FinanceGagner de l'argentLes activistes craignent pour les travailleurs du Qatar alors que les projecteurs...

Les activistes craignent pour les travailleurs du Qatar alors que les projecteurs de la Coupe du monde s’éteignent.

Contenu de l’article

À quelques jours de la Coupe du monde de football organisée par le Qatar, les groupes de défense des droits de l’homme craignent qu’une fenêtre permettant de lutter contre l’exploitation généralisée des travailleurs étrangers ne se referme bientôt.

La longue préparation de la Coupe du monde de ce mois-ci a donné lieu à un examen sans précédent du traitement des millions de travailleurs étrangers dans la nation arabe du Golfe qui ont construit les stades et d’autres infrastructures, et qui vont travailler dans les hôtels et balayer les rues pendant le plus grand événement sportif du monde.

Contenu de l’article

Face à de vives critiques internationales, le Qatar a adopté une série de réformes ces dernières années, notamment le démantèlement partiel d’un système qui liait les travailleurs à leurs employeurs et l’adoption d’un salaire minimum – des changements salués par les Nations unies et les groupes de défense des droits.

Publicité 2

Contenu de l’article

Mais les militants affirment que les abus, allant des salaires impayés aux conditions de travail difficiles dans l’un des pays les plus chauds de la planète, sont toujours répandus, et que les travailleurs – qui n’ont pas le droit de former des syndicats ou de faire grève – ont peu de moyens réalistes de demander justice.

Ils s’inquiètent également de ce qui se passera après la fin du tournoi d’un mois en décembre, lorsque les projecteurs internationaux s’éteindront et que les employeurs réduiront leurs effectifs.

Lire aussi :   Les prix mondiaux des denrées alimentaires se maintiennent à leur niveau le plus bas depuis neuf mois, ce qui allège la pression sur les ménages

Le Qatar affirme qu’il est le leader de la région en matière de réformes du travail et que les progrès se poursuivront après la Coupe du monde. Les officiels, depuis l’émir au pouvoir jusqu’au bas de l’échelle, se sont attaqués aux critiques, les accusant d’ignorer les réformes et de pointer injustement du doigt la première nation arabe ou musulmane à accueillir la Coupe.

Le Qatar, comme d’autres pays du Golfe, dépend de millions de travailleurs étrangers, qui représentent la majorité de la population et près de 95 % de la main-d’œuvre, qu’il s’agisse de cadres supérieurs hautement rémunérés ou d’ouvriers du bâtiment.

Publicité 3

Contenu de l’article

Le Qatar a démantelé une grande partie de ce que l’on appelle le système de la “kafala”, qui liait les travailleurs à leurs employeurs et rendait pratiquement impossible pour eux de quitter ou de changer d’emploi sans autorisation. Mais les groupes de défense des droits affirment qu’une grande partie de ce système survit de manière différente et plus informelle.

Les travailleurs doivent souvent payer des frais de recrutement exorbitants, s’endettant avant même d’arriver. Et les employeurs peuvent toujours annuler les visas ou dénoncer ceux qui quittent pour “fuite”, une violation criminelle.

“Si un travailleur migrant quitte un emploi qui ne l’a pas payé depuis plusieurs mois, il y a un risque réel qu’il ne récupère pas son argent”, a déclaré Michael Page, de Human Rights Watch, basé à New York.

Equidem, un groupe de défense des droits des travailleurs basé à Londres, a récemment publié un long rapport documentant les abus dans plus d’une douzaine d’hôtels de la Coupe du monde, où il affirme que les travailleurs d’Afrique et d’Asie sont victimes de harcèlement sexuel, de discrimination, de vol de salaire et de risques pour la santé et la sécurité.

Publicité 4

Contenu de l’article

Ella Knight, chercheuse à Amnesty International, basée à Londres, explique que de nombreux migrants travaillant comme agents de sécurité ou comme aides domestiques passent des mois, voire des années, sans prendre un jour de congé, alors que la loi en impose au moins un par semaine.

“L’impunité reste un problème majeur, de sorte que les employeurs ne sont tout simplement pas tenus de rendre des comptes ou ne sont pas sanctionnés de manière à empêcher les abus de se répéter “, a-t-elle déclaré.

La loi qatarie interdit aux travailleurs de former des syndicats ou d’organiser des manifestations, et les autorités limitent fortement l’accès des médias aux travailleurs. La police a arrêté au moins 60 travailleurs qui ont fait grève pour des salaires impayés en août. L’année dernière, deux reporters norvégiens ont été arrêtés alors qu’ils effectuaient un reportage sur les travailleurs migrants.

Lire aussi :   Twitter lance un abonnement mensuel à 8 dollars avec une coche bleue, alors que Musk s'empresse de remanier la plateforme.

Malcolm Bidali, un agent de sécurité kenyan qui avait publié un blog anonyme sur la situation critique des travailleurs, a été détenu pendant trois mois – dont 28 jours en isolement – et a dû payer une amende de 6 800 dollars avant de quitter le pays l’année dernière.

Publicité 5

Contenu de l’article

Dans un article consacré à son épreuve, il a déclaré que les réformes du Qatar “semblent splendides” sur le papier, mais que la réalité sur le terrain est différente, les autorités semblant plus désireuses de faire taire les dissidents que de pénaliser les employeurs abusifs.

“Je ne peux pas m’empêcher de me demander ce qui attend les travailleurs migrants après la Coupe du monde”, écrit-il. “Si les travailleurs vivent toujours dans des conditions horribles, si les travailleurs passent encore des mois sans être payés, si les travailleurs ne peuvent toujours pas changer librement d’emploi, si les travailleurs domestiques ne peuvent toujours pas obtenir justice, que se passera-t-il quand personne ne regardera ?”

Le Qatar a défendu ses réformes et affirme qu’il continuera à garantir le bien-être des travailleurs après la Coupe du monde.

“Le Qatar a toujours reconnu qu’il reste du travail à faire, notamment pour demander des comptes aux employeurs peu scrupuleux – comme c’est le cas dans n’importe quel pays du monde”, a déclaré Ali Al-Ansari, attaché de presse du Qatar aux États-Unis, dans un communiqué. “Nous constatons déjà que le nombre d’infractions diminue d’année en année, car la conformité augmente chez les employeurs.”

Publicité 6

Contenu de l’article

Les défenseurs des droits des travailleurs affirment que le Qatar doit encore indemniser les personnes qui ont travaillé sur les projets d’infrastructure de la Coupe du monde depuis l’attribution du tournoi en 2010, soit des années avant la mise en œuvre des réformes. Selon Amnesty, les autorités n’ont pas enquêté sur les décès de travailleurs survenus au cours de cette période.

Amnesty et d’autres groupes de défense des droits demandent maintenant à la FIFA, l’instance dirigeante du football, de créer un fonds de 440 millions de dollars – soit l’équivalent du montant total des prix du tournoi – pour indemniser les travailleurs, un appel que plusieurs fédérations soutiennent. L’instance mondiale du football a déclaré qu’elle était ouverte à cette idée.

Lire aussi :   Le vaccin Pfizer est "jusqu'à 40 fois moins efficace" contre la variante mutante, mais les vaccins "protègent contre la souche".

Le Qatar a créé son propre fonds en 2018 pour indemniser les travailleurs qui sont blessés au travail ou qui ne sont pas payés, qui, selon Al-Ansari, a versé quelque 270 millions de dollars rien que pour cette année civile. Il n’a pas commenté directement les appels à un fonds de recours plus important.

Publicité 7

Contenu de l’article

Page, de Human Rights Watch, estime que les versements importants effectués par les autorités qataries, qui ne couvrent que les réclamations des dernières années, montrent l’importance de créer un fonds plus important pour faire face aux “abus très graves” qui ont eu lieu au cours des années précédant la mise en œuvre des réformes.

“Si telle est leur position maintenant, sous le feu des projecteurs, quelle sera leur position – les autorités qataries – après la Coupe du monde, en termes de réformes et de protection des travailleurs migrants, lorsque les projecteurs ne seront plus braqués sur elles ? Je pense que c’est très inquiétant”, a-t-il déclaré.

Couverture de la Coupe du monde par AP : et

Suivez Joseph Krauss sur Twitter à l’adresse www.twitter.com/josephkrauss

Publicité

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Visitez notre Directives de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster votre e-mail paramètres.



Retour à l’accueil Worldnet

Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles

%d blogueurs aiment cette page :