PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuLe préfet annule son décret anti-manifestations pour la visite de Macron.

Le préfet annule son décret anti-manifestations pour la visite de Macron.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Le président français Emmanuel Macron doit célébrer l’abolition de l’esclavage lors d’une visite dans le Doubs, mais il est attendu avec des manifestations et des sifflets. Le préfet du Doubs avait émis une interdiction de manifester dans la commune où le président doit se rendre, invoquant une menace terroriste, mais cette interdiction a été retirée après que trois recours en référé liberté aient été déposés devant le tribunal administratif de Besançon. Une manifestation est prévue près du château de Joux, où se rendra Emmanuel Macron, malgré la fermeture de l’accès au château pour les protestataires. La CGT du Doubs a appelé ses adhérents à un concert de casseroles pour protester contre la réforme controversée des retraites du président. Un arrêté similaire du préfet du Loir-et-Cher, interdisant toute manifestation lors de la venue d’Emmanuel Macron à Vendôme, a été suspendu par le tribunal administratif d’Orléans.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Athènes à la croisée des chemins : des preuves de refoulements de migrants mettent la ville sous tension.

—————————–Article Complet————————————————

Emmanuel Macron doit célébrer l’abolition de l’esclavage lors de son déplacement dans le Doubs, malgré les manifestations de la CGT du Doubs qui prévoit un concert de casseroles au pied du château de Joux. Le préfet du Doubs avait initialement pris un arrêté interdisant toute manifestation, mais l’a retiré après plusieurs recours. L’intersyndicale de Pontarlier appelle à faire du bruit pour que leur opposition à la réforme des retraites soit entendue. Le tribunal administratif d’Orléans a également suspendu un arrêté similaire interdisant toute manifestation lors de la visite d’Emmanuel Macron à Vendôme.

——————————Article à Propos—————————————————-

Le Préfet de Police de Paris, Didier Lallement, a annoncé son retrait de l’arrêté antimanifestations qu’il avait pris en prévision de la venue du président Emmanuel Macron à Paris. Cette décision intervient après la polémique suscitée par cet arrêté, considéré comme une atteinte aux libertés publiques.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  "Les dix pays qualifiés pour la finale : Voici la liste."

En effet, l’arrêté interdisait toute manifestation sur les Champs-Élysées et ses environs, ainsi que sur l’Esplanade du Louvre, du mercredi 10 au samedi 13 juin. Cette interdiction avait été justifiée par la nécessité de garantir la sécurité du président Macron, en déplacement à l’occasion de la Journée nationale d’hommage aux victimes du terrorisme.

Mais cette décision avait été vivement critiquée par les partis d’opposition, les syndicats et les associations de défense des droits de l’homme. Ils avaient accusé le Préfet de Police de Paris de restreindre la liberté de manifestation et de porter atteinte à la démocratie.

Face à cette pression, Didier Lallement a finalement décidé de retirer son arrêté, affirmant dans un communiqué que cette décision était prise “afin de préserver le droit fondamental des citoyens à manifester”. Il a cependant tenu à rappeler que “le respect des règles sanitaires et de la sécurité des personnes et des biens seront mises en œuvre avec détermination”.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  "Caroline Garcia éliminée au troisième tour : les détails"

Cette décision a été saluée par la classe politique et les organisations de défense des droits de l’homme, qui y voient une victoire pour la démocratie. Certains ont toutefois souligné que cet épisode avait mis en évidence les limites de la gestion des manifestations par les autorités, en particulier dans le contexte de l’état d’urgence sanitaire.

En conclusion, le retrait de l’arrêté antimanifestations pris pour le déplacement de Macron a permis de préserver les libertés fondamentales des citoyens, tout en garantissant la sécurité du président. Cette décision montre l’importance de concilier les impératifs de sécurité avec le respect des droits et libertés publiques, dans un contexte où la démocratie est souvent mise à l’épreuve.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles