PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLes camionnettes électriques redonnent de l'énergie à l'usine d'Ellesmere Port

Les camionnettes électriques redonnent de l’énergie à l’usine d’Ellesmere Port

C’est l’un des plus grands retours dans l’histoire de l’industrie automobile britannique. Hier matin, la première camionnette Vauxhall Combo Electric est sortie de la chaîne de montage de l’usine tentaculaire d’Ellesmere Port dans le Cheshire, l’usine qui, il y a 60 ans, a donné à la nation la Vauxhall Viva la plus vendue et qui, pendant quatre décennies à partir des années 1980, a été la patrie autoproclamée de l’Astra.

Après deux ans d’arrêt, Ellesmere Port a repris la production et est entrée dans l’histoire : c’est la première usine britannique à fabriquer des véhicules entièrement électriques. C’est aussi la première usine entièrement électrique au monde pour le géant mondial Stellantis, le groupe français rebaptisé Peugeot-Citroën, dont les marques, après une série de fusions et de sauvetages, comprennent Vauxhall et son ancienne marque sœur allemande Opel, ainsi que l’italien Fiat.

La résurrection d’Ellesmere Port soulève toutefois des questions immédiates sur une autre usine historique de fourgonnettes Vauxhall, l’usine de Luton, qui abrite le Vauxhall Vivaro, et sur la question de savoir si les ministres interviendront, comme ils l’ont fait dans le Cheshire, pour garantir un avenir entièrement électrique.

L’émergence d’Ellesmere Port en tant que symbole des tentatives britanniques de rester dans la course à l’électrification de l’industrie automobile intervient après une décennie dans le couloir de la mort. Pendant la récession qui a suivi la crise financière mondiale, son propriétaire de l’époque, l’entreprise américaine General Motors (GM), a été à deux doigts de débrancher l’usine avant de conclure un accord avec la main-d’œuvre pour réduire les salaires et les conditions de travail. Même à l’époque, des incertitudes pesaient sur l’usine, d’abord quant à son avenir dans un monde post-Brexit, puis quant à sa vente dans le cadre du retrait de GM de l’Europe, dans le cadre d’un accord à 1 euro symbolique avec Peugeot Citroën.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les footballeurs envisagent-ils une grève totale ?

L’Astra a disparu depuis longtemps, mais Ellesmere Port produit désormais de petites camionnettes électriques, la Vauxhall Combo Electric, ainsi que la Peugeot e-Partner, la Citroën e-Berlingo et la Fiat e-Doblo. Il s’agit essentiellement de la même camionnette, mais avec des finitions différentes pour des consommateurs différents sur des marchés différents.

À partir de l’année prochaine, des versions pour passagers de ces fourgonnettes, les Vauxhall Combo Life Electric et Peugeot e-Rifter, seront également produites à l’intention des familles nombreuses et du marché des véhicules accessibles aux fauteuils roulants.

Dans l’ombre des années fastes de la Viva et de l’Astra, la partie opérationnelle d’Ellesmere Port n’occupe plus qu’un tiers de l’usine, contrairement à ce qui se passait auparavant. Les effectifs s’élèvent à 1 000 personnes, toutes maintenues en poste et formées pendant l’arrêt de la production de l’Astra et la transition vers une usine entièrement électrique. Avec deux équipes, ils produiront 50 000 véhicules par an, soit une fraction des volumes des années 1970, mais avec la possibilité d’ajouter une troisième équipe quotidienne.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  L'économie britannique a progressé de 0,2 % en avril, mais les constructeurs de logements et les agents immobiliers ont connu un "mauvais mois".

Le fait que l’usine d’Ellesmere Port ait repris la production peut surprendre après que le directeur général de Stellantis, l’énigmatique Carlos Tavares, a déclaré sans ambages que le Brexit était un désastre et qu’il avait conduit son conseil d’administration à réévaluer complètement les intérêts du groupe au Royaume-Uni.

Lors de la réouverture officielle de la production à Ellesmere Port, James Taylor, directeur général de Vauxhall, a indiqué que la décision de continuer était pragmatique. « Vauxhall détient une part de 30 % du marché des véhicules utilitaires électriques au Royaume-Uni, un chiffre qui monte à 50 % si l’on inclut toutes les marques de Stellantis », a-t-il déclaré. « La demande est forte et nous devons la maintenir ».

Les modèles provenant d’Ellesmere Port sont tous fabriqués dans l’usine Stellantis de Vigo, en Espagne.

Le Brexit apporte toutefois son lot de problèmes. Les cellules des batteries des camionnettes d’Ellesmere Port proviennent de Chine. Les règles d’origine sur les composants automobiles font partie d’un accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l’UE et signifient que les fourgonnettes d’Ellesmere Port destinées à l’exportation vers l’Europe pourraient faire l’objet de droits de douane transfrontaliers, ce qui les rendrait 10 % plus chères. Ellesmere Port ne disposera pas de sa propre gigafactory, mais dépendra des usines de cellules de batteries basées dans l’UE et développées par Stellantis.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les annonces d'Emmanuel Macron sur les pompes à chaleur et le RER

L’attention se porte maintenant sur Luton. Tout conducteur de fourgonnette qui achète un Vivaro électrique – et il y a de grands opérateurs de flottes de véhicules zéro émission comme BT et British Gas – sait qu’il n’achète pas britannique, car les fourgonnettes sont assemblées en France. Jusqu’à présent, Luton s’est contenté de construire des Vivaro diesel. Mais les choses se gâtent, car Stellantis a décidé que tous les modèles Vauxhall seraient entièrement électriques d’ici à 2028.

Il semblerait que l’entreprise fasse pression sur les ministres pour qu’ils apportent à Luton le même type de soutien qu’à Ellesmere Port, soit 30 millions de livres de l’argent des contribuables sur un total de 100 millions de livres de travaux de rénovation. Mais Stellantis reçoit toutes sortes d’offres « vertes » pour construire le Vivaro électrique dans d’autres juridictions européennes et le gouvernement britannique devra contrer ces initiatives.

Commentant la réouverture du port d’Ellesmere, Kemi Badenoch, secrétaire d’État aux affaires et au commerce, a déclaré : « Il s’agit d’une démonstration très visible du fait que le port d’Ellesmere a été réouvert : « C’est une démonstration très visible que ce gouvernement a le bon plan pour l’industrie automobile du Royaume-Uni ».

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles