PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLes dangers du financement privé

Les dangers du financement privé

Il y a trois ans, Mogoeng Mogoeng, alors président de la Cour suprême d’Afrique du Sud, a fait l’effet d’une bombe en annonçant, dans son rapport sur le système judiciaire, qu’on lui avait proposé 600 millions de rands pour « moderniser » les tribunaux.

L’état des tribunaux, qui servent à rendre la justice, reflète les défis nationaux permanents que sont le sous-investissement et le manque d’entretien.

Alors que l’accès aux tribunaux a été élargi avec l’introduction de nouveaux tribunaux de grande instance dans des endroits qui étaient auparavant mal desservis, la modernisation des procédures judiciaires n’a pas suivi.

Entre 2012 et 2019, seuls 16 tribunaux ont été équipés d’une connexion wifi dans le cadre d’un programme mené par LexisNexis.

Le manque de ressources d’un État confronté à des exigences croissantes en matière de finances publiques signifiait tout simplement qu’il n’y avait pas de financement disponible pour lancer un processus de modernisation complet. Une offre d’un montant quelconque – en particulier de 600 millions de rands – aurait été considérée par beaucoup comme un grand pas en avant pour garantir l’accès et l’efficacité dans tout le système.

Tensions

Sagement, le président de la Cour suprême a toutefois décliné l’offre, estimant que la démarche aurait dû être faite auprès du Trésor national plutôt qu’auprès du président de la Cour suprême.

Les raisons qui sous-tendent ce rejet comprennent la tension de longue date entre les attentes des donateurs et la responsabilité des gouvernements.

Par nature, un gouvernement est au service de tous les citoyens et ne doit pas se livrer à une discrimination arbitraire. Dans l’allocation de ses ressources, l’État doit gérer des compromis entre des demandes concurrentes et également légitimes.

Naturellement, les ressources ne seront jamais suffisantes pour répondre aux demandes de tous les secteurs que l’État doit servir. L’introduction de ressources financières supplémentaires dans les coffres de l’État peut contribuer à résorber les retards et à accélérer la prestation de services, mais cela ne va pas sans complications.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La contagion de la Chine menace de faire dérailler les marchés émergents du monde entier

Le financement des donateurs s’accompagne traditionnellement d’attentes explicites et implicites. L’attente la plus flagrante est que les donateurs expriment une préférence pour ce qui doit être financé.

Cela crée déjà une complexité pour le gouvernement, qui peut très bien être conscient que les projets ou initiatives préférés par un donateur ne sont pas les projets les plus urgents pour l’ensemble de la nation.

Collaboration

Les différentes façons dont la collaboration entre l’État et le secteur privé peut être structurée – y compris les partenariats public-privé – permettent à l’État de contourner sa propre bureaucratie et présentent l’avantage de créer une responsabilité plus linéaire.

Un donateur qui finance une initiative définie et qui fait du retour d’information et de l’établissement de rapports une condition de la poursuite du partenariat, oblige l’État à rendre compte de fonds spécifiques plutôt que de l’allocation générale de fonds dans un vaste ensemble de ressources.

L’affectation à un vaste ensemble de ressources plutôt qu’à des initiatives spécifiques fait qu’il est difficile pour les donateurs d’évaluer l’impact de leurs contributions et crée un sentiment d’apathie.

Compte tenu des perceptions de corruption endémique dans les services de l’État, tout donateur dont les ressources ne sont pas affectées supposera inévitablement qu’il risque d’être dépouillé par la corruption et le manque de compétence.

En 2021, l’introduction du Fonds de solidarité en tant que mécanisme proche du gouvernement mais en dehors de la bureaucratie de l’État a permis à un plus grand nombre de citoyens et d’entreprises de contribuer aux efforts d’aide nationale visant à faire face à la pandémie de Covid-19.

L’histoire récente de l’Afrique du Sud, marquée par des démêlés entre des entreprises privées et des fonctionnaires – dont les histoires d’EOH et de Bosasa, ainsi que l’Arms Deal qui a précédé, sont les plus éloquentes – signifie qu’un sentiment de vigilance et d’anxiété concernant l’échange de ressources existera toujours.

Lire :

La Cour d’Afrique du Sud annule les conclusions de la commission sur la vente d’armes
Des poids lourds de l’ANC pointés du doigt dans la tempête de corruption de l’EOH
Le « parrain » de Bosasa, Gavin Watson, utilisait des réunions de prière pour tester la loyauté du personnel

Quid pro quo vs philanthropie

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le costume pour homme ne fait plus partie du "panier de l'inflation" au Royaume-Uni, alors que Covid change la vie professionnelle.

Comme nous l’ont appris les études de cas présentées à la Commission Zondo, l’attente la plus évidente est que les donateurs des partis politiques s’attendent à un parcours sans encombre au cas où ils décideraient de lancer un appel d’offres pour les marchés publics.

Pour les donateurs philanthropiques qui n’ont peut-être même pas de liens commerciaux avec l’État, les inquiétudes portent sur la nature des projets défendus et sur la manière dont ils affectent la responsabilité du gouvernement d’allouer des ressources de manière équitable pour répondre à des demandes concurrentes.

Alors que de nombreux ministères peuvent et doivent bénéficier de partenariats avec des particuliers et des entreprises, certains ministères ont des mandats qui sont compliqués de par leur conception.

Le ministère de la Justice, le Protecteur public et d’autres organismes similaires représentent une telle complexité.

Un système judiciaire bien conçu doit sa légitimité et sa crédibilité à la capacité des citoyens de croire que tous les litiges sont jugés équitablement, quel que soit le statut social et économique des parties concernées.

L’introduction et l’utilisation de ressources non étatiques au sein de ce groupe crée un risque de perception qui peut être fatal à la légitimité du système judiciaire dans son ensemble.

Steinhoff paie pour sa propre enquête de police

En décembre 2017, la plus grande fraude d’entreprise d’Afrique du Sud a été découverte chez Steinhoff.

La complexité de la fraude et la nature multi-juridictionnelle des entités impliquées ont nécessité des compétences que les agences de poursuite de l’État ne possèdent tout simplement pas.

Le manque de compétences internes et les retards accumulés ont fait que des années se sont écoulées sans que l’on progresse beaucoup dans la responsabilisation des auteurs.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les marchés des crypto-monnaies s'effondrent, les investisseurs étant effrayés par les mesures réglementaires de la SEC

En 2021, la National Prosecuting Authority (NPA) a annoncé que Steinhoff mettrait 30 millions de rands à la disposition des services de police sud-africains (SAPS) pour mener des enquêtes sur Steinhoff elle-même.

Lire : Steinhoff finance l’enquête de la police sur ses affaires

Les conflits d’intérêts évidents ont apparemment été supplantés par le fait que, laissé à lui-même, l’État n’aurait jamais eu les ressources financières et techniques nécessaires pour faire avancer l’affaire. Comme on pouvait s’y attendre, une telle évolution a amené de nombreux citoyens à se demander si même le travail le plus complet sur l’affaire Steinhoff pourrait jamais résister à l’épreuve de la légitimité.

La « mobilisation » des ressources

Au début du mois, Business pour l’Afrique du Sud (B4SA) a annoncé la création d’un fonds de mobilisation des ressources destiné à aider le pays à gérer sa crise énergétique.

La conception du fonds semble refléter celle du Fonds de solidarité, et son existence sera limitée dans le temps.

Les citoyens vigilants se demanderont naturellement s’il s’agit d’une nouvelle étape vers la privatisation du secteur de l’énergie (bien que les inquiétudes liées à la débâcle de Steinhoff et à la proposition de modernisation des tribunaux aient été différentes).

Le rôle joué par certaines entreprises de premier plan dans le passé – pensons à l’évidement du South African Revenue Service (Sars) et à la corruption à Eskom – soulève une autre question…

Ce n’est pas seulement l’État qui doit faire face à une crise de crédibilité lorsqu’il s’agit de telles initiatives, mais aussi les entreprises dont les conflits inhérents et la complicité dans la création de la crise rendent le scepticisme tout à fait justifié.

Mais compte tenu de l’état désastreux des ressources et des compétences publiques, il pourrait s’agir d’une des nombreuses initiatives qui occuperont progressivement le devant de la scène pour maintenir le pays en état de marche.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles