PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLes pires craintes pour la croissance mondiale pourraient se dissiper

Les pires craintes pour la croissance mondiale pourraient se dissiper

Des raisons d’espérer que l’économie mondiale puisse éviter un effondrement majeur pourraient apparaître au cours de la semaine à venir dans les enquêtes de conjoncture qui montrent une amélioration progressive dans la plupart des pays avancés.

Article content

(Bloomberg) — Grounds for more hope that the global economy can avoid a major slump may emerge in the coming week in business surveys showing gradual improvement across much of the advanced world.

Advertisement 2

Contenu de l’article

Les économistes s’attendent à une hausse des indices des directeurs d’achat aux États-Unis et dans la zone euro. Bien que plusieurs indicateurs suggèrent toujours une contraction, la direction de la hausse pourrait contribuer à renforcer l’idée qu’un atterrissage en douceur est possible.

Contenu de l’article

Dans le même temps, les effets du resserrement concerté des politiques par les banques centrales ne se sont pas encore fait pleinement sentir.

Activité PMI mondiale

Ces perspectives sont renforcées par la réouverture de la Chine après les blocages dus à la pandémie, par les signes de ralentissement de l’inflation et par l’assurance de certains hauts responsables européens que leurs économies ne connaîtront pas de récession. Le Fonds monétaire international pourrait même relever prochainement ses perspectives pour l’année, comme l’a laissé entendre son chef vendredi.

« Nous avons, de manière évidente, la force des marchés du travail qui se traduit par des dépenses des consommateurs et maintient l’économie à un niveau élevé », a déclaré Kristalina Georgieva au Forum économique mondial de Davos, en Suisse. « Avec la réouverture de la Chine, nous nous attendons à ce que la croissance cette année dépasse à nouveau la moyenne mondiale. »

Publicité 3

Contenu de l’article

La première estimation du produit intérieur brut du quatrième trimestre, attendue jeudi, pourrait s’avérer instructive. L’économie devrait croître à un taux annualisé de 2,7 % au cours des trois derniers mois de 2022, après un rythme de 3,2 % au troisième trimestre.

Bien qu’un tel chiffre suggère une croissance solide, les données récentes – y compris les ventes au détail, la construction de logements et la production industrielle – montrent que la dynamique commence à s’essouffler à la fin de 2022.

Les économistes interrogés par Bloomberg prévoient que le PIB américain diminuera sur plusieurs trimestres consécutifs au milieu de cette année, car les fortes hausses de taux d’intérêt de la Réserve fédérale pèsent davantage sur la demande.

Alors que le dynamisme de l’Asie pourrait donner un coup de fouet à ces perspectives, le directeur du FMI a laissé entendre qu’il y a un risque que sa contribution à l’économie mondiale puisse encore se dérégler.

Publicité 4

Contenu de l’article

« Et si la bonne nouvelle d’une croissance plus rapide de la Chine se traduisait par une hausse des prix du pétrole et du gaz, ce qui exercerait une pression sur l’inflation ? » a-t-elle déclaré.

Ce que dit Bloomberg Economics :

« Le PIB du quatrième trimestre sera dans une large mesure stimulé par la vigueur des dépenses de consommation dans les services, même si elles ont été réduites dans les biens. Les ménages ont continué à puiser dans l’excès d’épargne engendré par les mesures de relance et à bénéficier de solides augmentations de salaires. Le resserrement de la politique monétaire signifie que la demande sera nettement plus faible en 2023. »

-Anna Wong, Eliza Winger et Niraj Shah, économistes. Pour une analyse complète, cliquez ici

Ailleurs, les multiples décisions sur les taux pourraient inclure une dernière hausse potentielle de la Banque du Canada pour le cycle, et une 12ème hausse consécutive en Colombie. L’Australie et la Nouvelle-Zélande pourraient annoncer un ralentissement de la hausse des prix à la consommation, tandis que les décideurs de la zone euro auront une dernière occasion de s’exprimer avant leur propre réunion la semaine suivante.

Publicité 5

Contenu de l’article

Cliquez ici pour savoir ce qui s’est passé la semaine dernière. Vous trouverez ci-dessous notre résumé de ce qui se prépare dans l’économie mondiale.

Etats-Unis et Canada

Outre les rapports sur les indices PMI et le PIB aux États-Unis, le gouvernement devrait annoncer vendredi que les dépenses personnelles en biens et services corrigées de l’inflation ont diminué en décembre pour la première fois en un an. Les données devraient également montrer que l’inflation s’est refroidie sur une base annuelle, tout en restant élevée.

Les responsables de la Fed, qui observent une période d’interdiction avant leur réunion du 31 janvier et du 1er février, tiendront compte des indications d’un ralentissement de l’économie et d’une inflation modérée.

D’autres rapports devraient montrer des baisses dans les ventes de maisons neuves et les biens d’équipement de base.

Lire la suite : La Fed s’apprête à ralentir à nouveau ses hausses de taux et à débattre de l’ampleur du mouvement

Annonce 6

Contenu de l’article

Au nord, la Banque du Canada semble prête à clore l’une des campagnes de resserrement les plus agressives de son histoire avec ce que les économistes et les marchés prévoient être une dernière augmentation de 25 points de base des coûts d’emprunt mercredi.

Les décideurs politiques, dirigés par le gouverneur Tiff Macklem, ne déclareront probablement pas un arrêt complet des hausses, mais choisiront plutôt de maintenir le taux de référence de nuit à 4,5 % tout en gardant un ton faucon, car ils surveillent la vitesse à laquelle l’économie ralentit.

La décision est compliquée par des données contradictoires. Le marché du travail canadien, très tendu, continue de créer des emplois, le taux de chômage est proche d’un niveau record et la production économique devrait augmenter au dernier trimestre de 2022 à un rythme environ deux fois supérieur à celui des prévisions précédentes de la banque centrale.

Publicité 7

Contenu de l’article

L’inflation annuelle reste à un niveau inconfortable de 6,3 %, mais les pressions sous-jacentes montrent des signes évidents d’atténuation. Les ménages canadiens fortement endettés, quant à eux, ressentent les effets de la hausse des taux et commencent à réduire leurs dépenses.

  • Pour en savoir plus, lisez le rapport complet de Bloomberg Economics sur la semaine à venir pour les États-Unis.

Asie

L’Australie et la Nouvelle-Zélande publient leurs derniers chiffres d’inflation en milieu de semaine, alors que la Reserve Bank of Australia envisage une pause dans son cycle de resserrement et que la RBNZ réfléchit à sa prochaine action après une hausse massive en novembre.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Shein et Forever 21 s'associent dans une nouvelle entente.

En Corée du Sud, les résultats du PIB de jeudi pourraient montrer une contraction de l’économie, un résultat qui pourrait renforcer la prudence de la banque centrale.

Au Japon, les données de l’IPC de Tokyo vendredi devraient indiquer si l’inflation est plus proche d’un pic dans la troisième plus grande économie du monde.

Publicité 8

Contenu de l’article

Deux économies d’Asie du Sud très surveillées – le Pakistan et le Sri Lanka – décideront de leurs taux directeurs, ainsi que la Thaïlande.

Les Philippines font état des performances de leur économie pour 2022, dont le président Ferdinand Marcos Jr. avait estimé la croissance à 7%.

Le ministère des finances de la Thaïlande fournira ses dernières estimations économiques plus tard dans la semaine. La Chine sera fermée toute la semaine pour les vacances du Nouvel An lunaire.

  • Pour en savoir plus, lisez l’article de Bloomberg Economics intitulé « Week Ahead for Asia ».

Europe, Moyen-Orient, Afrique

La dernière fenêtre permettant aux responsables de la Banque centrale européenne de communiquer avant leur décision sur les taux du 2 février sera fermée jeudi.

Plusieurs apparitions sont prévues d’ici là, dont deux de la présidente Christine Lagarde, qui a promis aux participants de Davos de « maintenir le cap » sur la politique monétaire.

Publicité 9

Contenu de l’article

Pendant ce temps, les données de la zone euro pourraient donner de nouvelles indications sur la santé de l’économie.

En Allemagne, où le chancelier Olaf Scholz est désormais convaincu qu’une récession sera évitée, le rapport Ifo sur le climat des affaires de mercredi devrait montrer une amélioration de tous les indicateurs.

Une première estimation du PIB espagnol du quatrième trimestre pourrait révéler une légère expansion.

Le Royaume-Uni fait face à quelques jours plus calmes que récemment, sans aucun intervenant de politique monétaire de la Banque d’Angleterre, et l’enquête PMI et les données sur les finances publiques sont les seuls éléments au calendrier.

En Hongrie, la banque centrale fixera son taux de base lors d’une réunion mensuelle mardi, les investisseurs s’intéressant ensuite à un pivot potentiel vers l’assouplissement monétaire lors d’un appel d’offres pour les dépôts deux jours plus tard. Plus à l’est, les responsables ukrainiens devraient maintenir leur taux de référence inchangé à 25 %.

Annonce 10

Contenu de l’article

En Afrique, la banque centrale du Nigéria devrait ralentir le resserrement monétaire mardi avec une augmentation de 50 points de base. L’inflation a ralenti de manière inattendue en décembre, mais reste bien au-dessus du taux directeur, ce qui décourage l’épargne.

Mercredi, les décideurs politiques du Mozambique laisseront probablement les coûts d’emprunt officiels inchangés pour une deuxième réunion consécutive, l’inflation devant ralentir.

Après avoir concentré sa lutte contre le pire choc inflationniste mondial depuis une génération, la Banque de réserve sud-africaine ralentira probablement aussi le rythme des hausses de taux jeudi. Les traders estiment à plus de 80 % la probabilité d’une hausse de 25 points de base.

  • Pour en savoir plus, lisez le rapport complet de Bloomberg Economics sur la semaine à venir pour la région EMEA.

Amérique Latine

Annonce 11

Contenu de l’article

Mardi, les rapports semestriels sur les prix à la consommation devraient souligner le défi de taille auquel sont confrontés les décideurs politiques des deux plus grandes économies de la région.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les patrons de banques dissimulent 600 milliards de dollars de pertes non réalisées pour maintenir leurs méga bonus. Voici pourquoi les titres de portefeuille devraient être évalués à leur juste valeur.

Le résultat en glissement annuel du Brésil pourrait n’afficher qu’une légère baisse par rapport au taux de 5,9 %, tandis que l’indice global et l’indice de référence du Mexique restent pratiquement inchangés par rapport à leurs derniers relevés de 7,86 % et 8,34 % respectivement.

En Argentine, les données indirectes du PIB pourraient décevoir pour un troisième mois, le peso surévalué et l’inflation proche de trois chiffres menaçant une contraction au quatrième trimestre.

La banque centrale du Chili est pratiquement certaine de maintenir son taux directeur à 11,25 %, son plus haut niveau depuis deux décennies, pour une deuxième réunion consécutive jeudi. Une inflation quatre fois supérieure à l’objectif et une économie en récession mettent la directrice de la banque centrale, Rosanna Costa, dans une situation délicate.

Publicité 12

Contenu de l’article

Les observateurs colombiens s’attendent dans l’ensemble à ce que la Banco de la Republica prolonge un cycle de hausse record – une douzième augmentation consécutive du taux à 13% – face à la plus forte poussée d’inflation depuis une génération.

De manière surprenante, le ministre des finances Jose Antonio Ocampo, membre votant du conseil d’administration, a déclaré mardi que la banque n’avait pas besoin d’augmenter à nouveau son taux et que l’inflation avait atteint un sommet, deux affirmations qui vont à l’encontre des enquêtes menées par la banque auprès des analystes. Il faut faire des concessions.

  • Pour en savoir plus, lisez l’article de Bloomberg Economics intitulé « Week Ahead for Latin America ».

-Avec l’aide de Benjamin Harvey, Erik Hertzberg, Robert Jameson, Malcolm Scott et Stephen Wicary.

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs opinions sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et pour savoir comment régler vos paramètres de messagerie.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles