Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et Covid affectent les bénéfices de Zeder

0
1
Les perturbations de la chaîne d'approvisionnement et Covid affectent les bénéfices de Zeder

FIFI PETERS : Zeder Investments a récompensé aujourd’hui les investisseurs avec un dividende spécial pour la troisième année consécutive. Ceci alors qu’il s’efforce de maximiser continuellement la valeur pour les actionnaires. Mais le groupe, comme beaucoup, s’inquiète de l’inflation et de l’impact que la hausse des coûts pourrait avoir sur les marges.

Nous sommes rejoints par Johann le Roux, qui est le PDG de Zeder, le groupe d’investissement basé sur l’agriculture. Johann, merci beaucoup pour votre temps. Plus tôt dans la journée, lorsque nous avons discuté, vous avez dit que vous étiez inquiet de l’inflation et, en fait, que l’inflation était l’une des plus grandes préoccupations du groupe en ce moment. Quelles sont les hausses de prix qui vous préoccupent le plus dans votre écurie ?

JOHANN LE ROUX : Fifi, quand je parle d’inflation à la ferme, je pense que nous allons avoir une inflation significative en termes d’intrants agricoles. De toute évidence, la hausse du prix du pétrole résultant du conflit entre l’Ukraine et la Russie entraînera une augmentation des prix des engrais et du carburant dans les exploitations agricoles. Ainsi, l’inflation des intrants agricoles entraînera certainement un resserrement des marges pour l’agriculteur.

Dans nos investissements, Zaad, Agrivision et Capespan, mais probablement plus Capespan qu’Agrivision, il y a de grandes exploitations agricoles, donc nous allons ressentir cette pression de l’inflation dans les exploitations.

Mais, ceci dit, le prix des matières premières, s’il peut rester élevé, une entreprise comme Agrivision – qui est un producteur de blé et de soja – les prix des matières premières les plus élevés, ils devraient en bénéficier. Mais quand je parle d’inflation, c’est du côté des intrants agricoles que le coût pour l’agriculteur va certainement augmenter.

FIFI PETERS : J’imagine que l’agriculteur ne peut pas planifier en fonction des prix élevés des produits de base et qu’il doit y rester plus longtemps. J’imagine que des décisions doivent être prises pour le pire des scénarios. Je voudrais vous parler de ce scénario du pire dans le sens où quelle part de la pression sur les coûts que l’agriculteur subit actuellement à la sortie de l’usine peut être récupérée en la répercutant sur les clients dans cet environnement ?

JOHANN LE ROUX : Je pense que tout dépend de l’état de votre consommateur, de votre marché de consommation. En Afrique du Sud, je pense que les consommateurs subissent déjà une pression importante en raison de l’augmentation d’autres coûts. Nous avons des choses comme les coûts de transport, le carburant, nous avons des choses comme l’électricité – donc les consommateurs sont déjà sous pression.

Il est donc évident que l’agriculteur ou l’agro-producteur essaiera de répercuter le plus possible le prix sur le consommateur, mais si les consommateurs sont déjà soumis à une pression importante, cela devient de plus en plus difficile ; et il y a normalement un peu de retard dans ce domaine également. Cela ne se produit pas du jour au lendemain.

Donc oui, je pense que les agriculteurs seront sous pression. Je pense qu’ils auront une pression inflationniste en conséquence. Il y aura plus d’inflation du côté de l’alimentation, ce qui n’est évidemment pas génial pour le consommateur.

FIFI PETERS : Certainement. Et ensuite, si je peux me permettre d’approfondir certains des facteurs de la chaîne d’approvisionnement qui ont également augmenté les coûts. Nous avons peut-être un nouveau défi en matière de chaîne d’approvisionnement en ce moment, en fonction de la durée des inondations qui ont eu lieu dans le KZN ces derniers jours. Ainsi, tout au long de la journée, nous avons vu les entreprises publier des déclarations, une par une, pour informer la communauté des investisseurs de tout impact sur leurs opérations. Je veux dire, je viens de lire quelque chose de Sappi qui parle des dommages causés à certains stocks qui pourraient affecter les commandes des clients. Comment se présente la situation pour Zeder ?

JOHANN LE ROUX : Nous n’avons connaissance d’aucun dommage en termes d’actifs que nous possédons. Le port de Durban, cependant, est un port critique pour les exportations de fruits frais, en particulier les agrumes, et comme les agrumes sont en train de tomber des arbres, ils doivent être transportés aussi rapidement que possible. Il s’agit d’un produit périssable, comme tous les fruits frais, et il ne faut pas le laisser trop longtemps dans un conteneur frigorifique.

Espérons qu’il s’agit d’un incident de courte durée et que le port de Durban pourra reprendre ses activités aussi rapidement que possible, car il n’y a pas beaucoup d’options pour le transport des agrumes.

Ils [fruit exports] peuvent soit aller à Maputo via le corridor mozambicain, soit être acheminés vers n’importe quel autre port. Mais cela signifie évidemment des retards et signifie que votre nourriture met plus de temps à arriver sur les marchés, ce qui entraîne des problèmes de qualité et les problèmes de qualité entraînent probablement une baisse des prix. Il s’agit donc d’une véritable chaîne d’événements.

Nous avons besoin que le port de Durban soit opérationnel aussi vite que possible.

FIFI PETERS : C’est un autre défi auquel sont confrontés les ports ici en Afrique du Sud, tels qu’ils sont exploités par Transnet. Nous avons été témoins d’inefficacités regrettables tout au long de l’année, pendant la pandémie, qui ont coûté cher aux exportateurs. Mais nous avons également entendu les déclarations du président qui tente de régler la situation dans nos ports nationaux. J’aimerais avoir votre avis à ce sujet, et savoir si vous avez constaté des changements significatifs jusqu’à présent.

JOHANN LE ROUX : Fifi, nous n’avons pas vu de changement matériel sur le terrain. Il y a eu les comités et les forums créés pour essayer d’élaborer des plans pour résoudre les problèmes, mais sur le plan opérationnel sur le terrain, nous n’avons pas encore vu d’amélioration.

Lire : Pas d’amélioration majeure de l’efficacité du port de Durban, selon le patronat organisé

FIFI PETERS : Nous avons entendu les mineurs nous informer de la valeur des ventes à l’exportation perdues en raison des inefficacités de Transnet. Je me demande si vous avez une valeur en termes de coût d’opportunité pour le groupe en raison de l’impossibilité d’expédier vos agrumes à temps ?

JOHANN LE ROUX : Fifi, malheureusement, je n’ai pas de chiffre pour cela. Je pense que la plus grande différence entre les matières premières minières et quelque chose comme les fruits est que dans l’industrie des fruits, vous êtes un preneur de prix quand il s’agit de l’autre côté de l’océan en termes de votre marché.

Donc, je pense que c’est encore plus difficile à quantifier. Mais, comme vous le savez, l’agriculture est un employeur massif de personnes. Et si ce genre de secteur qui a connu une période très, très stable et en fait très, très bonne tout au long de Covid, est mis à mal, malheureusement cela peut probablement conduire à plus de pertes d’emplois.

FIFI PETERS : Ce serait très malheureux. Mais pour en revenir à vos chiffres et à l’année en cours, il y a eu beaucoup d’activités d’entreprise. Vous avez dégroupé votre participation dans Kaap Agri, et vous vendez l’activité logistique, et vous pourriez vendre d’autres activités. Est-ce la fin de l’ère de la société holding d’investissement telle que nous la connaissons, étant donné que nous avons vu des activités d’entreprise similaires se produire ailleurs chez RMI, avec le PSG par exemple ?

JOHANN LE ROUX : Fifi Je pense que la holding d’investissement est définitivement sous pression historiquement. Pourquoi venir sur le marché et être un véhicule coté ? Pour lever des fonds et, évidemment, pour se développer et investir.

Actuellement, les holdings d’investissement se négocient toutes à un escompte significatif par rapport à leur Nav ou à la somme de leurs parties…

[This] signifie que la raison essentielle pour laquelle vous seriez listé – pour aller lever des fonds sur le marché – n’est plus une option. Il n’y a aucune chance que vous puissiez lever des fonds au prix de votre action. Vous voulez lever des fonds à la valeur de la somme des parties.

Donc, la pression est sur les holdings d’investissement. Je ne pense pas que ce soit nécessairement la fin de la route pour Zeder. Nous ne sommes pas sous pression pour vendre nos actifs restants à tout prix. Si nous pouvons faire de bonnes transactions, avec des primes qui nous permettent de maximiser la richesse des actionnaires, alors il est évident que nous les considérerons et les examinerons.

FIFI PETERS : Mais est-ce que cela pourrait être la fin de la route pour Zeder sur le JSE ?

JOHANN LE ROUX : Fifi, je ne pense pas. Je veux dire, je pense que pour les entreprises, se retirer de la liste n’est pas aussi facile que les gens le pensent. Ce n’est pas comme si votre conseil d’administration pouvait se réveiller un jour et décider “nous voulons nous retirer de la cote”. Il faut quelqu’un qui fasse une offre à tous les actionnaires de Zeder.

Nous n’avons pas encore eu une telle approche. Pour l’instant, les approches que nous avons reçues concernaient toutes des actifs individuels spécifiques.

FIFI PETERS : Très bien. Compte tenu de la vague d’inscriptions que nous avons vue ces derniers temps, on pourrait penser que c’est aussi simple que cela. Mais merci d’avoir clarifié cela pour nous. Johann, nous allons en rester là. Johann le Roux est le PDG de Zeder Investments.

Retour à l’accueil Worldnet