PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLes petits producteurs de légumes d'Afrique du Sud n'obtiennent pas le financement...

Les petits producteurs de légumes d’Afrique du Sud n’obtiennent pas le financement dont ils ont besoin

De nouveaux efforts sont déployés pour accroître la part des Noirs dans le secteur agricole sud-africain. Cela fait suite à des décennies de faux pas et d’interventions mal conçues qui n’ont pas réussi à modifier de manière significative les schémas de propriété dans le secteur.

Le dernier plan – connu sous le nom de plan directeur pour l’agriculture et l’agro-industrie – vise à fournir, entre autres, une assistance complète aux agriculteurs, un financement du développement, des services de recherche et de développement agricoles et des services de vulgarisation.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Elle vise également à accroître la part de la propriété noire et la contribution des petits producteurs dans le pays d’ici à 2030.

Le plan directeur a été signé par le gouvernement et des représentants de diverses entreprises et organisations de la société civile du secteur agricole. Il s’agit du premier plan stratégique multipartite du pays. Son objectif est de promouvoir la transformation des secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire affectés par l’apartheid.

Cependant, l’agriculture est une activité à forte intensité de capital et de ressources, qui nécessite un accès à des financements suffisants. Dans un étude récente nous avons examiné les défis financiers auxquels sont confrontés les petits exploitants agricoles dans la chaîne de valeur des légumes. Un petit agriculteur est une personne engagée dans des activités agricoles à petite échelle, cultivant généralement moins de 10 hectares de terre, vendant une partie de sa récolte et pratiquant une agriculture de subsistance.

L’étude fournit des informations précieuses qui pourraient contribuer à la mise en œuvre du plan directeur. Par exemple, l’une des principales conclusions est qu’il est urgent que le gouvernement fournisse des financements « patients » – tels que des périodes de remboursement plus longues – pour permettre aux agriculteurs de renforcer leurs capacités, d’accumuler des revenus et d’être rentables. Le problème actuel du financement public est qu’il est limité à la fois en termes d’échelle et de portée et qu’il est fourni au coup par coup.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Pourquoi les dernières données sur le marché de l'emploi constituent un scénario catastrophe pour les investisseurs en bourse

Il ne s’agit pas de suggérer qu’il n’y a pas de financement disponible pour les agriculteurs. Ce qui est en cause, c’est la question de savoir si ce qui est disponible aide les agriculteurs à s’implanter, à s’étendre et à se développer.

La manière dont le financement est proposé a une incidence sur l’accès à l’agriculture

L’agriculture nécessite des investissements substantiels dans les infrastructures et les équipements de l’exploitation. Cela comprend les clôtures, les outils agricoles, les tracteurs, les puits et les pompes, les systèmes d’irrigation, les filets d’ombrage et les tunnels de serre.

Recherches effectuées par le Centre pour la concurrence, la réglementation et le développement économique a constaté que l’installation d’un système d’irrigation et de tunnels de serres sur une exploitation de 5 hectares peut coûter à un agriculteur entre 2,5 et 3 millions de dollars (environ 159 000 dollars américains). Il s’agit là d’investissements considérables pour les petits exploitants.

La brièveté des délais de remboursement signifie que les agriculteurs doivent rembourser leurs prêts parfois avant même d’avoir atteint la rentabilité.

La question du financement est d’autant plus préoccupante que les petits exploitants agricoles s’autofinancent ou ont un accès limité au financement par l’emprunt.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Une étude révèle que les infections à Covid sont 3 fois plus fréquentes chez les enfants âgés de 5 à 11 ans que dans la population générale

Comme l’a dit un agriculteur :

La raison pour laquelle les agriculteurs s’effondrent et abandonnent la culture des légumes est qu’ils obtiennent un prêt pour se lancer dans l’agriculture et qu’ils enregistrent des pertes au cours des premières années, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas rembourser le prêt, alors ils commencent à vendre des biens agricoles pour rembourser le prêt.

C’est contre-productif. Si une exploitation agricole fait faillite, tout le financement et le soutien non financier fournis précédemment pour démarrer l’entreprise sont perdus.

Le financement patient est la solution. Le financement patient dans l’agriculture est un financement et un soutien à plus long terme qui tient compte des délais et des risques associés aux cycles agricoles et du temps nécessaire à l’agriculteur pour devenir rentable.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Le manque de financement patient empêche également les agriculteurs d’accéder à des marchés fiables et cohérents, tels que les supermarchés. Les supermarchés ont des exigences strictes qui obligent souvent les agriculteurs à investir davantage dans leur exploitation. Les investissements requis peuvent prendre la forme d’infrastructures telles que des entrepôts, des hangars d’emballage, des chambres froides, des états financiers appropriés et des camions frigorifiques pour livrer les magasins.

Les aides publiques ne couvrent pas les risques liés aux conditions météorologiques et au changement climatique. Ceux-ci affectent de plus en plus les petits exploitants qui pratiquent encore l’agriculture de plein champ.

De nombreux agriculteurs se sont également plaints de la complexité des formulaires de demande et des procédures bureaucratiques pour obtenir un financement. Souvent, les petits agriculteurs ne remplissent pas toutes les conditions stipulées dans les formulaires, comme la tenue d’une comptabilité. Cela limite leurs chances d’accéder au financement. Le département manque également d’assistance sur la manière dont les demandeurs peuvent remplir les formulaires lorsqu’ils rencontrent des difficultés.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le Pakistan a adopté le terrorisme comme stratégie d'État : un vétéran de Kargil

Comme l’a suggéré un agriculteur :

Le problème avec l’aide gouvernementale, c’est qu’elle vient et aide au coup par coup et qu’elle ne va pas jusqu’au bout. De plus, le gouvernement ne se rend pas sur place pour vérifier et évaluer les progrès accomplis.

Ce qu’il faut faire

Le gouvernement doit fournir un financement patient pour permettre aux agriculteurs de renforcer leurs capacités, d’accumuler des revenus et d’être rentables.

Cela garantira la participation des petits exploitants agricoles en leur permettant d’accéder à des marchés plus fiables et plus cohérents. Les consommateurs bénéficieront également de produits de meilleure qualité et éviteront les pénuries alimentaires potentielles dans le sillage de l’inflation élevée et de la crise de l’énergie en Afrique du Sud.

La mise en place du plan directeur pour l’agriculture et l’agro-industrie est utile. Mais il doit être mis en pratique correctement. Si l’accent est mis sur les petits exploitants agricoles, il convient d’insister davantage sur l’accès au financement, afin de les doter des outils nécessaires à une meilleure production.

Karissa Moothoo Padayachie est chercheuse au Centre pour la concurrence, la réglementation et le développement économique, Université de Johannesburg.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire le article original.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles