PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLes travailleurs âgés manquants "pèsent sur le potentiel de croissance de l'économie".

Les travailleurs âgés manquants “pèsent sur le potentiel de croissance de l’économie”.

L’exode des travailleurs du marché du travail en raison de la pandémie a affaibli les perspectives de croissance économique de la Grande-Bretagne, a averti le gouverneur de la Banque d’Angleterre.

Environ un demi-million de travailleurs ont quitté leur emploi à cause de la pandémie sans prévoir de retour au travail. Une partie de cette augmentation est due au vieillissement de la population, qui se traduit par une plus grande proportion de travailleurs atteignant l’âge de la retraite, mais la tendance est principalement due aux travailleurs âgés de 50 à 64 ans qui ont pris une retraite anticipée ou ont été contraints de démissionner en raison d’une maladie de longue durée.

“Un certain nombre de ces personnes disent qu’il est peu probable qu’elles reviennent sur le marché du travail”, a déclaré Andrew Bailey après la décision de la banque centrale de relever les taux d’intérêt hier. “Cette baisse significative et persistante de l’offre de travail pèse sur le potentiel de l’économie britannique”.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le ministre américain de l'énergie vante les mérites d'une production pétrolière record face à la fronde du gouvernement américain

Le chômage est proche de ses plus bas niveaux historiques, mais ce n’est pas parce qu’il y a plus de gens au travail. L’emploi reste en dessous des niveaux pré-pandémiques, tandis que le nombre de personnes “inactives” – ce qui signifie qu’elles ne travaillent pas et ne sont pas disponibles pour travailler – atteint des niveaux historiquement élevés.

M. Bailey a ajouté que la chute de la participation “prendra du temps à se résorber[…]. Nous avons donc revu à la baisse nos estimations de la tendance de la participation, les effets persistants de Covid s’ajoutant au vieillissement de la population. “

La croissance de l’offre de main-d’œuvre est faible par rapport aux normes historiques, et la reprise devrait être graduelle, selon les dernières prévisions de la Banque.

Par ailleurs, la Banque a remis en question l’évaluation du Fonds monétaire international selon laquelle l’économie britannique est la moins performante des pays riches cette année – et la seule économie dont la croissance est en baisse.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Sept Français sur huit non qualifiés pour le deuxième tour : une hécatombe française qui fait mal à la langue de Molière

Cette semaine, le Fonds a revu à la baisse la croissance du Royaume-Uni en la ramenant à une contraction de 0,6 % en 2023, ce qui est proche de la nouvelle prévision de la Banque d’un déclin de 0,5 %. Mais les perspectives du FMI pour le Royaume-Uni étaient plus pessimistes que ses projections révisées à la hausse pour l’économie mondiale, les États-Unis et l’Europe.

Sir Dave Ramsden, gouverneur adjoint de la Banque, a déclaré que le FMI n’avait pas révélé les hypothèses sur lesquelles reposait sa révision à la baisse, mais qu’il était probable que le FMI s’attendait à ce que l’inflation reste plus élevée pendant plus longtemps. En revanche, la Banque a réduit ses prévisions d’inflation. Elle s’attend désormais à ce que les prix à la consommation tombent à 4 % d’ici la fin de l’année, grâce à la baisse des prix de l’énergie et à l’amélioration des chaînes d’approvisionnement internationales.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Coinbase prend une participation en actions dans Circle tandis que le consortium Centre, axé sur l'USDC, ferme ses portes.

“Nous n’avons pas reçu les détails de la mise à jour du FMI, mais nous pensons qu’ils supposent une plus grande persistance de l’inflation. Les pressions sur les salaires et les prix sont plus fortes, ce qui se répercute sur les prévisions”, a déclaré M. Ramsden.

Ben Broadbent, gouverneur adjoint pour la politique monétaire, a déclaré qu’il était “prudent quant aux comparaisons” avec d’autres économies, notant que les perspectives du FMI étaient probablement basées sur la forte dépendance du Royaume-Uni au gaz par rapport à d’autres pays et l’impact que des taux d’intérêt plus élevés auraient sur les emprunteurs.

“Toutes ces choses ne vont pas durer éternellement, donc je ne pense pas qu’il faille s’attendre à ce que cela vous renseigne sur les tendances des quatre ou cinq prochaines années”, a déclaré M. Broadbent.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles