FinanceGagner de l'argentLes préoccupations géopolitiques autour de Lady R n'ont pas été éliminées

Les préoccupations géopolitiques autour de Lady R n’ont pas été éliminées

Il y a encore un an, nos relations diplomatiques avec le monde n’étaient pas particulièrement pertinentes pour l’environnement des entreprises. Mais les choses ont changé radicalement lorsque le Lady R, un navire russe sanctionné, a accosté à Simon’s Town, après avoir éteint ses transpondeurs. Cette nouvelle a fait chuter le rand et a augmenté le coût des affaires.

Lire/écouter : Lady R garde ses secrets, le rapport du groupe d’experts n’est pas divulgué

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Je comprends que les alliés de l’Ukraine dans la guerre contre la Russie aient été inquiets. Les circonstances de l’amarrage étaient très suspectes et l’absence d’explication immédiate de la part des forces de défense nationale de l’Afrique du Sud n’a fait qu’accroître l’incertitude. Les pays alignés sur l’OTAN sont d’importants acheteurs de nos produits manufacturés et de nos matières premières, ainsi que des fournisseurs d’investissements considérables. Depuis l’incident, l’Afrique du Sud a été remise en question en tant qu’homologue des partenaires commerciaux occidentaux, ce qui constitue un risque supplémentaire à prendre en compte lorsque l’on envisage d’investir dans notre pays. L’incident a également accru le risque que notre accès commercial aux États-Unis soit réduit lorsque ce pays examinera l’éligibilité au titre de sa loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (African Growth and Opportunity Act).

Lorsque le président Cyril Ramaphosa a annoncé la création d’un groupe d’enquête dirigé par un juge à la retraite, nous avons demandé que son travail soit effectué rapidement afin de limiter les dégâts. L’enquête pourrait contribuer à corriger la prime de risque à laquelle nous sommes aujourd’hui soumis. Elle devra être approfondie et crédible et dissiper les craintes que l’Afrique du Sud soit impliquée dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les données clés suggèrent que l'économie de l'Afrique du Sud a évité une récession technique.

Lire : L’enquête sud-africaine ne prouve pas que l’Afrique du Sud a envoyé des armes à la Russie

La semaine dernière, seul un résumé du rapport a été publié, au motif que le rapport complet contenait des informations sensibles et classifiées qui menaceraient la sécurité du pays. Malheureusement, le résumé ne fournit pas un compte rendu définitif de ce qui s’est passé. Il donne peu d’informations sur les marchandises qui ont été livrées. Par exemple, il ne précise pas quelles licences du Comité national de contrôle des armes conventionnelles couvraient les importations.

Certains suggèrent que l’accostage du navire à Simon’s Town était en conflit avec les règles du port d’entrée du SA Revenue Service, mais le rapport ne fait pas grand-chose d’autre pour suggérer des actes répréhensibles. Le fait que le navire ait été déchargé de nuit est expliqué comme nécessaire, étant donné la nature classifiée des marchandises. Pourtant, le rapport indique également que le plan initial était de décharger le navire à Ngqura ou à Port Elizabeth, qui sont des ports commerciaux normaux où, vraisemblablement, de tels protocoles ne s’appliquent pas. Le navire a apparemment atterri à Simon’s Town uniquement parce que Ngqura/Port Elizabeth l’a refusé, compte tenu de son statut sanctionné.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Résultats WBCHSE HS 12e année 2023 : Les résultats seront annoncés à cette date et heure sur www.wbchse.wb.gov.in - Tous les détails ici

Écouter : Enquête Lady R : Le scandale continuera d’avoir un impact sur l’Afrique du Sud

Malgré les nombreuses questions soulevées par le rapport, il est certain que rien n’a été chargé sur le navire en vue de son exportation. C’était l’allégation la plus dommageable qui avait été faite, l’ambassadeur américain Reuben Brigety ayant déclaré publiquement qu’il était certain que des armes avaient été chargées. Les auteurs du rapport sur le Lady R sont des juristes et des avocats respectés, mais les détails communiqués ne sont pas suffisants en soi pour justifier une conclusion définitive. Les préoccupations géopolitiques liées au Lady R n’ont pas été éliminées et les entreprises doivent donc continuer à gérer les risques.

***

ANNONCE

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Raymond Ackerman était un géant du monde des affaires sud-africain. Notre industrie du commerce de détail est de classe mondiale en grande partie grâce à l’approche fougueuse et compétitive qu’Ackerman a adoptée pour construire Pick n Pay et à son souci de répondre aux besoins des clients. Sud-Africain convaincu, il a choisi de rester et de construire l’Afrique du Sud alors que beaucoup d’autres la quittaient. Ses affrontements avec le gouvernement de l’apartheid sont légendaires. Ils étaient tous deux connus pour leurs efforts visant à empêcher la concurrence par le biais de monopoles d’État et de commissions de contrôle de la commercialisation. Ses efforts ont permis de réduire sensiblement les coûts pour les consommateurs. À l’ère démocratique, il est devenu un aîné dans le monde des affaires, faisant pression en faveur d’une meilleure gouvernance et d’une économie plus compétitive. Il nous manquera et j’adresse mes condoléances à sa famille et à ses amis.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les cas de COVID en Chine restent stables alors que de nombreux commerces et écoles de Pékin sont fermés

Lire : Décès de Raymond Ackerman, figure emblématique du commerce de détail

***

Mangosuthu Buthelezi était un autre géant, cette fois de l’arène politique. Il a joué un rôle clé dans l’instauration d’un climat de réconciliation, de stabilité et de croissance dans l’ère post-apartheid, une période de forte croissance pour notre économie. Il a été membre du cabinet de Mandela et de Mbeki et a été président à plusieurs reprises. Il a compris l’importance de la prospérité économique comme fondement de la cohésion sociale et a travaillé dur pour combler le fossé entre les secteurs privé et public. Il voulait que tout le monde ait une chance de réussir économiquement et soutenait notre économie de marché. Je présente mes condoléances à la maison royale et à la nation zouloue.

Lire : Mangosuthu Buthelezi, leader de l’opposition en Afrique du Sud, meurt à 95 ans

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles