PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuLe monarque des Pays-Bas exprime ses regrets pour l'esclavage

Le monarque des Pays-Bas exprime ses regrets pour l’esclavage

——————————Article Journaliste—————————————————-

Le roi des Pays-Bas présente ses excuses pour l’esclavage en Francais : Un acte de réconciliation historique

Le roi Willem-Alexander des Pays-Bas a pris la parole pour présenter ses excuses officielles au nom de son pays pour le tragique chapitre de l’esclavage. Dans un geste sans précédent, cette déclaration marque un tournant significatif dans la reconnaissance des erreurs du passé et offre une occasion de réconciliation.

Reconnaître les blessures du passé pour avancer

Le roi Willem-Alexander reconnaît les conséquences dévastatrices de l’esclavage et son impact durable sur les descendants des victimes. Il souligne l’importance de faire face à cette partie sombre de l’histoire du pays pour pouvoir avancer vers un avenir plus équitable.

Un geste symbolique fort

Les excuses du roi des Pays-Bas vont au-delà d’une simple reconnaissance de l’histoire passée. Elles revêtent une signification profonde en termes de responsabilité collective et de réparation pour les injustices subies par les populations victimes de l’esclavage. Cela démontre également l’engagement du pays à remédier aux inégalités persistantes.

Un pas vers la réconciliation

En présentant ses excuses, le roi des Pays-Bas facilite le processus de réconciliation. Ce geste ouvre la voie à la guérison des cicatrices historiques et encourage le dialogue sur la question de l’esclavage. Il démontre l’importance de reconnaître les erreurs du passé afin de créer un avenir plus inclusif.

Les retombées positives pour le pays

La présentation des excuses du roi des Pays-Bas offre une opportunité de renforcer l’image internationale du pays en tant que défenseur des droits de l’homme et de la justice sociale. Cela peut également favoriser une plus grande diversité dans la société néerlandaise et encourager un dialogue ouvert et honnête sur les questions raciales.

Conclusion

Les excuses du roi des Pays-Bas pour l’esclavage en Francais marquent un tournant dans l’histoire du pays. Ce geste courageux et significatif témoigne de la volonté de reconnaître les erreurs du passé et de travailler vers une société plus équitable et inclusive. Cette initiative offre une occasion de réconciliation et de dialogue constructif, tout en renforçant l’image internationale des Pays-Bas en tant que champions des droits de l’homme.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Le roi Willem-Alexander des Pays-Bas a présenté ses excuses officielles pour l’implication de son pays dans l’esclavage, lors d’un événement marquant les 150 ans de l’abolition de l’esclavage. Des milliers de descendants de personnes réduites en esclavage étaient présents lors de ces célébrations. Le roi a exprimé son profond regret et a reconnu que la traite des esclaves et l’esclavage étaient des crimes contre l’humanité. Il a également demandé pardon pour l’inaction de la famille royale dans la prévention de ces crimes. Les commémorations de la fin de l’esclavage aux Pays-Bas, appelées “Keti Koti”, revêtent une importance particulière cette année après les excuses officielles du gouvernement en décembre. Les descendants d’esclaves ont salué les excuses du roi, tout en soulignant la nécessité de réparations. La présentation d’excuses officielles fait suite à un débat sur le passé colonial des Pays-Bas, notamment depuis l’émergence du mouvement Black Lives Matter. L’esclavage a contribué à la prospérité du pays au XVIe et au XVIIe siècle, et le rapport du ministère néerlandais de l’Intérieur a révélé que la famille royale avait bénéficié financièrement de l’esclavage. Le Premier ministre Rutte avait également présenté des excuses officielles pour le rôle de l’État néerlandais dans l’esclavage. Le roi a salué ces excuses mais a souligné que cela ne marquait que le début d’un long chemin. Bien que l’abolition officielle de l’esclavage dans les colonies néerlandaises date de 160 ans, son application n’a que 150 ans.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La femme la plus puissante de Wall Street va supprimer des emplois chez Citi.

—————————–Article Complet————————————————

Repentance et devoir de mémoire. Le roi des Pays-Bas Willem-Alexander a présenté samedi ses excuses officielles pour l’implication de son pays et de sa dynastie dans l’esclavage, se déclarant « personnellement et extrêmement » touché. « Aujourd’hui, je me tiens devant vous en tant que roi et membre du gouvernement. Aujourd’hui, je vous présente mes excuses personnellement », a déclaré Willem-Alexander sous les acclamations lors d’un événement marquant les 150 ans de l’affranchissement des esclaves dans les anciennes colonies néerlandaises, à l’Oosterpark d’Amsterdam.Des milliers de descendants de personnes réduites en esclavage dans l’ancienne colonie sud-américaine du Suriname ainsi que dans les îles caribéennes d’Aruba, Bonaire et Curaçao assistaient à ces célébrations. « Je ressens cela profondément dans mon cœur et dans mon âme, a déclaré le roi. La traite des esclaves et l’esclavage sont reconnus comme crimes contre l’humanité. « Les rois de la maison d’Orange (dont descend le monarque actuel) n’ont rien fait pour l’empêcher. Aujourd’hui, je demande pardon pour cette inaction », a encore ajouté Willem-Alexander.« Il nous faut des réparations »Les commémorations marquant la fin réelle de l’esclavage dans les colonies ont lieu chaque année à Amsterdam, une célébration appelée « Keti Koti », soit « briser les chaînes » en sranantongo (l’une des langues du Suriname). Elles prennent un relief particulier cette année après la présentation en décembre par le gouvernement d’excuses officielles pour le passé esclavagiste des Pays-Bas. L’assistance a salué les excuses du roi.

« Il a demandé pardon aux gens du Suriname », s’est félicité auprès de l’AFP Abmena Ryssan, 67 ans, présent à la cérémonie, en tunique bariolée et portant une coiffe traditionnelle ornée du drapeau surinamien. « Peut-être peut-il maintenant faire quelque chose pour les Noirs », a-t-il ajouté. « C’est un début », a estimé Lulu Helder, enseignante et descendante d’esclaves, qui a regardé à quelques kilomètres de là le discours du roi, retransmis en direct à la télévision nationale. « Il nous faut des réparations », a-t-elle dit. « Il a assumé ses responsabilités, alors je lui pardonne », a déclaré Arnolda Vaal, 50 ans, vêtue de l’habit traditionnel des esclaves.Des descendants de personnes réduites en esclavage avaient demandé au roi de présenter des excuses officielles. Depuis l’émergence du mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis, les Pays-Bas se sont lancés dans un débat souvent difficile sur leur passé colonial qui en a fait l’un des pays les plus riches du monde. L’esclavage a contribué à financer le « siècle d’or » néerlandais, période de prospérité grâce au commerce maritime aux XVIe siècle et XVIIe siècle. Le pays a procédé à la traite d’environ 600.000 Africains, principalement vers l’Amérique du Sud et les Caraïbes.Le « début d’un long chemin »Selon un rapport commandé par le ministère néerlandais de l’Intérieur et publié en juin, entre 1675 et 1770, les colonies ont rapporté à la famille royale l’équivalent de 545 millions d’euros, à une époque où l’esclavage était très répandu. Les lointains ancêtres du roi actuel, Guillaume III, Guillaume IV et Guillaume V d’Orange-Nassau ont fait partie des plus grands bénéficiaires de ce qui est décrit dans le rapport comme une « implication délibérée, structurelle et durable » dans l’esclavage.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La démonstration des All Blacks est gâchée par la terrible blessure du Namibien Malan

Le Premier ministre Rutte avait présenté en décembre les excuses officielles du gouvernement pour le rôle de l’Etat néerlandais en 250 ans d’esclavage, qu’il avait qualifié de « crime contre l’humanité ». Dans son discours de Noël, le roi des Pays-Bas avait salué ces excuses, et déclaré que celles-ci étaient le « début d’un long chemin ». Si l’abolition officielle de l’esclavage dans les colonies néerlandaises remonte à 160 ans, son application réelle n’a que 150 ans.

——————————Article à Propos—————————————————-

Titre : Le roi des Pays-Bas présente ses excuses pour l’esclavage

Introduction :
Dans une démarche historique et symbolique, le roi des Pays-Bas, Guillaume-Alexandre, a choisi de présenter les excuses officielles de son pays pour son implication dans l’esclavage. Cette déclaration inédite marque un tournant important dans la reconnaissance des fautes passées et une volonté de réconciliation. Retour sur cet événement majeur qui s’inscrit dans une démarche de réparation et d’hommage aux victimes.

Un pas vers la réconciliation :
Le 1er juillet 2020, lors de la commémoration du 157ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage aux Pays-Bas, le roi Guillaume-Alexandre a choisi de faire un discours poignant en reconnaissant le rôle joué par son pays dans la traite négrière transatlantique. Ces excuses, prononcées au nom du pays tout entier, témoignent d’une prise de responsabilité envers les conséquences néfastes de cette période sombre de l’histoire.

La reconnaissance des fautes passées :
Pendant plusieurs siècles, les Pays-Bas ont été impliqués dans la traite négrière et ont possédé des colonies où des milliers d’Africains ont été réduits en esclavage. Cette reconnaissance officielle permet non seulement de briser le silence entourant ces événements, mais elle ouvre également la voie à un dialogue constructif sur les conséquences actuelles de cette histoire.

Une réflexion sur les conséquences actuelles :
Les excuses du roi des Pays-Bas s’accompagnent d’une volonté de réflexion sur les conséquences actuelles de l’esclavage, notamment en termes d’inégalités socio-économiques et de discrimination raciale. Le discours royal appelle à la prise de conscience collective et à l’engagement en faveur de l’égalité et de la justice.

Vers des actions concrètes :
Si les excuses sont une première étape symbolique, les Pays-Bas entendent aller plus loin dans le processus de réparation. Des discussions sont prévues avec les communautés afro-néerlandaises pour déterminer les mesures concrètes à mettre en œuvre en faveur de la reconnaissance des victimes de l’esclavage et de leurs descendants.

Un exemple pour d’autres nations :
La démarche du roi Guillaume-Alexandre des Pays-Bas s’inscrit dans un mouvement international de reconnaissance des crimes commis pendant l’esclavage et de réparation symbolique envers les communautés afro-descendantes. D’autres pays, tels que la Belgique ou le Royaume-Uni, ont déjà commencé à poser des gestes similaires, marquant ainsi une prise de conscience collective.

Conclusion :
La présentation des excuses officielles par le roi des Pays-Bas, Guillaume-Alexandre, est un pas important vers la réconciliation et la reconnaissance des fautes passées de son pays en matière d’esclavage. Cette démarche marque un tournant significatif dans la lutte contre l’injustice, mais elle nécessite également des actions concrètes pour réparer les conséquences de cette période sombre de l’histoire. Espérons que cette prise de conscience inspirera d’autres nations à entreprendre une démarche similaire et à travailler ensemble pour un avenir plus équitable et inclusif.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Suite à sa visite au Havre avec Edouard Philippe, Borne se rend à Pau pour rencontrer Bayrou ce dimanche

——————————Article en rapport avec le sujet —————————————————-

Titre: Le roi des Pays-Bas présente ses excuses pour l’esclavage
Sous-titres:
1. Contexte historique de l’esclavage aux Pays-Bas
2. Le discours du roi Willem-Alexander
3. L’importance des excuses officielles
4. Réactions du public et des experts
5. Les conséquences politiques et sociales
6. Conclusion: un pas vers la réconciliation

Le 1er juillet 2020, le roi des Pays-Bas, Willem-Alexander, a prononcé un discours historique dans lequel il a présenté des excuses officielles pour le rôle joué par les Pays-Bas dans la pratique de l’esclavage. Cette déclaration a eu un impact considérable au niveau politique et social, suscitant des réactions diverses.

1. Contexte historique de l’esclavage aux Pays-Bas:
– Pendant plus de deux siècles, les Pays-Bas ont été impliqués dans le commerce triangulaire, transportant des esclaves africains vers les colonies américaines et les Caraïbes.
– L’esclavage était une pratique courante dans les colonies néerlandaises jusqu’à son abolition en 1863.

2. Le discours du roi Willem-Alexander:
– Le roi a reconnu la responsabilité historique des Pays-Bas dans l’oppression et la traite des esclaves.
– Il a exprimé les profonds regrets du pays pour cette période sombre de son histoire et a présenté des excuses officielles.
– Le discours du roi met l’accent sur la nécessité de reconnaître et de confronter le passé pour construire un avenir plus égalitaire.

3. L’importance des excuses officielles:
– Les excuses officielles du roi des Pays-Bas sont perçues comme un acte de reconnaissance et de réparation des torts causés par l’esclavage.
– Elles sont un signal fort envoyé aux anciennes colonies des Antilles néerlandaises et à la communauté afro-descendante aux Pays-Bas.
– Les excuses officielles peuvent contribuer à la réconciliation et permettre de panser les blessures du passé.

4. Réactions du public et des experts:
– Les réactions du public ont été mitigées, certains saluant les excuses du roi comme un pas important vers la justice historique, tandis que d’autres les jugent insuffisantes ou tardives.
– Les experts soulignent que les excuses doivent être suivies d’actions concrètes pour lutter contre les discriminations raciales et promouvoir la diversité et l’inclusion.

5. Les conséquences politiques et sociales:
– Les excuses du roi ont ravivé le débat sur l’histoire coloniale des Pays-Bas et la nécessité d’une éducation plus approfondie à ce sujet.
– Certains politiciens néerlandais ont soutenu les excuses et ont appelé à des mesures concrètes pour lutter contre les inégalités raciales.
– D’autres ont critiqué les excuses, craignant qu’elles ne conduisent à des demandes de réparations financières.

6. Conclusion: un pas vers la réconciliation:
– Les excuses officielles du roi des Pays-Bas pour l’esclavage constituent un moment important dans l’histoire du pays.
– Elles montrent une volonté de reconnaître les torts causés par le passé colonial du pays et d’œuvrer vers une société plus égalitaire.
– La réconciliation nécessitera cependant des actions concrètes pour lutter contre les discriminations et promouvoir la diversité à tous les niveaux de la société néerlandaise.

—————————–FIN—————————————————————————-

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles