PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLes retombées du plus grand scandale fiscal européen ne font que s'amplifier

Les retombées du plus grand scandale fiscal européen ne font que s’amplifier

Lorsque l’avocat de la défense aperçoit la femme aux longs cheveux blonds cendrés dans le train reliant Cologne à Francfort, il s’alarme. Sa présence ne pouvait signifier qu’une chose : une nouvelle descente de police s’annonçait pour une banque d’investissement internationale.

Il s’agit d’Anne Brorhilker, chef du département du bureau des procureurs de Cologne qui supervise actuellement la plus grande enquête sur le Cum-Ex en Europe. Depuis plus d’un an, son unité ciblait les bureaux allemands des banques internationales, les perquisitionnant les uns après les autres. Les premiers touchés ont été Merrill Lynch et Barclays Plc de la Bank of America, puis, par tranches mensuelles, Morgan Stanley, BNP, Nomura et nombre de leurs homologues.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Ces perquisitions de plusieurs jours commencent toujours tôt le mardi, de sorte que les avocats ayant des clients Cum-Ex savent, lorsqu’ils voient Brorhilker dans le train du lundi pour Francfort, ou dans l’hôtel où elle et ses collègues séjournent habituellement, qu’il se trame quelque chose. Les procureurs de Cologne ont effectué au moins 13 perquisitions depuis mars 2022, ciblant des cabinets d’avocats et d’audit ainsi que de grandes banques – et il semble qu’il n’y ait pas de fin en vue.

Les autorités ont encore beaucoup à faire pour gérer les retombées de Cum-Ex, une stratégie de trading controversée axée sur la fiscalité qui a été utilisée pendant plus d’une décennie. Cette tactique, mise au point par des traders londoniens qui ont pris l’Allemagne comme cible privilégiée, exploitait le mode de collecte de l’impôt sur les dividendes pour permettre à de multiples investisseurs de demander le remboursement d’un impôt qui n’était payé qu’une seule fois. Des dizaines de banques européennes et américaines y ont participé à différents niveaux et, lorsque l’Allemagne a mis fin à ces opérations en 2012, la pratique pourrait avoir coûté au pays jusqu’à 10 milliards d’euros (10,9 milliards de dollars).

La question reviendra sur le devant de la scène en septembre, lorsque trois nouveaux procès Cum-Ex très médiatisés débuteront en Allemagne, s’ajoutant aux deux procès en cours.

Les descentes de Brorhilker s’inscrivent dans le cadre d’une traque judiciaire qui s’est étendue au-delà de l’Allemagne. Les autorités néerlandaises, finlandaises et belges ont lancé leurs propres enquêtes, et le Danemark, qui cherche à récupérer 2 milliards d’euros de pertes, a intenté environ 500 actions civiles aux États-Unis, au Royaume-Uni, à Dubaï, au Danemark, en Malaisie et au Canada concernant des remboursements d’impôts sur les dividendes. En mars, les autorités françaises ont perquisitionné cinq banques en une seule journée afin de recueillir des informations sur le Cum-Cum, une stratégie commerciale transnationale similaire qui tire parti d’allègements fiscaux destinés aux locaux.

Il a fallu des années pour que les affaires de Cum-Ex fassent l’objet d’une enquête. La structure délibérément compliquée des transactions a rendu difficile la compréhension de leur fonctionnement ou de leurs auteurs, et les lois fiscales complexes de l’Allemagne ainsi que son système décentralisé de perception des impôts ont rendu la traque de l’argent encore plus difficile. « Cum-Ex est une affaire à part – par son ampleur et par la manière dont les transactions ont été organisées », a déclaré Rolf Raum, ancien juge de la plus haute cour pénale d’Allemagne.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La Sarb augmente le taux de rachat à 4,25%.

Jusqu’en 2011 environ, lorsque les autorités se sont montrées de plus en plus méfiantes à l’égard des montants énormes versés, les fonctionnaires allemands approuvaient régulièrement des centaines de millions d’euros de remboursements d’impôts. Les banques et les traders, quant à eux, ont été encouragés par le fait que les transactions Cum-Ex n’étaient pas réellement interdites et que les changements dans le code fiscal semblaient toujours laisser une porte de sortie ouverte à la stratégie.

À la lumière de tout cela, Raum a interprété sans détour les raisons pour lesquelles les participants se sont impliqués : « Ils voulaient gagner de l’argent, quoi qu’il arrive.

L’opération de Cologne est de loin la plus ambitieuse des trois enquêtes régionales allemandes sur le Cum-Ex. Brorhilker a lancé sa première enquête en 2013. En 2017, année où les procureurs de Cologne ont convaincu les premiers suspects de coopérer, elle en supervisait cinq. En 2020, grâce à de bien meilleurs renseignements, Cologne comptait 500 personnes sur sa liste de suspects et disposait d’une unité dédiée au Cum-Ex. Depuis, les choses n’ont fait que s’amplifier. En juillet 2023, Cologne supervisait 120 enquêtes avec 1 700 suspects, dont la plupart se trouvent à Londres.

L’équipe de Brorhilker dépose ses actes d’accusation à Bonn, à 30 minutes de train de Cologne, dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à l’ouest du pays. Bonn est le siège de l’Agence fédérale des impôts, qui s’occupe des questions fiscales pour les personnes basées en dehors de l’Allemagne. C’est également l’épicentre du contentieux Cum-Ex. La ville a accueilli le tout premier procès Cum-Ex en Allemagne il y a près de quatre ans, et deux anciens banquiers de M.M. Warburg et deux ex-associés de Duet Asset Management Ltd., basée à Londres, y sont actuellement inculpés. Les banquiers de Warburg seront suivis le 18 septembre par leur ancien patron, Christian Olearius, qui détient 40 % de la société.

Bonn est le siège de l’Agence fédérale des impôts, ainsi que l’épicentre du contentieux Cum-Ex. Image : Andreas Rentz/Getty Images

Alors que le nombre de suspects augmente, l’ancienne capitale de l’Allemagne de l’Ouest s’agrandit pour accueillir sa nouvelle industrie locale. Le tribunal de Bonn fait passer de deux à dix le nombre de chambres spécialisées dans le Cum-Ex. Les juges sont formés aux moindres détails de la finance, notamment au commerce des produits dérivés et à la vente à découvert. La construction d’un tribunal Cum-Ex de 43 millions d’euros dans la banlieue de Siegburg a commencé et devrait ouvrir ses portes en 2024.

De même que le train pour Francfort est devenu le lieu de prédilection des procureurs de Cum-Ex, la gare ferroviaire à grande vitesse de Siegburg pourrait bien devenir le lieu de prédilection des suspects. Cette gare relie la région de Bonn à l’aéroport de Francfort, ce qui permet aux accusés basés à Londres de prendre facilement l’avion les jours de procès.

Outre les poursuites pénales, il y a aussi la question du recouvrement de l’argent, qui se fait par le biais d’ordres de remboursement émis par le gouvernement et de refus de remboursement. À la fin de l’année 2021, le ministère allemand des finances avait recensé 429 cas représentant des pertes fiscales de 4,5 milliards d’euros. Sur ce montant, les autorités ont réussi à récupérer environ 3,1 milliards d’euros, sans compter les paiements récupérés dans le cadre de procès pénaux.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les investisseurs se sentent soudain de nouveau optimistes à l'égard du marché boursier, mais cela ne signifie pas qu'il faille commencer à le vendre à découvert.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Bien que les destinataires des ordres de remboursement soient confidentiels, certaines banques ont choisi de se manifester : BNY Mellon Corp a été jugée responsable en 2020 et en 2023 pour 150 millions de dollars, et en avril 2019, les agents du fisc bavarois ont exigé que l’unité Caceis du Crédit Agricole rembourse 312 millions d’euros plus les intérêts, qui s’étaient alors accumulés pour atteindre 148 millions d’euros supplémentaires. Les deux banques ont fait appel et BNY Mellon a déclaré avoir obtenu une indemnité de la part des vendeurs de l’unité qui était à l’origine de ce passif.

Dans certains cas, ces ordonnances ont été fatales. Maple Bank GmbH, basée à Francfort, a fait faillite après avoir reçu l’ordre de restituer 392 millions d’euros. Wolfgang Schuck, l’ancien PDG de la banque, âgé de 69 ans, a été condamné l’année dernière pour des transactions qui auraient coûté environ 388 millions d’euros aux contribuables allemands. Un tribunal de Francfort l’a condamné à quatre ans et quatre mois de prison, à une amende de 96 000 euros et à la saisie de 2,9 millions d’euros d’actifs, qui auraient été payés avec les bénéfices de Cum-Ex.

M. Schuck a fait appel de son jugement, mais les chances qu’il soit annulé sont minces : La plus haute cour pénale d’Allemagne a exprimé son soutien aux enquêtes sur Cum-Ex et, en appel, les juges ont toujours confirmé les condamnations prononcées à l’encontre de Cum-Ex.

La condamnation de Schuck fait partie des sept condamnations obtenues par les procureurs de Francfort, et l’une des treize obtenues au total en Allemagne. (Six ont été obtenues par les procureurs de Cologne ; les fonctionnaires de Munich enquêtent sur 45 personnes mais n’ont encore inculpé personne). Parmi les premières condamnations figurent Christian S., un ancien directeur général de Warburg qui a été condamné à cinq ans et demi de prison pour des transactions Cum-Ex qui ont coûté environ 326 millions d’euros aux contribuables, et son ancien collègue Detlef M., qui a été condamné à trois ans et demi de prison pour son rôle dans une fraude fiscale de 109 millions d’euros.

Lorsque S. a commencé à purger sa peine en janvier, cet homme de 80 ans est devenu la première personne à purger une peine de prison pour des accusations de Cum-Ex. Detlef M. a commencé à purger sa peine au début du mois d’août.

La prochaine affaire marquante débutera le 7 septembre à Francfort. Ulf Johannemann, ancien responsable mondial de la fiscalité au sein du cabinet d’avocats Freshfields, qui a conseillé des clients – dont la banque Maple de Schuck – sur la légalité des remboursements d’impôts générés par Cum-Ex, sera appelé à la barre. Le même jour, un deuxième procès s’ouvrira dans la ville contre un ancien banquier de Fortis qui s’est enfui en Espagne où il a été arrêté puis extradé. Le trader est actuellement en détention provisoire.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Bullard a-t-il sous-estimé le taux ? Les économistes de Stifel estiment que le taux des fonds fédéraux pourrait devoir atteindre 8 %, voire 9 %.

Pour Mme Brorhilker et ses collègues de Cologne, le risque est désormais que l’expansion rapide de leur opération complique les efforts déployés pour engager rapidement des poursuites.

Le cas du prêteur australien Macquarie Group est un exemple révélateur de la façon dont l’enquête s’est développée. En 2018, la banque a déclaré qu’une trentaine de membres de son personnel – dont le PDG de l’époque, Nicholas Moore, et son successeur, Shemara Wikramanayake – seraient cités comme suspects dans le cadre des enquêtes Cum-Ex. Seize mois plus tard, le prêteur a déclaré que les procureurs allemands visaient environ 60 employés actuels et anciens comme suspects, y compris Wikramanayake, qui avait alors remplacé Moore. Moins de quatre mois plus tard, en mai 2020, le prêteur a révélé que le nombre de suspects était passé à 100, « la plupart d’entre eux n’étant plus à l’emploi de Macquarie ».

Pourtant, aucune plainte n’a été déposée. Et Cologne n’a présenté qu’un seul nouvel acte d’accusation cette année. Si les suspects de Macquarie et d’autres grandes banques – dont Barclays et Deutsche Bank AG, qui employaient 124 et 100 banquiers qui ont ensuite été désignés comme suspects – sont inculpés, cela devrait se produire au plus tôt en 2024.

Barclays, ainsi que Caceis, BNY Mellon et Macquarie, ont refusé de commenter Cum-Ex. Dans une déclaration envoyée par courriel, la Deutsche Bank a écrit qu’elle porte un regard très critique sur les services qu’elle a fournis aux clients impliqués dans les transactions Cum-Ex, et qu’elle coopère avec les enquêtes.

Pour les quelque 1 800 suspects en Allemagne, attendre indéfiniment est un lourd fardeau à porter. Dans certaines juridictions, les banquiers qui postulent à un emploi sont obligés de révéler qu’ils font l’objet d’une enquête, ce qui signifie que le mal est fait même si les accusations n’aboutissent jamais ou si elles sont finalement rejetées. Pour les banques, en fonction de leur taille et de leur implication, le problème peut menacer leur réputation ou leurs perspectives. Quoi qu’il en soit, personne ne souhaite voir son nom figurer dans un titre de Cum-Ex.

L’une des raisons pour lesquelles le bureau de Brorhilker s’est empressé de nommer des suspects est que cela permet d’interrompre le délai de prescription, ce qui donne aux procureurs plus de temps pour travailler sur les dossiers. Parallèlement à une nouvelle loi qui prolonge la période d’enquête, Mme Brorhilker est bien placée pour empêcher les banques d’acheter pour se tirer d’affaire. Elle veut que justice soit faite, même si cela prend beaucoup de temps.

La principale procureure de Cologne chargée des affaires de sexe a eu 50 ans à la fin du mois de juillet. Il lui reste 16 ans avant d’atteindre l’âge de la retraite. Pour Brorhilker, il est clair qu’elle les passera à réparer les dégâts causés par le Cum-Ex.

2023 Bloomberg

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles