FinanceGagner de l'argentLes découvertes du Phala Phala ont-elles ébranlé la confiance des investisseurs ?

Les découvertes du Phala Phala ont-elles ébranlé la confiance des investisseurs ?

Vous pouvez également écouter ce podcast sur iono.fm ici.

FIFI PETERS : Les médias sociaux peuvent être un baromètre intéressant pour évaluer la façon dont les gens voient une question particulière, ce dont ils parlent et ce qu’ils pensent d’une question particulière. Il semblerait – ” sembler ” étant le mot clé – que le Président [Cyril] La décision du président Ramaphosa de réexaminer le rapport Phala Phala et de le faire annuler par les tribunaux n’a pas totalement apaisé les inquiétudes et la colère, et peut-être même la déception dans certaines sphères de la société sud-africaine, quant au fait qu’il n’est en fait pas coupable de la dissimulation présumée des sommes volées dans sa ferme.

Je dis cela parce que si vous regardez certaines des tendances les plus importantes sur Twitter en ce moment, elles continuent de se concentrer sur… [the] la cause de la démission du président. Bien sûr, nous savons que tout le monde n’est pas de cet avis. Nous savons que l’ANC en tant que parti a décidé de soutenir le président, bien que nous sachions qu’il y a des voix dissidentes au sein du parti lui-même, et que beaucoup d’autres personnes pensent que si Ramaphosa part, ce pays sera plongé dans le chaos, parce que nous n’avons pas de meilleure alternative pour le moment. C’est ce que certains prétendent, c’est ce que l’on peut supposer.

Lisez :

Mais demandons à Adrian Saville, professeur à l’Institut Gordon des Sciences Commerciales [GIBS]. Adrian, je suis ravi de vous retrouver et de savoir ce que vous pensez de l’affaire Phala Phala, que vous avez suivie depuis mercredi dernier, lorsque le rapport a été publié.

ADRIAN SAVILLE : C’est super de vous parler. J’aurais aimé que ce soit dans des circonstances plus faciles.

FIFI PETERS : Ce n’est jamais le cas, cependant, ce n’est jamais le cas.

ADRIAN SAVILLE : C’est pourquoi un économiste est réputé pour [being] de porteur de mauvaises nouvelles.

FIFI PETERS : Oui.

ADRIAN SAVILLE : Si vous regardez la réaction du marché la semaine dernière, et vous l’avez vu dans au moins deux endroits – l’un était le marché obligataire et l’autre était le rand – le rand a explosé très rapidement des années 60 à presque R18/dollar. Le marché obligataire a également fait une croix sur ce qui semblait être une assez bonne probabilité que le président Cyril Ramaphosa démissionne.

La façon dont le rand et le marché obligataire ont réagi suggère que l’économie sud-africaine va s’affaiblir et que notre fisc ou notre discipline en matière de dépenses publiques va rapidement se dégrader.

A partir de là, les spéculations les plus folles ont été lancées sur les différents scénarios possibles – et sur le fait que Cyril Ramaphosa pourrait rester en tant que président boiteux, [or] qu’il soit remplacé.

Les gens suggèrent que Zweli Mkhize le remplace à la conférence électorale de décembre, ou qu’il démissionne et qu’il soit remplacé par son adjoint… [David Mabuza]. Chacun de ces scénarios est un mauvais résultat, et quelle version du mauvais résultat voulez-vous ?

Lire aussi :   Les obligations glissent, les contrats à terme sur actions américaines baissent, le pétrole brut chute : Synthèse des marchés

FIFI PETERS : La question est de savoir comment vous voyez l’histoire se terminer maintenant ? Ok, ce vote qui était censé prendre …

ADRIAN SAVILLE : Je vais te le rendre. Quelle version de mauvais ? Je vous interviewe ce soir [chuckling].

FIFI PETERS : Mais voici le problème. J’ai lu pas mal de commentaires d’entreprises, et il semble que les entreprises soient assez neutres sur ce sujet. Une grande partie des commentaires que j’ai lus de la part de quelques groupements d’entreprises, les organisations qui publient des lettres, ont dit que quel que soit le résultat, tant que nous avons la stabilité et que nous avons un leadership qui se tient responsable – ils disent que “quelle que soit l’issue. Comment interpréter cela ?

ADRIAN SAVILLE : Je pense qu’il y a au moins deux questions ici qui sont absolument critiques.

La première est l’importance de la certitude, d’une ligne de mire qui, même s’il s’agit de mauvaises nouvelles, nous permet de savoir quelles sont ces nouvelles. Les marchés financiers sont toujours à la recherche de cette clarté, de cette ligne de mire, appelez-la comme vous voulez ; les marchés détestent l’incertitude, l’inconnaissabilité. Traitons donc ce que nous pouvons considérer comme des faits.

En l’état actuel des choses, il y a des niveaux très, très élevés d’incertitude, d’inconnaissabilité. Où la balle tombera-t-elle sur cette question ? C’est l’un des aspects que nous devons prendre en compte dans l’équation.

L’autre mot – je dois choisir mes mots avec soin – que j’utiliserais est “consterné”.

Lorsque Cyril Ramaphosa est arrivé, aux alentours de 2017, nous avons reçu l’assurance que tous les points d’ombre, les points qui laissaient les marchés perplexes, qui nous laissaient, en tant qu’investisseurs, nous demander où nous en étions, allaient être traités avec fermeté.

Nous voici cinq ans plus tard et le problème reste aussi irrésolu qu’à l’époque.

Pour moi, c’est là que nous avons – je vais utiliser l’analogie de la Coupe du monde de football – nous avons marqué un but contre son camp spectaculaire.

FIFI PETERS : Bien sûr. Je suis d’accord avec vous. Je pensais que lorsqu’il est arrivé avec le balai pour faire le ménage, hashtag ” Thuma Mina “. [Send me]nous aurions le règne d’un leader qui n’a pas fait de drame, qu’un leader qui va au tribunal pour défendre son cas est une chose du passé. Mais il semble que ce ne soit pas le cas. Parlons donc des faits. Le fait est qu’il est allé au tribunal, et il est allé au tribunal parce que son équipe juridique a trouvé un certain nombre de trous dans ce rapport. Et ils sont allés pour obtenir le rapport potentiellement mis de côté – scénario parlant.

Lire aussi :   Le Royaume-Uni a "abandonné" les négociations du Brexit et prévoit de tuer le protocole d'Irlande du Nord.

ADRIAN SAVILLE : Désolé d’intervenir très rapidement, parce qu’il semblerait que l’on puisse dire qu’un… lot de ce qui est dans ce rapport est un ouï-dire.

FIFI PETERS : D’accord. Il s’agit donc d’un ouï-dire, puis le rapport est annulé et le président est absous par la Cour constitutionnelle. Examinons ce scénario. Et ensuite ? Est-ce qu’on oublie ? Est-ce qu’on oublie que quelque chose s’est passé et on passe à autre chose ?

ADRIAN SAVILLE : C’est un héritage que l’Afrique du Sud traîne.

Ce que les marchés financiers veulent – que ce soit les investisseurs nationaux, les investisseurs étrangers – ce que l’Afrique du Sud veut absolument… affamée La dernière fois que nous avons vu un niveau approprié de dépenses d’investissement dans cette économie, c’était en 2010.

Vous vous souvenez peut-être de ce que le monde ressentait alors. Le rand était à 7 rands par dollar, l’économie tournait avec une croissance économique de 2, 3 ou 4 % à la fin du début des années 2000. Le chômage était encore dans un état épouvantable, mais nous parlions de taux de chômage de 20 %, et non de taux élevés comme ceux que nous connaissons aujourd’hui. [situation]. Mais c’était une circonstance différente.

Pour que cela revienne, pour que nous puissions renouer avec une croissance économique de 3, 4 ou 5 %, en éliminant le fléau du chômage, il est absolument essentiel que les investisseurs aient confiance dans la stabilité et la structure.

Et avec ce qui se passe dans ce paysage politique, il est très, très difficile d’avoir une ligne de mire, et il est difficile de voir comment les gens pensent que c’est un paysage hautement investissable.

Cette certitude est absolument essentielle et nous devons sortir du storytelling et des promesses, et des conférences sur l’investissement.

Je l’ai dit maintes et maintes fois : les salopettes orange sont en retard de plusieurs années.

FIFI PETERS : Adrian, en parlant des facteurs qui influencent l’investissement – et je vous entends à 100% sur la politique – mais aussi la croissance, je suis intéressé par vos impressions sur la croissance de cette économie au troisième trimestre. Elle a montré qu’elle était assez robuste. Je me demande dans quelle mesure vous pensez que les investisseurs qui recherchent des rendements basés sur des économies qui affichent une croissance – en fait, il faut reculer. Lorsque nous sommes entrés dans la pandémie, on nous a dit qu’il faudrait beaucoup de temps pour que l’économie sud-africaine sorte de cette pandémie, et on nous a donné toutes sortes de signes alphabétiques indiquant à quoi ce retour allait ressembler – V, L, U, ceci, cela. Cela ressemble beaucoup à un “V”, et je me demande si le fort rebond que nous avons vu sera suffisant pour que certains investisseurs passent outre le bruit politique et investissent quand même, pour de meilleurs rendements.

Lire aussi :   Le chien de garde britannique aura le pouvoir d'imposer des amendes considérables aux grandes entreprises technologiques

ADRIAN SAVILLE : Je ne suis pas sûr d’être d’accord avec ce “V”. Je dirais que c’est un “L” parce que ce que nous avons atteint maintenant est un niveau d’activité économique de fin 2019. Il nous a donc fallu deux ans et quelques pour revenir à ce niveau.

Au cours de la même période, la population de l’Afrique du Sud a augmenté d’environ 3 %, donc vous devez vous ajuster à cela. Vous devez tenir compte de la taille de la population, ce qui signifie que sur une base par personne, l’économie est toujours sous l’eau.

Nous pourrions alors regarder dans le monde entier, et voir combien de temps il a fallu aux autres pour revenir à leur niveau du T4 2019. Nous sommes l’un des pays les plus lents.

Je pense que l’une des choses qui nous a aidés à imprimer, comme vous le soulignez, beaucoup mieux que ce que beaucoup avaient prévu, c’est l’activité d’exportation. Maintenant, ce n’est pas notre fait. C’est le fait de l’économie mondiale et des prix soutenus des matières premières – cette performance des exportations.

Je ne veux pas être trop grincheux à ce sujet, car nous devons prendre la croissance d’où qu’elle vienne, mais si l’on retire les prix des matières premières de l’équation de l’Afrique du Sud, les choses sont loin d’être aussi florissantes qu’elles le paraissent dans les chiffres du PIB que nous avons vus aujourd’hui.

Lire : Le PIB de l’Afrique du Sud croît de 1,6 % au troisième trimestre.

Je reste donc très préoccupé par la forme et la structure de l’économie sud-africaine. Les éléments qui nous ont aidés à nous redresser ont été les exportations, les dépenses de consommation et les dépenses publiques.

Les dépenses de consommation et du gouvernement ne sont pas durables, et les dépenses d’exportation sont hors de notre contrôle. L’élément dont nous avons cruellement besoin est une croissance basée sur l’investissement, et cela manque depuis une décennie.

FIFI PETERS : A cause de la certitude politique qui a fait défaut pendant une décennie. Adrian, nous en resterons là jusqu’à la prochaine fois. Je ne vais pas dire “à l’année prochaine”, parce que j’ai le sentiment que je pourrais vous déranger quelque part pendant vos vacances après le 16 décembre. Mais en attendant, Adrian Saville est professeur à la GIBS.

Retour à l’accueil Worldnet

Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles

%d blogueurs aiment cette page :