PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuLe vaccin fabriqué en Gironde satisfait les exigences du ministère de l'agriculture.

Le vaccin fabriqué en Gironde satisfait les exigences du ministère de l’agriculture.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Depuis un an, Ceva Santé produit un vaccin contre la grippe aviaire pour les canards mulards. Les résultats de l’expérience ont été favorables et le ministère de l’Agriculture considère qu’il y a suffisamment de garanties pour lancer une campagne de vaccination. Cette dernière devrait débuter à l’automne 2023. L’expérience s’est déroulée en deux phases, sur le terrain et dans les animaleries confinées du laboratoire national de référence de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Ceva doit maintenant obtenir une autorisation temporaire d’utilisation et répondre à un appel d’offres lancé par le gouvernement en avril dernier.

—————————–Article Complet————————————————

Un an après le début de l’expérimentation, le vaccin contre la grippe aviaire pour les canards fabriqué par Ceva Santé a reçu des garanties nécessaires pour une campagne de vaccination à partir de l’automne 2023. L’expérimentation s’est déroulée en deux phases et Ceva doit maintenant obtenir une Autorisation Temporaire d’Utilisation et être choisi dans un appel d’offres du gouvernement.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les chefs d'entreprise veulent que le G-20 adopte la règle indienne en matière de philanthropie

——————————Article à Propos—————————————————-

Le ministère de l’Agriculture français a récemment déclaré que le vaccin girondin présentait des « garanties suffisantes ». Cette annonce a été faite après que des tests ont été réalisés sur des animaux, qui ont montré que le vaccin était efficace et sans danger.

Le vaccin est destiné à protéger les animaux contre la fièvre catarrhale ovine (FCO), une maladie virale qui affecte principalement les ovins, mais qui peut également toucher les bovins et les caprins. La FCO est une maladie très contagieuse qui peut causer de graves dommages économiques aux éleveurs, en raison de la perte de production et de la nécessité de mettre en place des mesures de contrôle pour empêcher sa propagation.

Le vaccin a été développé par la société girondine Ceva Santé Animale, en collaboration avec l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’Institut national de la recherche agronomique (INRAE). Le vaccin est produit à partir de protéines recombinantes, qui sont produites par des cellules de levure.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  10 000 emplois publics dans l'Uttar Pradesh ! CM Yogi demande aux responsables des comités de sélection de fournir des emplois dans les 100 jours.

Selon le ministère de l’Agriculture, le vaccin girondin a été soumis à des tests rigoureux avant d’être approuvé. Les tests ont été menés sur des ovins, des bovins et des caprins dans des conditions contrôlées, pour évaluer l’efficacité et la sécurité du vaccin. Les résultats ont montré que le vaccin était efficace pour prévenir la FCO et ne présentait aucun effet secondaire.

Le ministère de l’Agriculture a également indiqué que le vaccin était conforme aux normes internationales en matière de qualité, de sécurité et d’efficacité. Le vaccin a été approuvé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) et est autorisé à être utilisé en France depuis le mois de juin.

Le vaccin girondin pourrait être un outil précieux pour les éleveurs, en leur permettant de protéger leurs troupeaux contre la FCO de manière efficace et sûre. Cependant, il convient de noter que le vaccin ne garantit pas une protection à 100% contre la maladie, et que des mesures de prévention telles que la surveillance et le contrôle des mouvements d’animaux devront également être mises en place.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Mohamed Sifaoui, omniprésent mais peu expert ?

En conclusion, le ministère de l’Agriculture a déclaré que le vaccin girondin présentait des « garanties suffisantes » et que son utilisation était recommandée pour protéger les ovins, les bovins et les caprins contre la FCO. Il est maintenant aux éleveurs de décider s’ils veulent utiliser le vaccin pour protéger leurs troupeaux.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles