Les entreprises d’Esor condamnées à une amende de 15,7 millions de rands pour fixation des prix et truquage des offres

0
0
Esor companies fined R15.7m for price-fixing and bid-rigging

Trois sociétés qui faisaient partie de l’ancien groupe de construction géotechnique et de génie civil Esorfranki, coté au JSE et rebaptisé Esor, ont été condamnées collectivement à une amende de 15,7 millions de rands par le Tribunal de la concurrence.

Le tribunal a estimé qu’Esor Ltd, Esor Africa (Pty) Ltd et Esor Construction (Pty) Ltd ont enfreint des sections de la loi sur la concurrence dans la mesure où, de 1999 à 2008 au moins, les sociétés ont fait partie d’un cartel de la construction qui a conclu des accords entre elles, fixé les prix des appels d’offres et réparti les appels d’offres/clients et les projets entre elles, et s’est livré à un truquage des offres par le biais de prix de couverture.

Le prix de couverture consiste à créer l’illusion de la concurrence en faisant en sorte que certaines entreprises soumettent des offres non concurrentielles pour permettre à un autre conspirateur de remporter un appel d’offres, le soumissionnaire gagnant payant une “commission de perdant” à l’entreprise qui a fourni le prix de couverture.

Esor, qui a déposé une demande de sauvetage d’entreprise en août 2018, a vu sa cotation sur le JSE résiliée en juin 2020.

Lire : Esor soumet sa filiale de construction au sauvetage des entreprises

Le PDG d’Esor Construction, Wessel van Zyl, a déclaré vendredi qu’aucune des trois entités ne dispose de fonds pour une longue action en justice.

“Bien que notre ancienne équipe juridique pense[s] qu’il n’existe aucune preuve liant Esor à la liste des contrats, nous n’avons pas les moyens financiers de faire appel”, a-t-il déclaré.

Van Zyl a déclaré qu’Esor Limited et Esor Africa sont toujours en sauvetage d’entreprise, tandis qu’Esor Construction est sortie avec succès du processus de sauvetage d’entreprise en mars 2019.

“Suite au jugement et à la quantification d’une pénalité, la responsabilité finale des créanciers peut maintenant être finalisée et un dividende sera versé aux créanciers pour clôturer le processus de sauvetage d’entreprise d’Esor Construction”, a-t-il déclaré.

L’affaire est liée à un processus de règlement accéléré lancé par la Commission de la concurrence, qui a abouti à la conclusion d’accords de consentement par 15 entreprises de construction en 2013, dans lesquels elles ont accepté de payer des pénalités d’un montant total de 1,46 milliard de dollars pour collusion et truquage d’offres.

Lire :
L’accord de règlement de la collusion et du truquage des offres dans le secteur de la construction en difficulté
Accord de règlement en matière de concurrence : Seules deux entreprises de construction sont à jour dans leurs paiements

La Commission a engagé l’affaire contre Esor et les autres défendeurs en mars 2009 et l’a renvoyée devant le tribunal le 2 mars 2011.

M. Van Zyl a déclaré qu’Esor a toujours soutenu, par l’intermédiaire de Bernie Krone, alors PDG, qui est décédé en 2021, qu’Esor s’est retiré du soi-disant club de lecture en 2005 et n’a pas participé à d’autres pratiques.

Le tribunal a constaté que le cartel de la construction a formalisé ce qui était connu sous le nom de Piling Group ou Book Club, qui était un arrangement visant à fixer les prix et à lancer des appels d’offres collusoires pour des projets géotechniques, y compris le battage, le soutien latéral, le forage et l’injection de coulis.

Parmi les projets, citons le barrage de Lusip au Swaziland, le projet de pieux de Sappi/Saiccor, le projet de pieux du stade Moses Mabhida, le projet d’injection de coulis du barrage de Braamhoek, le projet de paroi moulée du port de Coega, le projet de liaison ferroviaire rapide de Gautrain, la station de traitement d’Olifantsfontein et le projet d’eau des Highlands du Lesotho.

L’affaire contre Diabor Pty (Ltd), l’un des derniers défendeurs dans cette affaire, a été rejetée.

La CompCom se félicite de la décision

La Commission de la concurrence a salué vendredi la décision du tribunal de déclarer le groupe de sociétés Esor coupable de fixation des prix, de répartition des marchés et d’offres collusoires sur les marchés des services géotechniques liés à la construction.

Quatre autres sociétés ont été initialement citées comme mises en cause mais ont conclu des accords de règlement avec la commission.

En ce qui concerne ces accords :

  • Geomechanics CC et Geomech Africa (Pty) Ltd, qui font partie du même groupe, ont accepté de payer une amende totale d’environ R1,65 millions pour des appels d’offres collusoires sur certains projets. Le tribunal a confirmé cet accord de règlement en octobre 2016.
  • Rodio Geotechnics (Pty) Ltd a accepté de payer une amende de R885 963 pour des appels d’offres collusoires sur neuf projets dans le cadre d’une coentreprise avec la division d’ingénierie des sols de Grinaker-LTA. Ce règlement a été confirmé par le tribunal en avril 2018.
  • Dura Soltanche Bachy a accepté de payer une amende de R988 589,08 pour des appels d’offres collusoires sur 11 projets de construction, cet accord de règlement ayant été confirmé par le tribunal en novembre 2015.

Toutes ces entreprises ont été initialement inculpées avec Grinaker-LTA, le demandeur de clémence dans l’affaire, puis l’activité de construction et d’ingénierie en Afrique australe d’Aveng, cotée au JSE.

Grinaker-LTA a ensuite été vendue en 2019 au consortium Laula, détenu par des Noirs.

La commission a allégué que, des années 1970 à au moins 2015, les huit intimés se sont entendus sur divers appels d’offres.

Elle a également allégué que les entreprises se sont entendues par le biais d'”arrangements formels” jusqu’en 2005 et que, par la suite, elles se sont engagées dans des “arrangements ad hoc”.

Dans ses plaidoiries, Esorfranki a admis avoir participé aux accords formels mais a affirmé que ces accords avaient pris fin en 2005, soit plus de trois ans avant le début de l’enquête de la Commission en 2009.

Elle a fait valoir que la commission ne pouvait donc pas porter plainte contre elle en vertu d’un article de la loi sur la concurrence qui, avant les modifications de 2018, précisait qu’une plainte pour pratique interdite ne pouvait être déposée plus de trois ans après la cessation de la pratique.

Le tribunal a rejeté l’argument d’Esorfranki après avoir constaté que le comportement relatif aux projets attribués avant le 24 septembre 2005 s’est poursuivi au moins jusqu’après juin 2008.

Esorfranki a admis avoir participé à une conduite collusoire sur un projet de Sappi/Saiccor mais la commission a accusé Esorfranki d’avoir participé à plusieurs arrangements ad hoc.

Le tribunal a noté que l’affaire contre Esorfranki tourne autour du degré de sa culpabilité et non de sa culpabilité tout court, ajoutant que la collusion ad hoc faisait partie intégrante de l’accord global et n’était pas quelque chose de nouveau qui a commencé après 2005.

“Elle a pu se retirer des accords formels, mais son comportement collusoire, qui faisait l’objet de l’accord global dans le cadre des accords formels, s’est poursuivi au moins jusqu’en juin 2008. Son comportement après 2005 pourrait être qualifié de continuation de l’accord global, bien que sous une forme différente”, a déclaré le tribunal.

“Mais même si les arrangements ad hoc ne sont pas caractérisés comme tels, nous constatons que le comportement collusoire d’Esorfranki dans le projet Sappi/Saiccor n’avait pas cessé trois ans avant l’ouverture de la procédure par la Commission en avril 2009 “, a-t-il ajouté.

Retour à l’accueil Worldnet