PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLégère augmentation du nombre de femmes siégeant au conseil d'administration de l'indice...

Légère augmentation du nombre de femmes siégeant au conseil d’administration de l’indice FTSE, mais seulement un dixième des dirigeants d’entreprise sont des femmes

Les entreprises britanniques ont amélioré la représentation des femmes dans leurs conseils d’administration, selon une étude, mais deux cinquièmes des entreprises du FTSE 100 n’ont toujours pas de femme dans l’un de leurs quatre postes de direction les plus élevés.

La proportion de femmes dans les conseils d’administration des sociétés cotées en bourse du FTSE est passée de 36 % à 40 % au cours de l’année écoulée, selon l’analyse des données de la Companies House.

Cependant, le nombre de femmes dirigeantes a stagné, avec seulement un dixième des postes de direction occupés par des femmes, à l’exclusion des secrétaires d’entreprise. Sur une note plus positive, le nombre d’entreprises dont le conseil d’administration est exclusivement composé d’hommes a été divisé par deux et n’est plus que de quatre.

Selon les règles de la Financial Conduct Authority, les femmes doivent représenter au moins 40 % du conseil d’administration d’une entreprise, et au moins un des postes de direction du conseil – président, directeur général, directeur financier ou directeur indépendant – doit être occupé par une femme.

L’étude menée par le groupe de campagne Women on Boards a révélé que près d’un cinquième des entreprises du FTSE 100 (19 %) n’atteignent pas l’objectif de 40 % fixé par la FCA. Il s’agit notamment des détaillants Frasers Group et Ocado, du mineur Rio Tinto et de l’assureur Hiscox.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un soldat des forces spéciales françaises perd la vie lors d'une opération antiterroriste

Parmi les entreprises du FTSE 250, 36 % ont échoué, et 41 % des petites entreprises cotées au FTSE. Près des trois quarts (73 %) des entreprises cotées à l’AIM n’ont pas encore atteint cet objectif.

Une analyse plus poussée de Women on Boards montre que 40 entreprises du FTSE 100 n’atteignent pas l’objectif fixé par la FCA, à savoir la présence d’une femme dans l’une des quatre fonctions les plus importantes.

Fiona Hathorn, directrice générale de Women on Boards, a déclaré : « Depuis le lancement de ces rapports il y a trois ans, nous sommes satisfaits des progrès réalisés en ce qui concerne les femmes administrateurs non exécutifs en dehors du FTSE 350. [the FTSE 100 and 250 combined]Mais il ne suffit pas d’avoir des femmes dans des postes d’administrateurs non exécutifs pour avoir un impact sur le recrutement des cadres… Nous n’avons pas la voix forte des femmes dans la salle du conseil d’administration ».

Elle a ajouté que l’éventail très étroit des compétences au sein des conseils d’administration constituait une autre préoccupation majeure, le manque de participation des employés étant un problème particulier dans le domaine du harcèlement sexuel. « Les scandales se succèdent », a-t-elle déclaré. « Il n’y a pas de voix populaire dans les conseils d’administration. Où sont l’expertise et les connaissances ?

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Nouveau Conseil de la Commission Nationale des Loteries nommé.

Le rapport montre que sur les 4 800 administrateurs de sociétés britanniques cotées en bourse, seuls trois sont des directeurs des ressources humaines chargés de représenter la main-d’œuvre – à la société de loisirs Hollywood Bowl, au fournisseur d’équipements de sécurité Halma et au gestionnaire d’actifs Intermediate Capital Group.

M. Hathorn a ajouté : « Vous avez besoin d’experts qui comprennent la culture et les problèmes. Il faut quelqu’un qui parle aux gens, qui rende compte à la direction de l’entreprise. [the top executives] », a-t-elle déclaré, suggérant qu’ils devraient poser des questions : « Comment vous sentez-vous ? Que se passe-t-il ? Qu’est-ce qui vous préoccupe ? Y a-t-il des scandales ? Vous sentez-vous à l’aise ? Comment se porte le bien-être en

Sheila Flavell CBE, directrice de l’exploitation du groupe FDM, a commenté : « Il est alarmant de constater à quel point les femmes sont sous-représentées dans les postes de direction des grandes organisations, malgré l’augmentation du nombre de femmes membres de conseils d’administration. Cette sous-représentation s’accompagne souvent d’autres problèmes sous-jacents tels que l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes et le manque d’accès aux possibilités d’apprentissage et de développement, un problème auquel doivent s’attaquer toutes les entreprises, et pas seulement celles du FTSE 100. »

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Santaco met fin à la grève des taxis - Moneyweb

« Il est important que les entreprises reconnaissent cette lacune et fassent des progrès constants pour parvenir à une véritable égalité sur le lieu de travail. Des actions telles que le mentorat par des femmes cadres, la mise en œuvre de politiques flexibles en matière de garde d’enfants et la création de réseaux axés sur les femmes peuvent toutes renforcer le personnel féminin – l’étape suivante consiste à leur donner la possibilité de s’épanouir dans des rôles de premier plan. »

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles