rappelez-vous, il y avait toutes ces restrictions concernant Covid, les vaccinations, etc. Nous avons donc dû, en tant que Sud-Africains, en tant que société sud-africaine, devenir très autonomes et nous tourner vers l’intérieur.

« Peu après le marché des loisirs, il y a bien sûr eu les voyageurs essentiels. Le gouvernement a commencé à travailler et à se déplacer et, avant que nous nous en rendions compte, les PME étaient de retour, elles aussi sur la bonne voie. Quant aux entreprises, elles sont arrivées plus tardivement après la pandémie, parce qu’elles découvraient et avaient découvert le travail hybride à domicile ou la séparation entre le travail à domicile et le travail au bureau. Nous avons vu les marchés des entreprises revenir un peu plus lentement ».

Écouter/lire :
Le tourisme domestique « est le seul marché » à l’heure actuelle – PDG de Tsogo Sun Hotels
Les prix des vols grimpent en flèche et certains hôtels affichent complet pour Pâques
L’industrie du tourisme et de l’hôtellerie salue la prolongation de Covid-19 Ters jusqu’à la mi-mars
L’interdiction des voyages d’agrément intérieurs suscite l’ire de l’industrie du tourisme

« Nous sommes donc bien revenus. Je peux dire que si l’on considère l’Afrique du Sud dans son ensemble, les statistiques indiquent que quatre millions d’arrivées ont été enregistrées entre janvier et juin 2023. »

« C’est une bonne nouvelle. Pourquoi disons-nous cela ? Étant donné que l’année dernière, nous avons enregistré 5,8 millions d’arrivées sur l’ensemble de l’année, cela prouve que nous sommes sur une trajectoire de croissance vraiment formidable.

Mmatšatši Ramawela était notre invitée la semaine dernière, et elle a parlé de la croissance du tourisme intérieur et de son importance. Mais vous parlez maintenant de quatre millions d’arrivées internationales. L’industrie revient-elle à son fonctionnement antérieur, considérant peut-être l’industrie du tourisme intérieur comme acquise et souhaitant plus que tout des touristes internationaux ? Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

« Je n’ai pas écouté Mmatšatši, qui est un très bon ami à moi. Je dirais que nous avons peut-être sous-estimé la capacité du marché des loisirs, si nous nous sommes concentrés sur lui. En réalité, ce que nous avons fait, c’est évaluer comment nous pouvions, tout d’abord, attirer ce marché des loisirs. N’oubliez pas que nous [City Lodge] Nous avons donc la possibilité d’être attractifs pour les différents LSM, je dirais, là-bas ».

« Et donc il y avait beaucoup de [energy] comme nous l’appelons, après s’être terrés. Tout le monde était resté à l’intérieur et les restrictions imposées par Covid ont donné aux gens la « fièvre Covid ». Il y avait donc une demande refoulée, et c’est la première chose qui nous a vraiment montré qu’il y avait un grand potentiel.

« Une fois que nous avons pu démontrer – non seulement en tant que City Lodge, mais aussi, je pense, pour l’ensemble du secteur – que nos tarifs devaient être ajustés, nous avons [had to] gérer le fait qu’il existe différents budgets… »

« Ainsi, les familles dont les membres sont des hommes d’affaires – qui souhaitent voyager avec les enfants, par exemple pour les vacances de Pâques – pouvaient combiner affaires et plaisir en même temps. Nous avons rapidement nommé [that] ‘bleisure’, parce que nous reconnaissions maintenant qu’il existait en fait un marché latent des loisirs… »

« Donc oui, je pense que nous avons sous-estimé notre [hand]. Aujourd’hui, City Lodge ne se concentre plus autant sur l’international. En soi, c’est devenu une nouvelle leçon. Dans notre plan de relance, le marché international est l’une de nos priorités. Nous ne l’aurions jamais considéré comme un segment de marché important, étant donné que notre principale source de revenus était le marché national en tant que City Lodge – mais nous avons reconnu l’importance d’une segmentation diversifiée du marché.

Écouter/lire :
Le tourisme avec Mmatšatši Ramawela
Parlons tourisme : Saantha Naidu de Coastlands Hotels & Resorts
Le Cap enregistre une forte augmentation du nombre de touristes
Passons à plus de 21 millions d’arrivées de touristes avant 2030 – De Lille

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  65 ans de Nasa ...

A City Lodge, je vois dans vos résultats que le PDG, Andrew [Widegger]a déclaré que les niveaux d’occupation sont maintenant à des niveaux pré-Covid. Pouvez-vous nous donner un aperçu de la situation opérationnelle du groupe, et quelles sont les innovations que vous avez mises en œuvre pour stimuler la croissance et la rentabilité ?

« Je commencerai par la dernière partie de votre question, parce que pendant que nous étions terrés dans le bureau de la [during Covid] dans nos bureaux ou chez nous, à travailler et à essayer de reprendre nos activités – nous parlons de tous les hôtels qui ont été fermés – nous avons appelé cela TSOS, suspension temporaire des services – nous n’avions que quelques hôtels qui fonctionnaient comme hôtels de rapatriement ou quelques hôtels qui s’occupaient des travailleurs essentiels comme les agents de sécurité, etc. qui se déplaçaient dans le pays.

« Je pense qu’Andrew, notre PDG, a déjà indiqué que nous étions revenus aux chiffres d’avant la crise de Covid. Le premier fait marquant est que si vous regardez l’année dernière, nous avons enregistré 56,1 % d’augmentation de notre chiffre d’affaires. [occupancy] à fin juin pour l’année, contre 37,5 % l’année dernière. »

« Il s’agit donc d’une augmentation significative. L’un des aspects essentiels est que nos recettes, qui comprennent l’hébergement, la restauration et les autres services, ont atteint 1,7 milliard de dollars, soit une augmentation de 55 % par rapport à l’année dernière. C’est significatif.

« L’un des principaux facteurs d’innovation a été l’introduction de la restauration. Nous nous sommes rendu compte pendant Covid que les gens ne voulaient pas être à la recherche de nourriture. Ils voulaient tout avoir sous un même toit. Ils sont maintenant dans un hôtel, qui a été aseptisé, propre, confortable et sûr. Leur suggérer de sortir pour chercher leur déjeuner et leur dîner n’était pas vraiment ce qu’ils recherchaient. Nous avons donc rapidement transformé notre offre de petit-déjeuner dans nos Road Lodges et nos Town Lodges en une offre de restauration à part entière. Vous pouviez prendre le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner.

« Rien que l’année dernière, nous avons enregistré une contribution de 17 % au chiffre d’affaires le plus élevé, soit 1,7 milliard de dollars, grâce à la nourriture et aux boissons. Cela nous a démontré que [the result of sitting] d’innover et de penser différemment, mais aussi de répondre aux besoins des clients, de les écouter… »

« Et puis l’autre innovation, que nous avions commencée avant Covid, était le déploiement de notre programme de durabilité, qui comprend nos forages et nos panneaux solaires pour augmenter notre énergie, en particulier à la lumière du délestage et des défis auxquels nous sommes confrontés avec l’énergie – et juste le coût de l’énergie. »

« Nous avions 25 hôtels [with energy solutions] avant Covid, et nous avons un programme qui prévoit que d’ici la fin de l’année financière, jusqu’à 40 de nos hôtels auront été entièrement équipés de panneaux solaires ».

« Et maintenant, avec la pénurie d’eau dans certaines municipalités, nous avons également reconnu que l’installation de puits de forage est également un aspect important. Nous l’avons donc introduite, et elle fait actuellement partie de notre programme d’expansion. »

« Par ailleurs, Suren, pendant Covid, nous avons mis un terme à beaucoup de nos rénovations – les choses qui souffrent toujours, vos rénovations, vos rénovations et votre marketing. Nous avons donc un budget d’investissement très important qui a été approuvé par notre conseil d’administration, de plus de 367 millions de rands. »

« Cela va jouer un rôle important dans notre repositionnement en termes d’investissement dans la modernisation de certains de nos hôtels. Nous avons une dizaine d’hôtels qui vont bénéficier d’une très belle rénovation. Cela comprendra également les programmes d’entretien de nos hôtels ».

« Il s’agit donc de développements passionnants. Le City Lodge V&A, par exemple, est déjà à mi-chemin de la rénovation du 207 [rooms]. Le résultat sera époustouflant ».

Lire/écouter :
Le Club Med s’apprête à investir 2 milliards d’euros dans un complexe balnéaire sur la côte nord de la province de KZN
Désigner des zones économiques spéciales pour le tourisme afin de stimuler l’investissement – TBCSA
City Lodge investit dans l’énergie solaire dans 25 de ses hôtels

Vous avez parlé d’un investissement de 360 millions de rands. C’était ma question suivante : quels sont les plans de dépenses… s’agit-il uniquement de rénovations ? N’y a-t-il pas d’ouverture de nouveaux hôtels ou d’autres projets de ce type prévus dans un avenir proche ?

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un vote imminent sur une aide militaire de 3 milliards d'euros

« Les 367 millions de rands sont une combinaison de plusieurs projets. Sur cette somme, R280 millions seront consacrés à des rénovations complètes et à des rénovations en douceur. Nous ne prévoyons pas de construire de nouveaux hôtels. Nous avons appelé cette période notre période de consolidation et de reprise, nous voulons donc nous concentrer sur nos établissements existants et nous assurer qu’ils sont à la hauteur. »

« Vous vous souviendrez que pendant la pandémie, nous avons ouvert un nouvel hôtel. Nous l’avions déjà prévu, le Courtyard Hotel Waterfall [City] à Midrand. C’était notre dernier-né, et nous l’avons ouvert pendant la pandémie ».

« À l’avenir, il s’agira donc de rénovations, puis le reste sera consacré à des dépenses d’investissement dans les technologies de l’information – des mises à niveau significatives de nos technologies de l’information en général. Enfin, un montant important, jusqu’à 23 millions de rands, sera consacré à la durabilité et à la continuité des activités, comme je l’ai mentionné : les panneaux solaires, l’eau, les forages, les réservoirs d’eau, tout en renforçant l’ensemble de l’environnement pour qu’il soit beaucoup plus durable.

« Et encore une fois, toujours avec l’objectif de donner à nos clients un séjour sans faille et un sentiment agréable de ne jamais anticiper s’il y aura de l’électricité ou pas, ou s’il y aura du Wi-Fi ou pas. Nous faisons donc de notre mieux pour y parvenir. »

Lire : Malgré les contraintes financières, City Lodge ouvre un nouvel hôtel à Waterfall City

Qu’est-ce qui vous empêche de dormir en tant que directeur de l’exploitation du City Lodge ? Quels sont les plus grands défis auxquels est confrontée l’industrie du tourisme ?

« Je pense que la réalité – qu’aucun d’entre nous ne peut vraiment fuir – qui continue à nous tenir éveillés la nuit est le délestage. Le pays a vu un grand nombre d’impacts de ce type de délestage. Heureusement, nous avons toujours disposé de toutes les infrastructures nécessaires, en particulier des générateurs.

« Mais même avec cela, les coûts croissants – juste les coûts des générateurs en eux-mêmes – ont presque quadruplé en ce qui concerne nos dépenses en diesel pour les générateurs. »

« Le délestage nous empêche de dormir, mais nous pensons qu’avec tous les projets que nous avons dans le cadre de notre programme de durabilité environnementale, nous serons en mesure de surmonter cette période jusqu’à ce que le gouvernement soit en mesure de stabiliser l’environnement. »

Sécurité et sûreté

« L’autre sujet est bien sûr la sûreté et la sécurité, qui font l’objet d’une grande discussion au sein de l’industrie. Je reviens tout juste de la Conférence des dirigeants du tourisme qui s’est tenue la semaine dernière, où toute la confrérie – toute la confrérie du tourisme – s’est réunie. Le gouvernement et le secteur privé ont débattu des mesures à prendre en matière de sûreté et de sécurité, et les assurances que notre ministre du tourisme nous a données concernant certaines des conversations en cours et la manière de rendre les zones d’action touristique beaucoup plus sûres ont été évoquées. Nous avons du travail dans ce domaine ».

« Mais encore une fois, cela ne nous empêche pas de faire ce que nous faisons. Nous veillons toujours à ce que nos hôtels soient sûrs et à ce que nos infrastructures donnent aux clients le sentiment qu’une fois qu’ils sont entrés, ils se sentent en sécurité. Nos sites sont également magnifiques, mais nous faisons néanmoins partie d’un ensemble touristique plus vaste. Nous veillons donc à utiliser toutes les plateformes où nous pouvons nous exprimer, telles que [at] le Tourism Business Council of South Africa, qui est l’une de nos associations, et nous nous assurons que notre voix est entendue, en particulier en ce qui concerne l’industrie du tourisme. [by] le gouvernement ».

« Voilà donc quelques-unes des choses qui nous préoccupent. Pour le reste, nous avons vu la pandémie. Nous ne savons jamais quelles inconnues le monde nous réserve, mais nous espérons que nos programmes de continuité des activités et notre capacité à comprendre ce qui peut arriver nous ont également permis d’examiner nos risques et de les gérer d’une manière beaucoup plus proactive ».

Écouter l’épisode complet ici.

Vous pouvez également écouter les épisodes précédents de The Property Pod ici.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles