PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentL'administration Biden doit limiter ses contacts sur les médias sociaux

L’administration Biden doit limiter ses contacts sur les médias sociaux

Un juge fédéral de Louisiane a ordonné aux principaux fonctionnaires et agences de l’administration Biden de ne pas contacter les plates-formes de médias sociaux pour supprimer les orateurs et les points de vue qu’ils désapprouvent, une évolution majeure qui pourrait freiner les efforts de lutte contre la désinformation sur la santé et d’autres questions.

Contenu de l’article

(Bloomberg) – Un juge fédéral de Louisiane a ordonné aux principaux fonctionnaires et agences de l’administration Biden de ne pas contacter les plates-formes de médias sociaux pour supprimer les orateurs et les points de vue qu’ils désapprouvent, un développement majeur qui pourrait freiner les efforts de lutte contre la désinformation sur la santé et d’autres questions.

Annonce 2

Contenu de l’article

La décision a été rendue dans le cadre d’une action intentée par les procureurs généraux de la Louisiane et du Missouri, qui avaient affirmé que l’administration Biden tentait de faire taire les opinions et les orateurs qui remettaient en question ses politiques de lutte contre le terrorisme et la validité de l’élection de 2020.

Contenu de l’article

Le juge Terry A. Doughty, du district de Monroe, en Louisiane, a déclaré dans sa décision de mardi que des pans entiers du gouvernement, notamment le ministère de la Santé et des Services sociaux et le Bureau fédéral d’enquête, ne pouvaient pas s’adresser aux entreprises de médias sociaux « dans le but d’inciter, d’encourager, de faire pression ou d’induire de quelque manière que ce soit la suppression, l’effacement, la suppression ou la réduction d’un contenu contenant une liberté d’expression protégée ».

« La présente affaire implique sans doute l’attaque la plus massive contre la liberté d’expression dans l’histoire des États-Unis », a écrit M. Doughty. « Dans leurs tentatives de suppression de la désinformation présumée, le gouvernement fédéral, et en particulier les défendeurs nommés ici, auraient ignoré de manière flagrante le droit à la liberté d’expression garanti par le premier amendement ».

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les punaises géantes de Chypre : un risque d'invasion en France ?

Contenu de l’article

Annonce 3

Contenu de l’article

En accordant une injonction préliminaire, M. Doughty a déclaré que les agences ne pouvaient pas rencontrer les entreprises de médias sociaux pour supprimer des messages spécifiques ou demander des rapports sur leurs efforts de suppression de contenu. Le gouvernement peut toujours informer les plateformes des messages détaillant des crimes, des menaces à la sécurité nationale ou des tentatives étrangères d’influencer les élections, selon l’arrêt.

Le ministère de la justice examine l’injonction du tribunal et évaluera ses options dans cette affaire, selon un responsable de la Maison Blanche. L’administration Biden a encouragé des actions responsables pour protéger la santé, la sécurité et la sûreté publiques face à des défis tels qu’une pandémie mortelle et des attaques étrangères contre nos élections, a déclaré le responsable dans un communiqué.

Annonce 4

Contenu de l’article

Les plateformes de médias sociaux doivent tenir compte des effets qu’elles ont sur le peuple américain, a déclaré le fonctionnaire.

Meta Platforms Inc. s’est refusé à tout commentaire. Twitter Inc. n’a pas répondu spécifiquement aux questions concernant la décision du juge et Google, qui appartient à Alphabet Inc. n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Le New York Times a publié un article sur cette décision.

Les tribunaux américains sont de plus en plus sollicités pour arbitrer les conflits liés aux contenus des médias sociaux, qui sont de plus en plus controversés. Les conservateurs se plaignent que les plateformes censurent leurs opinions, tandis que les libéraux insistent sur le fait que les entreprises ne font pas assez pour supprimer les contenus faux, trompeurs et nuisibles.

Les législateurs du GOP se sont détournés des mesures antitrust pour répondre aux préoccupations concernant le contenu des médias sociaux et se sont concentrés sur l’enquête sur ce qu’ils décrient comme une censure conservatrice.

Publicité 5

Contenu de l’article

L’une des premières initiatives législatives dans ce sens a été introduite au début de l’année par les présidents des commissions Oversight and Accountability, Energy and Commerce et Judiciary, qui affirment que des fonctionnaires de l’administration Biden et d’autres démocrates ont fait pression sur les plateformes de médias sociaux pour qu’elles suppriment des contenus politiquement gênants.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La Chine réduit son taux de façon la plus importante depuis 2020 alors que les difficultés économiques s'aggravent.

Plus d’informations ici : Résumé du projet de loi du BGOV : H.R. 140 adopté par la Chambre des représentants, censure en ligne

Cette mesure, à laquelle s’opposent les démocrates et qui a peu de chances de devenir une loi, définirait la censure comme le fait d’influencer ou de contraindre, ou d’ordonner à une autre personne d’influencer ou de contraindre, pour supprimer un discours protégé par le Premier Amendement sur tout service informatique interactif, tel que les plates-formes de médias sociaux. Elle inclurait également le fait de chercher à restreindre l’accès d’un individu à une plateforme ou d’ajouter des avertissements à des discours légitimes.

Annonce 6

Contenu de l’article

La bataille autour de la médiation sur les médias sociaux est susceptible d’être portée devant la Cour suprême, qui a retardé en début d’année l’examen des lois du Texas et de la Floride qui permettraient aux utilisateurs de poursuivre les plateformes en ligne pour censure politique présumée.

En 2021, le Texas et la Floride ont adopté des lois distinctes qui interdisent aux plateformes technologiques de bloquer ou de rétrograder des contenus qui enfreignent leurs conditions d’utilisation. Ces mesures, qui sont actuellement bloquées, permettraient aux utilisateurs individuels de poursuivre les entreprises dans certains cas pour censure politique présumée.

L’affaire est State of Missouri v. Biden, 3:22-cv-01213, US District Court, Western District of Louisiana (Monroe).

-Avec l’aide de Priya Anand.

Contenu de l’article

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de faire en sorte que vos commentaires soient pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par courrier électronique : vous recevrez désormais un courrier électronique si vous recevez une réponse à votre commentaire, si une mise à jour est apportée à un fil de discussion que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos lignes directrices pour la communauté pour plus d’informations et pour savoir comment régler vos paramètres de messagerie.

Participez à la conversation

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles