PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLe client doit rembourser à Discovery 1,64 million d'euros

Le client doit rembourser à Discovery 1,64 million d’euros

La Cour suprême d’appel a ordonné à un propriétaire de Pretoria de rembourser à Discovery la somme de 1,64 million d’euros, plus d’autres frais, qu’elle lui avait versée pour une véritable demande d’indemnisation au titre des dommages causés par une tempête et de l’assurance des biens ménagers, car une partie de la demande relative à l’hébergement d’urgence était frauduleuse.

Le juge Xola Petse, vice-président de la Cour suprême d’appel (SCA), et le juge intérimaire de la SCA Mokgere Masipa, avec les juges Halima Saldulker, Nolwazi Mabindla-Boqwana et Sharise Weiner, ont accueilli mercredi avec dépens l’appel de Discovery contre le jugement de la Haute Cour de Pretoria rendu en septembre 2021.

Le tribunal a ordonné à Tshamunwe Masindi de rembourser à Discovery R1 594 980,12.

Discovery a engagé l’affaire contre Masindi le 14 décembre 2017.

Masindi a souscrit une assurance auprès de Discovery en mai 2016, aux termes de laquelle il a assuré, entre autres, sa propriété résidentielle à Pretoria et le contenu de son ménage.

Couverture des dommages et de l’équipement ménager

La police couvrait les réparations de la maison de Masindi et les dommages causés au contenu de la maison, tout en prévoyant un autre logement d’urgence au cas où le bien assuré serait endommagé et deviendrait de ce fait inhabitable.

Les conditions essentielles de la police stipulaient que si une demande d’indemnisation ou une partie de celle-ci était frauduleuse, Discovery aurait le droit absolu d’annuler la police rétroactivement à partir de la date de déclaration de l’incident ou de la date réelle de l’incident, auquel cas l’assuré perdrait toutes les prestations prévues par la police à partir de la date de l’annulation.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Débloquer le potentiel des équipes autogérées pour réussir.

Le 11 novembre 2016, une tempête a endommagé la maison de Masindi et le contenu de son ménage et a également rendu la résidence inhabitable.

Demande d’indemnisation déposée

Masindi demande la réparation de sa résidence assurée, l’indemnisation des dommages causés au mobilier et le remboursement des frais d’hébergement d’urgence.

Discovery a payé l’intégralité de la demande, mais a découvert par la suite qu’une partie de la demande relative à l’hébergement d’urgence était frauduleuse.

Discovery a donc annulé la police rétroactivement à partir du 11 novembre 2016 et a réclamé l’intégralité du montant qu’elle avait versé à titre d’indemnisation à Masindi.

Cependant, la Haute Cour de Pretoria a statué dans son jugement sur le litige que Discovery n’avait pas droit au remboursement de l’intégralité du montant réclamé, mais seulement de la partie de la demande qui était entachée de la fraude incontestée.

Lire :

Économisez de manière responsable sur votre prime d’assurance sans compromettre votre couverture

Discovery Life fait appel de la décision de la Haute Cour de payer une indemnité d’invalidité de 25 millions de rands

Discovery Life perd son procès et est condamnée à payer plus de 25 millions de rands à son client

La Cour a estimé que Masindi avait acquis des droits au paiement de la partie authentique de sa créance et que ces droits demeuraient intacts et n’étaient pas affectés par la fraude subséquente.

En outre, la High Court a estimé que la clause de la police qui prévoyait la déchéance des créances entachées de fraude était, à toutes fins utiles, une clause pénale, au sens de la loi sur les sanctions conventionnelles.

Elle a estimé que l’application de cette loi – dans la mesure où elle permettrait à Discovery de récupérer même le montant payé en règlement de la partie authentique de la demande d’indemnisation – entraînerait un préjudice disproportionné pour les Masindi.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Comment créer une entreprise d'animaux de compagnie en 2023 (meilleures idées)

La High Court a donc refusé d’appliquer la clause de la police d’assurance de Discovery.

Lire : Pourquoi tout propriétaire a besoin d’une assurance suffisante

Le montant total de la composante réelle de la demande d’indemnisation de Masindi pour les dommages causés à sa résidence et à son mobilier s’élevait à R972 592,67.

C’est le montant que Masindi prétendait ne pas pouvoir être recouvré par Discovery parce qu’il avait non seulement déjà été accumulé, mais qu’il lui avait également été versé au moment où Discovery a mis fin à la police d’assurance.

Règles relatives aux demandes frauduleuses

Le SCA a jugé que la clause 5.13, qui traite des réclamations frauduleuses, est claire et sans ambiguïté et qu’il faut donc lui donner effet.

Elle a déclaré que si l’on ne donnait pas effet à cette clause, l’objectif sous-jacent qu’elle visait – protéger Discovery contre les demandes frauduleuses et décourager les tentatives des assurés d’obtenir des avantages indus en déposant des demandes faussement gonflées – serait compromis.

Au vu des faits de l’espèce, la Cour d’appel fédérale a estimé que la doctrine des droits acquis n’était pas applicable car il ne pouvait y avoir de droits acquis étant donné que la clause de déchéance s’appliquait avec effet rétroactif à compter de la date de l’incident qui avait donné lieu à la demande d’indemnisation.

Lire/écouter : Comment votre demande d’indemnisation pourrait être rejetée

Le SCA a ajouté que la loi sur les sanctions conventionnelles n’était pas la question soumise à la High Court car elle n’avait pas été soulevée par les parties.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le jury doit maintenant délibérer sur les allégations de viol.

Elle a réaffirmé que les tribunaux n’étaient pas autorisés à s’écarter des questions soulevées par les parties elles-mêmes.

Le SCA a conclu qu’il n’était pas d’accord avec l’interprétation de la clause 5.13 privilégiée par la Haute Cour.

Violation des conditions

Elle a déclaré que l’interprétation de la Haute Cour négligeait totalement le fait que la clause 5.13 prévoit explicitement que, en cas de violation de ses conditions, Discovery serait en droit de résilier la police avec effet rétroactif à compter de la date de l’incident ayant donné lieu à la demande d’indemnisation, à savoir le 10 novembre 2016.

« En gardant à l’esprit cette considération cruciale, nous sommes conduits à la conclusion que lorsque l’intimé… ». [Masindi] a déposé sa demande d’indemnisation le 11 novembre 2016, il avait déjà renoncé à toutes les prestations prévues par la police », peut-on lire dans l’arrêt du CSA.

« En d’autres termes, une fois la police résiliée le 10 novembre 2016, il n’y avait plus de police en vigueur en vertu de laquelle l’intimé aurait pu réclamer les avantages dont il aurait pu bénéficier si la police n’avait pas été résiliée un jour plus tôt », a déclaré la SCA dans sa décision.

Lire : Hausse des taux d’intérêt et assurance habitation : comment s’y retrouver ?

« En outre, Discovery n’était pas tenue de verser une quelconque somme d’argent à l’intimé. [Masindi] à partir du 5 décembre 2016, car la police avait déjà pris fin le 10 novembre 2016 ».

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles