Le rapport des médias d’État chinois sur la détention de “Ma” provoque la vente d’Alibaba.

0
4
Le rapport des médias d'État chinois sur la détention de

Les actions d’Alibaba ont été vendues mardi à la suite d’un rapport des médias d’État chinois faisant état de la détention d’un individu portant le nom de “Ma”, entraînant dans leur chute les valeurs technologiques chinoises qui devaient se redresser grâce à la promesse d’un soutien de Pékin.

Les actions du géant chinois du commerce électronique ont chuté de 9,4 % à l’ouverture à Hong Kong à la suite du rapport. Les actions ont ensuite reculé d’environ 1 % après que le radiodiffuseur public chinois CCTV a modifié sa dépêche d’une phrase pour indiquer que l’individu n’était pas le fondateur milliardaire d’Alibaba, Jack Ma.

Des personnes au courant de la situation ont confirmé que Jack Ma n’était pas la personne mentionnée dans le reportage. Le Global Times, un tabloïd nationaliste d’État chinois, a déclaré que le suspect en question travaillait pour une société informatique et avait créé un groupe en ligne cherchant à “diviser le pays et à subvertir l’État”.

Mais le rapport initial de CCTV selon lequel les autorités de Hangzhou, la ville de l’est où Alibaba a son siège, soupçonnent un “Ma” anonyme d’utiliser Internet pour mettre en danger la sécurité nationale a ébranlé les négociants de Hong Kong. Ils étaient prêts à s’emparer des valeurs technologiques chinoises après l’engagement des hauts responsables, à la fin de la semaine dernière, que la répression prolongée de Pékin sur le secteur touchait à sa fin.

“La Chine a imposé un grand nombre de politiques draconiennes aux entreprises technologiques et maintenant tout le monde est en état d’alerte – si quelque chose se produit, ils se débarrassent des actions”, a déclaré Louis Tse, directeur général de Wealthy Securities, basé à Hong Kong.

Tse a déclaré que le reportage de CCTV avait annulé le rallye des actions technologiques prévu dans le sillage d’une déclaration du Politburo chinois, qui s’était engagé à mettre fin à la répression sans précédent sur le secteur, alors que les décideurs politiques cherchaient à amortir le coup économique d’une fermeture prolongée du Covid-19 à Shanghai, la capitale financière du pays.

L’action d’Alibaba est en baisse de 54 % et a perdu plus de 340 milliards de dollars de valeur boursière depuis la fin du mois de juin de l’année dernière, lorsque la plateforme de covoiturage Didi Chuxing a procédé à son introduction en bourse à New York malgré les avertissements des autorités concernant la sécurité des données.

La répression qui a suivi a fait disparaître environ 2 milliards de dollars de la capitalisation boursière des groupes technologiques chinois et a gelé la quasi-totalité des introductions en bourse de sociétés technologiques offshore à New York et à Hong Kong.

La déclaration du Politburo, publiée tard vendredi, a donné un coup de fouet aux valeurs technologiques chinoises à Wall Street, où l’indice Nasdaq Golden Dragon a augmenté de 2,4 % lundi. Les actions d’Alibaba cotées à New York avaient clôturé en hausse de 4,2 %.

Mais à Hong Kong mardi, l’indice Hang Seng Tech des grandes valeurs technologiques chinoises négociées sur le territoire était en baisse de 0,4 pour cent, les traders se détournant du secteur en l’absence de preuves plus concrètes de la fin réelle de la répression. Ajoute Tse : “Après tout, il faut voir pour croire, non ?”

Retour à l’accueil Worldnet