PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLes femmes dans la vingtaine et la trentaine qui se diagnostiquent elles-mêmes...

Les femmes dans la vingtaine et la trentaine qui se diagnostiquent elles-mêmes avec le TDAH créent une pénurie d’Adderall.

En tant que femme trentenaire qui tapait constamment « TDAH » sur mon ordinateur, il m’est arrivé quelque chose d’intéressant en 2021. J’ai commencé à recevoir une vague de publicités m’incitant à obtenir une aide en ligne pour le TDAH, ou le trouble du déficit de l’attention/hyperactivité. L’une proposait une évaluation gratuite d’une minute pour savoir si j’avais ce trouble, une autre offrait un jeu numérique qui pouvait m’aider à « reprogrammer » mon cerveau. Une autre publicité me demandait si j’étais « performante » mais toujours pas promue au travail. La raison pour laquelle le terme TDAH envahit ma vie numérique est que je suis une psychologue clinicienne qui ne traite que des patients atteints de TDAH. Je suis également chercheuse en psychiatrie à la Faculté de médecine de l’Université de Washington, qui étudie les tendances du TDAH tout au long de la vie. Mais ces publicités étaient une nouvelle tendance frappante. L’année suivante, en octobre 2022, la Food and Drug Administration des États-Unis a annoncé une pénurie nationale de sels mixtes d’amphétamine, un médicament commercialisé sous le nom d’Adderall. Le nom de marque Adderall et ses équivalents génériques sont devenus l’un des traitements médicamenteux les plus courants du TDAH. Au cours des mois suivants, d’autres médicaments contre le TDAH ont rejoint Adderall sur la liste des médicaments sur ordonnance en pénurie. En août 2023, les États-Unis connaissent toujours une pénurie de plusieurs médicaments contre le TDAH, et certains ne devraient pas être résolus avant quelques mois supplémentaires au moins. La pénurie semble avoir été déclenchée par une combinaison d’une forte demande et de l’accès à des ingrédients clés. Ces derniers mois, des millions d’Américains se sont retrouvés sans garantie d’accès à leurs médicaments quotidiens. En mars 2023, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont signalé une augmentation sans précédent des prescriptions de stimulants entre 2020 et 2021. La surprise a été que le groupe démographique présentant la plus forte augmentation de l’utilisation de stimulants – une augmentation d’environ 20% en un an – était constitué de femmes dans la vingtaine et la trentaine. Les conclusions des CDC, ainsi que la pénurie de stimulants, soulèvent des questions intéressantes – et toujours sans réponse – sur les facteurs qui alimentent ces tendances. Le défi du diagnostic du TDAH chez l’adulte Malgré la sensibilisation croissante au TDAH au cours des dernières décennies, de nombreuses personnes atteintes de TDAH, en particulier les femmes et les personnes de couleur, ne sont pas diagnostiquées dans l’enfance. Mais contrairement à la dépression ou à l’anxiété, le diagnostic du TDAH est assez compliqué chez les adultes. Le diagnostic du TDAH chez les enfants ou les adultes nécessite d’abord d’établir que les traits ressemblant au TDAH, qui existent sur un continuum et peuvent fluctuer, sont suffisamment graves et chroniques pour empêcher une personne de mener une vie normale et saine. La personne moyenne présente quelques symptômes de TDAH, il peut donc être difficile de distinguer entre des tendances ressemblant au TDAH – comme avoir tendance à perdre ses clés, avoir un bureau désordonné ou avoir souvent l’esprit ailleurs lors d’une tâche ennuyeuse – et un trouble médical diagnostiquable. Il n’existe aucun test objectif pour diagnostiquer le TDAH, il est donc généralement nécessaire que les médecins réalisent un entretien structuré avec le patient, demandent aux membres de la famille de remplir des échelles d’évaluation et examinent les dossiers officiels pour établir un diagnostic concret. Des difficultés de diagnostic peuvent également survenir pour les psychiatres et autres professionnels de la santé, car le TDAH présente des similitudes avec de nombreuses autres conditions. En fait, la difficulté de concentration est le deuxième symptôme le plus courant parmi tous les troubles psychiatriques. Pour compliquer encore les choses, le TDAH est également un facteur de risque pour bon nombre des affections qu’il peut ressembler. Par exemple, des années de critiques négatives peuvent amener certains adultes atteints de TDAH à développer une dépression et une anxiété secondaires. Parvenir au bon diagnostic nécessite un clinicien bien formé qui est en mesure de prendre suffisamment de temps pour recueillir de manière approfondie les antécédents nécessaires du patient. Stress de la pandémie de COVID-19 Avec le recul, certains facteurs clairs étaient en jeu, mais on ne sait pas dans quelle mesure ils ont influencé l’augmentation des prescriptions de stimulants. En 2021, les États-Unis étaient encore en plein cœur de la phase aiguë de la pandémie de COVID-19. Les gens perdaient encore leur emploi, étaient confrontés à des difficultés financières et jonglaient avec les défis du travail à domicile, comme avoir des enfants qui faisaient l’école en ligne à la maison. De nombreuses familles perdaient des proches et il y avait un énorme sentiment d’incertitude quant au moment où la vie normale reviendrait. Les exigences de la pandémie ont pesé sur tout le monde, mais les recherches montrent que les femmes ont peut-être été affectées de manière disproportionnée. Cela aurait pu conduire à une proportion plus élevée d’adultes recherchant des traitements stimulants pour les aider à faire face aux exigences de la vie quotidienne. De plus, sans accès à des espaces de loisirs en personne, la pandémie a de plus en plus poussé de nombreuses personnes à passer plus de temps sur les médias numériques. En 2021, un mouvement de justice sociale axé sur la « neurodiversité » gagnait du terrain en ligne. La neurodiversité est un terme non médical qui fait référence à la vaste diversité des processus cérébraux qui diffèrent de ce qui a traditionnellement été considéré comme « typique ». À ce moment-là, le hashtag #ADHD est devenu le septième sujet de santé le plus populaire sur TikTok. Les anecdotes auxquelles on peut s’identifier de clés perdues, de procrastination, de mésaventures romantiques et de signes secrets de TDAH ont commencé à inonder Internet. Mais tandis qu’Internet débordait de contenu sur le TDAH, des chercheurs canadiens ont commencé à trier les vidéos TikTok avec le hashtag #ADHD en fonction de leur exactitude et de leur utilité. Ils ont constaté quelque chose d’important : la majorité du contenu sur le TDAH était trompeur. Seuls 21% des messages fournissaient des informations utiles et précises. Ainsi, parmi la communauté croissante en ligne de personnes nouvellement auto-diagnostiquées avec le TDAH, nombre d’entre elles n’avaient probablement pas réellement ce trouble. Pour certains, la cyberchondrie – ou l’anxiété liée à la santé après des recherches en ligne – pouvait s’installer. D’autres pouvaient confondre le TDAH avec une autre condition, ce qui est étonnamment facile à faire. D’autres encore pouvaient présenter des problèmes d’attention légers qui ne relevaient pas de la gravité du TDAH. À quoi ressemblait les soins pour le TDAH en 2021 Le système de santé mentale américain était surchargé en 2021. La plupart des prestataires de soins traditionnels pour le TDAH, tels que les psychiatres, les psychologues, les thérapeutes en santé mentale et les infirmiers praticiens en psychiatrie, avaient des listes d’attente de plusieurs mois pour les nouveaux patients. Les personnes recherchant de l’aide pour le TDAH ont pu obtenir plus rapidement des rendez-vous avec leurs fournisseurs de soins primaires, qui peuvent ou non être à l’aise pour diagnostiquer et traiter le TDAH chez l’adulte. Étant donné que la demande de soins pour le TDAH dépassait la capacité, de nouvelles options étaient nécessaires pour répondre aux besoins des patients. À cette époque, des start-ups de soins en ligne pour le TDAH ont commencé à apparaître, atteignant les consommateurs potentiels avec des publicités numériques attrayantes comme celles que j’ai reçues. Comparés aux soins traditionnels, les modèles des start-ups utilisaient apparemment des méthodes de réduction des coûts, telles que des évaluations rapides et une main-d’œuvre à moindre coût. Les start-ups étaient également signalées pour s’appuyer sur un modèle de soins uniforme qui ne personnalisait pas suffisamment les traitements, prescrivant souvent des stimulants au lieu de traitements qui auraient pu être plus indiqués. Certaines de ces entreprises font maintenant l’objet d’une enquête du gouvernement fédéral. Bien qu’elles soient controversées dans la communauté médicale, ces modèles ont peut-être également réduit les obstacles aux soins pour le TDAH pour de nombreuses personnes. Le verdict est toujours attendu Avant la publication des données de prescription de stimulants de 2022 et 2023 par les CDC, des chercheurs comme moi ne sauront pas si les tendances de 2021, marquées par une augmentation des prescriptions chez les adultes et une forte demande de médicaments contre le TDAH, vont se poursuivre. Si les tendances se stabilisent, cela pourrait signifier que les patients qui n’ont pas pu accéder aux soins peuvent enfin obtenir l’aide dont ils ont besoin. Si la prescription de médicaments contre le TDAH revient aux niveaux d’avant la pandémie, cela pourrait signifier qu’une tempête parfaite de facteurs liés à la COVID-19 a entraîné un pic momentané de personnes recherchant un traitement contre le TDAH. Ce qui est clair, c’est que la pénurie actuelle de professionnels de la santé mentale se sentant à l’aise pour diagnostiquer et traiter le TDAH chez les adultes continuera d’affecter la capacité des nouveaux patients à obtenir une évaluation diagnostique adéquate pour le TDA

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Légère augmentation du nombre de femmes siégeant au conseil d'administration de l'indice FTSE, mais seulement un dixième des dirigeants d'entreprise sont des femmes

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles