PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentL'exploitant d'une grande station de ski réagit à une météo de plus...

L’exploitant d’une grande station de ski réagit à une météo de plus en plus capricieuse : Plus de fausse neige créée par l’énergie renouvelable

D’une certaine manière, Montagne Alterra a construit son activité autour d’un plan climatique rudimentaire. L’un des plus grands exploitants de stations de ski au monde, les 16 sites nord-américains de la société servent de couverture contre les tempêtes de neige de plus en plus capricieuses et les hivers instables. Si les pistes du Vermont sont anémiques, par exemple, Alterra peut s’appuyer sur ses stations de Californie ou de l’Utah. Les détenteurs de forfaits peuvent également choisir une destination en fonction des conditions de ski actuelles.

L’entreprise est en train d’élaborer une stratégie climatique plus proactive, qui comprend un audit énergétique et l’engagement de réduire de moitié les émissions de carbone liées à ses activités. d’ici à 2030. Dans les grandes lignes de son plan d’action pour le climat publié aujourd’hui, Alterra a déclaré qu’elle avait également l’intention de produire ou d’acheter suffisamment d’énergie renouvelable pour couvrir sa propre consommation d’électricité. d’ici à 2030 et compensera les émissions de carbone qu’il n’est pas possible de réduire.

“Est-ce que cela va faire une grande différence dans le monde ? Probablement pas”, déclare Karen Sanford, responsable juridique et de la responsabilité sociale d’Alterra. “Pourrions-nous utiliser notre voix pour faire une plus grande différence ? Absolument.”

Peu d’entreprises sont plus directement confrontées à la menace existentielle du changement climatique que l’industrie mondiale du ski. Rien qu’aux États-Unis, environ un tiers des stations de ski devraient perdre plus de la moitié de leur saison d’ici 2050, selon une étude réalisée en 2017 par l’Agence américaine de protection de l’environnement et l’université du Colorado.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  ESPN se lance dans les paris sportifs en concluant un accord avec un casino

Malgré leurs panoramas grandioses et leur poudreuse immaculée, les stations de ski ont également une empreinte carbone considérable. En plus du carburant brûlé pour amener les clients sur place, une grande quantité d’électricité et d’eau est nécessaire pour fabriquer de la neige synthétiqueun moyen de plus en plus important d’étendre les marges de la saison de ski ou de compléter les pistes après une période de chaleur. L’année dernière, les activités d’Alterra ont généré 368 tonnes d’équivalent de dioxyde de carbone, ce qui correspond à peu près à l’alimentation en énergie d’une usine de fabrication de neige synthétique. 72 000 foyers ou conduire 82 000 voitures pendant un an.

L’entreprise prévoit de réduire ce chiffre grâce à un ensemble de solutions, dont la plupart sont des ajustements au niveau du centre de villégiature, comme la mise en place du compostage, le passage à des véhicules électriques et l’installation de lumières LED et de thermostats intelligents. Au Winter Park Resort, dans le Colorado, par exemple, Alterra a installé une petite éolienne qui produit juste assez d’électricité pour alimenter une cabane chauffée au sommet du remonte-pente. Dans sa station de ski helicoptere en Colombie-Britannique, l’entreprise a ajouté des générateurs hydroélectriques suffisamment petits pour être placés dans les cours d’eau de montagne.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Trois jeunes Palestiniens blessés par balle, le tireur demeure introuvable

“Il ne s’agit pas d’une approche unique”, déclare Darcie Renn, vice-présidente d’Alterra chargée du développement durable.

L’entreprise espère également que ses investissements dans les énergies renouvelables et dans des machines d’enneigement plus efficaces compenseront toute augmentation de la demande de fausse poudreuse. Au Snowshoe Mountain Resort d’Alterra en Virginie-Occidentale, par exemple, nouveaux enneigeurs produisent environ deux fois plus de neige que les appareils qu’ils remplacent, tout en consommant environ un tiers d’énergie.

Le rapport d’impact d’Alterra est relativement tardif. Vail Resorts Inc.qui possède 41 stations de ski dans le monde, a mis en place son plan climatique il y a six ans, en s’engageant notamment à réduire ou à compenser les émissions liées à ses activités d’ici à 2030. Depuis l’année dernière, Vail a déclaré qu’elle était plus qu’à mi-chemin de cet objectifen partie parce que l’entreprise a acheté ou construit suffisamment d’énergie renouvelable pour couvrir la quasi-totalité de la consommation d’électricité de ses centres de villégiature en Amérique du Nord.

Les engagements de l’industrie du ski en matière de climat ne tiennent toutefois pas compte de l’empreinte carbone des déplacements des clients, connue sous le nom d’émissions de portée 3. Daniel Scott, climatologue à l’université de Waterloo, explique que pour une entreprise touristique, ces émissions sont souvent plus de 100 fois supérieures à celles des sources directes et indirectes de carbone (champs d’application 1 et 2). “Ils vantent les objectifs des champs d’application 1 et 2, mais une partie de leur stratégie commerciale consiste en un abonnement saisonnier qui permet d’atteindre un champ d’application 3 considérable, que, commodément, ils ne prennent pas en compte”, explique M. Scott. “Pour moi, il s’agit là d’un énorme décalage.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  "Nous sommes une famille" - Les célébrités des "Feux de l'amour" célèbrent les 50 ans du feuilleton

Le plan d’Alterra n’ignore pas totalement les émissions du champ d’application 3 ; il prend en compte certains déplacements des employés, par exemple, et les voyages d’affaires. Mais il ne mesure pas le carbone émis par les voitures et les avions qui déversent les skieurs sur ses pistes.

Paradoxalement, la neige artificielle pourrait contribuer à éviter certaines de ces émissions liées aux déplacements en permettant aux skieurs de rester plus facilement sur leurs montagnes locales. “Soyons honnêtes, personne ne se rend à vélo du Vermont au Colorado”, explique M. Scott. “Et si 5 000 skieurs arrivent en avion privé, le calcul est vite fait.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles