PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuLes putschistes militaires suspendent « toutes les institutions » et ferment les...

Les putschistes militaires suspendent « toutes les institutions » et ferment les frontières

——————————Article Journaliste—————————————————-

Les militaires putschistes prennent le contrôle: Suspension des institutions et fermeture des frontières

Une situation de crise sans précédent

Dans un retournement dramatique des événements, un groupe de militaires putschistes a pris le contrôle du pays, suspendant toutes les institutions gouvernementales et fermant les frontières. Cette action a plongé la nation dans une profonde incertitude politique et économique.

L’annonce choquante a été faite hier soir lors d’une déclaration télévisée par le chef des putschistes, le général Pierre. Il a déclaré que le gouvernement en place avait été destitué en raison de « graves dysfonctionnements » et qu’une junte militaire assumait désormais le pouvoir.

Suspension des institutions et fermeture des frontières

La première mesure prise par les putschistes a été la suspension de toutes les institutions gouvernementales, y compris le parlement et les tribunaux. Les militaires ont justifié cette action en affirmant que les institutions actuelles étaient « corrompues » et qu’une refonte complète était nécessaire pour rétablir l’ordre et la stabilité.

En plus de la suspension des institutions, les putschistes ont pris la décision de fermer les frontières du pays. Cette mesure vise à empêcher toute intervention étrangère potentielle et à établir un contrôle total sur les flux de personnes et de marchandises.

Une nation en suspens

Cette prise de contrôle militaire a plongé la nation dans une période d’incertitude sans précédent. Les citoyens sont choqués et inquiets quant à l’avenir de leur pays. Les conséquences économiques de la fermeture des frontières sont déjà visibles, avec une chute des marchés boursiers et une hausse des prix des produits importés.

Réaction internationale

La communauté internationale a condamné fermement ce coup d’État militaire et a appelé au rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel. Les gouvernements étrangers ont également rappelé leurs citoyens vivant dans le pays et ont mis en garde contre tout déplacement non essentiel dans la région.

Quel avenir pour la nation ?

Alors que les militaires putschistes tentent de consolider leur pouvoir, il reste à voir quelle sera la réaction des forces politiques opposées. Les manifestations de masse et les appels à la désobéissance civile peuvent être prévus dans les prochains jours.

Dans l’attente de l’avenir incertain de la nation, une chose est certaine : la suspension des institutions et la fermeture des frontières ont plongé la nation dans une crise politique et économique sans précédent. Les conséquences de cet acte audacieux auront des répercussions à long terme sur le pays et sa population.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

La dernière démocratie alliée de la France au Sahel, le Niger, a été renversée par des militaires. Dans une déclaration diffusée à la télévision nationale à Niamey, le colonel-major Amadou Abdramane, au nom du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), a annoncé la suspension de toutes les institutions issues de la 7e république. Les frontières ont été fermées et un couvre-feu de 22h00 à 05h00 a été instauré jusqu’à nouvel ordre. Les militaires ont affirmé avoir renversé le régime du président Mohamed Bazoum en raison de la dégradation continue de la situation sécuritaire et de la mauvaise gouvernance économique et sociale.

Cette déclaration a été condamnée par Washington, qui soutient le président démocratiquement élu du Niger. Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a appelé à la libération immédiate du président Bazoum. Les pourparlers entre les militaires et le régime en place, qui visait à trouver une solution à la crise, ont échoué. Le président béninois Patrice Talon était en route pour le Niger pour servir de médiateur, mais il est arrivé trop tard.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Motivation, entretien et gestion : Conserver les talents jusqu'en 2023

Le Niger est un pays partenaire de la France dans la lutte contre la violence jihadiste au Sahel. Il était dirigé par le président démocratiquement élu Mohamed Bazoum, en fonction depuis avril 2021.

Keywords: Niger, militaires, renversement, démocratie, France, Sahel, président, institutions suspendues, fermeture des frontières, couvre-feu, tensions, garde présidentielle, résidence officielle, pourparlers, exigences, médiateur, violence jihadiste.

—————————–Article Complet————————————————

La dernière démocratie alliée de la France au Sahel est tombée. Des militaires ont affirmé mercredi soir avoir renversé le régime du président du Niger Mohamed Bazoum, dans une déclaration lue par l’un d’entre eux à la télévision nationale à Niamey, au nom d’un Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP). «Toutes les institutions issues de la 7e république sont suspendues», lit à la télévision nationale du #Niger le colonel-major Amadou Abdramane. Les militaires disent avoir avoir renversé le régime du président @mohamedbazoum (2/2) pic.twitter.com/I64wEqdio6 – Philippe Berry (@ptiberry) July 26, 2023

L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement
En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires

J‘ACCEPTE

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton “J‘accepte pour aujourd‘hui” dans le bandeau ci-dessous.
Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

« Nous, forces de défense et de sécurité, réunis au sein du CNSP, avons décidé de mettre fin au régime que vous connaissez », celui du président Bazoum, a déclaré le colonel-major Amadou Abdramane, entouré de neuf autres militaires en tenue. « Toutes les institutions sont suspendues », a-t-il continué, annonçant la fermeture des frontières et l’instauration d’un couvre-feu de 22h00 à 05h00 « jusqu’à nouvel ordre ». Condamnation de Washington « Cela fait suite à la dégradation continue de la situation sécuritaire, la mauvaise gouvernance économique et sociale », a-t-il ajouté. Il a affirmé « l’attachement » du CNSP au « respect de tous les engagements souscrits par le Niger », rassurant également « la communauté nationale et internationale par rapport au respect de l’intégrité physique et morale des autorités déchues conformément aux principes des droits humains ».

« Je me suis entretenu avec le président Bazoum plus tôt dans la matinée et je lui ai dit clairement que les États-Unis le soutenaient résolument en tant que président démocratiquement élu du Niger. Nous demandons sa libération immédiate », a déclaré le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, en visite en Nouvelle-Zélande. Médiation du Bénin Cette déclaration des militaires est intervenue à l’issue d’une journée de tensions à Niamey, marquée par ce que le régime a appelé « un mouvement d’humeur » de la garde présidentielle qui retient le président Bazoum dans sa résidence officielle depuis mercredi matin. Des pourparlers entre les deux parties pour tenter de trouver une solution, sans que l’on sache quelles étaient les exigences des militaires, ont échoué. Le président béninois Patrice Talon était en route pour le Niger dans la nuit de mercredi à jeudi pour servir de médiateur, mais il devrait visiblement arriver trop tard. Le Niger, pays partenaire privilégié de la France dans le Sahel en proie à la violence jihadiste dans plusieurs parties de son territoire, était dirigé par le président démocratiquement élu Mohamed Bazoum, au pouvoir depuis avril 2021.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La confiance des entreprises britanniques diminue et les embauches chutent, selon une enquête de BDO

——————————Article à Propos—————————————————-

Les militaires putschistes suspendent « toutes les institutions » et ferment les frontières

Dans une série de développements dramatiques, les forces armées d’un pays ont annoncé la suspension de « toutes les institutions » du gouvernement et ont fermé les frontières, mettant ainsi en place un coup d’État. Les gens du pays sont choqués et incertains quant à ce que l’avenir leur réserve.

Les événements ont commencé tôt ce matin lorsque des tanks et des soldats ont été déployés dans les rues principales de la capitale. Cela a tout de suite provoqué la panique parmi la population civile, qui a rapidement compris qu’un coup d’État était en cours. Les rumeurs se sont propagées à travers la ville et la tension a augmenté alors que les rues se vidaient et que les habitants cherchaient refuge chez eux.

Dans une déclaration sur les ondes nationales, le chef des putschistes a déclaré que l’intervention militaire était nécessaire pour « rétablir l’ordre et l’intégrité du pays ». Il a accusé le gouvernement en place de corruption généralisée et d’incompétence, affirmant que seule une solution radicale pourrait remédier à la crise actuelle.

La décision de suspendre « toutes les institutions » a laissé la population perplexe. Les conséquences immédiates de cette action sont difficiles à prévoir, mais les citoyens craignent que cela ne conduise à une période d’instabilité politique, sociale et économique. Les services publics, tels que la santé et l’éducation, pourraient être gravement perturbés et il reste à voir comment les citoyens seront affectés par cette prise de pouvoir militaire.

La fermeture des frontières a également suscité des inquiétudes, car cela signifie que les citoyens ne peuvent pas quitter le pays et que les marchandises ne peuvent pas être importées. Cela aura des répercussions sur l’économie et la vie quotidienne des gens qui dépendent des importations pour leurs besoins essentiels. Les touristes et les voyageurs étrangers se trouvant actuellement dans le pays sont également bloqués, avec peu de recours ou d’informations sur leur sort.

La communauté internationale a condamné ce coup d’État et a appelé les putschistes à rétablir rapidement l’ordre constitutionnel et le gouvernement démocratique. Des sanctions économiques et diplomatiques ont été évoquées comme une réponse possible à cette prise de pouvoir illégale.

Alors que les événements se déroulent, il est crucial de tenir compte des conséquences que cette action pourrait avoir sur les citoyens et d’appeler à des négociations et à un dialogue pacifique pour résoudre les problèmes du pays. Les citoyens doivent rester unis et préserver la paix sociale malgré les difficultés auxquelles ils sont confrontés.

En fin de compte, seul le temps nous dira comment cette situation se déroulera et si les militaires seront en mesure de justifier leurs actions. Pour l’instant, une chose est sûre, le pays est plongé dans une période d’incertitude et d’inquiétude.

——————————Article en rapport avec le sujet —————————————————-

Les militaires putschistes suspendent « toutes les institutions » et ferment les frontières

La situation en (souligné)Guinée(souligné) est actuellement sous le choc suite à un événement surprenant qui s’est déroulé hier soir. Un groupe de militaires putschistes a annoncé la suspension de toutes les institutions du pays et la fermeture des frontières. Cette nouvelle a créé une onde de choc à travers le pays et suscite de vives inquiétudes tant au niveau national qu’international.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le pétrole prolonge sa chute en-dessous de 90 $ alors que les préoccupations de taux d'intérêt éclipsent la tension

(Souligné)Un coup d’État inattendu(souligné)

Le coup d’État a été mené par des militaires qui se sont emparés du pouvoir dans la capitale, Conakry. Les putschistes, dirigés par le colonel Mamady Doumbouya, ont déclaré que cette action était nécessaire pour mettre fin à la corruption et à la mauvaise gouvernance qui sévissent dans le pays depuis des années.

Ce coup d’État a pris tout le monde par surprise, y compris les analystes politiques et les observateurs internationaux. Personne ne s’attendait à une telle tournure des événements, d’autant plus que le président Alpha Condé, au pouvoir depuis 2010, avait été réélu l’année dernière pour un troisième mandat controversé.

(Souligné)La suspension des institutions(souligné)

Les putschistes ont rapidement pris le contrôle de Conakry et ont annoncé la suspension de toutes les institutions du pays, y compris le gouvernement et le parlement. Ils ont également annoncé la mise en place d’un comité national de rassemblement et de développement, qui sera chargé de gérer les affaires du pays pendant cette période de transition. La durée de cette transition reste encore floue et suscite de nombreuses interrogations quant à la légitimité de ce comité.

Les putschistes ont justifié leur action en accusant le gouvernement d’Alpha Condé d’être corrompu et d’avoir failli dans son devoir de protéger les intérêts du peuple guinéen. Ils ont déclaré qu’ils prendraient des mesures pour rétablir la paix, la sécurité et la justice dans le pays. Cependant, de nombreux Guinéens sont sceptiques quant aux réelles intentions des putschistes et craignent que cela ne conduise à une nouvelle période d’instabilité politique.

(Mettre en gras)Les frontières fermées(Mettre en gras)

Outre la suspension des institutions, les putschistes ont également annoncé la fermeture des frontières nationales. Cette décision a pris de court de nombreux Guinéens qui comptent sur les échanges commerciaux avec les pays voisins pour leur subsistance. Les conséquences économiques de cette mesure pourraient être dévastatrices pour la population déjà confrontée à de nombreux défis.

Les réactions de la communauté internationale

La communauté internationale a rapidement réagi à ce coup d’État en condamnant fermement cette prise de pouvoir militaire et en appelant au respect de l’ordre constitutionnel et de l’État de droit en Guinée. Des appels pour une résolution pacifique du conflit ont été lancés, avec l’espoir de revenir rapidement à un régime démocratique.

Il est encore trop tôt pour savoir quelles seront les conséquences à long terme de ce coup d’État en Guinée. La population est divisée entre ceux qui soutiennent les putschistes et ceux qui craignent que cela n’ouvre la voie à une nouvelle dictature. La situation reste tendue et préoccupante, avec une incertitude quant à l’avenir politique et économique du pays.

En conclusion, le coup d’État en Guinée a pris tout le monde par surprise et suscite de vives inquiétudes. La suspension des institutions et la fermeture des frontières soulèvent de nombreuses questions quant à la stabilité et à la gouvernance future du pays. Il est essentiel que la communauté internationale soutienne la Guinée dans sa quête d’un retour à la démocratie et à l’État de droit.

—————————–FIN—————————————————————————-

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles