PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentL'activité de grève tombe à des niveaux qui n'ont plus été vus...

L’activité de grève tombe à des niveaux qui n’ont plus été vus depuis 2014.

Une étude du bureau de conseil pour les travailleurs occasionnels montre que l’activité de grève chute à des niveaux vus pour la dernière fois en 2014, la plupart d’entre eux étant liés aux salaires et aux questions connexes.

Son baromètre des grèves 2022 montre qu’il y a eu 86 grèves en 2022, dont 51 étaient liées aux salaires.

Le total des grèves pour 2022 est inférieur de 27 % à celui de 2020 et de 48 % à celui de 2018.

La deuxième cause de grève la plus importante en 2022 (19 sur un total de 86) est liée à la demande d’emploi permanent.

« La demande réelle d’emploi permanent par les travailleurs occasionnels ou les courtiers en main-d’œuvre est plus élevée que cela parce que ce baromètre n’a pas inclus le nombre de piquets de grève et d’actions liées au lieu de travail tenus par les travailleurs occasionnels dans le nombre officiel de grèves (par exemple, lorsque les travailleurs occasionnels ont fait un piquet de grève sur un lieu de travail alors qu’ils n’étaient pas en service ou après que le contrat du courtier en main-d’œuvre qui les a embauchés ait été résilié », indique l’étude.

Source : Baromètre des grèves 2022, Casual Workers Advice Office.

Quelque 48 grèves étaient  » protégées  » et 38  » non protégées « , ce qui constitue un renversement par rapport aux années précédentes où les grèves non protégées dépassaient le nombre de grèves protégées.

Une grève protégée est une grève conforme à la loi sur les relations de travail (LRA), ce qui signifie que les travailleurs sont protégés contre le licenciement pour activité de grève. Une grève non protégée est une grève où les exigences de la LRA ne sont pas respectées et où les grévistes ne sont pas protégés contre le licenciement.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Chute du Dow Jones Futures : Le rallye du marché efface les gains de Powell, Apple, Exxon et Tesla dérapent.

Une « grève sauvage » est une grève menée sans le soutien du syndicat et qui ne suit généralement pas les procédures de la LRA.

Au total, 26 des 38 grèves sauvages ont eu lieu dans le secteur public. Quelque 17 des 38 grèves non protégées étaient le fait de travailleurs non syndiqués.

« Cela va quelque peu à l’encontre de la tendance de ces dernières années, qui ont vu une proportion croissante de grèves de ces travailleurs », indique le baromètre.

Des rapports « grossièrement anti-ouvriers ».

Selon le Casual Workers Advice Office, bien que le ministère de l’Emploi et du Travail (DEL) produise un rapport annuel sur l’action industrielle, « ces rapports sont systématiquement et grossièrement anti-ouvriers, et ne tiennent pas compte de l’importance des grèves dans une perspective de construction de mouvement ».

Le baromètre se base sur les rapports du DEL, qui se fondent sur les informations fournies par les employeurs, ainsi que sur les sites web des syndicats, les groupes WhatsApp et d’autres sources. Il indique qu’il pourrait y avoir plus de grèves que ce que rapporte le baromètre, en particulier des grèves courtes de travailleurs non syndiqués.

Les principales raisons des grèves sont, de loin, les demandes d’amélioration des salaires et des avantages sociaux, ainsi que les demandes d’emplois permanents et de primes non payées.

Mais il y a quelques catégories intéressantes (bien que petites) : les protestations contre les assassinats, les délestages et la corruption.

Le baromètre indique que 17 travailleurs ont été « assassinés alors qu’ils organisaient une grève, abattus par des agents de sécurité privés engagés par les patrons pendant une grève, blessés par balle par la police ou des agents de sécurité privés, battus, victimes de bombes à essence ou dont les biens ont été endommagés ».

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Arrestation imminente des incendiaires du camion

Parmi les grèves les plus importantes, citons :

  • Sibanye-Stillwater, où 31 000 travailleurs revendiquent une augmentation de 6 % et d’autres avantages. Un compromis a été trouvé avec certains syndicats. Plus de 2 000 travailleurs de l’Association of Mineworkers and Construction Union (Amcu) et du National Union of Mineworkers (NUM) ont campé devant les Union Buildings en mai, ce qui semble avoir incité la société à trouver un accord.
  • Université de SA, où 5 000 travailleurs se sont mis en grève parce qu’ils n’avaient pas reçu les augmentations de salaires et d’avantages sociaux promises.
  • Les chauffeurs de taxi et les livreurs de nourriture d’Uber, Bolt, DiDi et inDrive ont organisé une grève de trois jours en mars, en désactivant leurs applications pour protester contre les commissions de 25 % à 26 % que ces sociétés prélèvent sur chaque course. Les chauffeurs demandaient une déduction forfaitaire de 10 %.
  • En avril, les travailleurs agricoles et les membres de la communauté se sont mis en grève, bloquant les routes et mettant le feu aux bâtiments d’équipement des fermes commerciales et aux agrumes dans la vallée de Sunday’s River, dans la province du Cap-Oriental, pour réclamer un salaire minimum de 30 rands de l’heure dans toutes les entreprises de la ville, ainsi que l’éclairage public, l’eau et le goudronnage des routes.
  • Les gardes de sécurité des départements du développement social et des services correctionnels du Nord-Ouest se sont mis en grève en mai après avoir été impayés pendant trois mois.
  • En juin, les travailleurs de neuf centrales électriques d’Eskom se sont mis en grève sauvage et ont bloqué les routes avoisinantes en raison de l’échec des négociations salariales. La grève a pris fin lorsque les travailleurs ont accepté que leurs syndicats les représentent au Central Bargaining Forum, un organisme sectoriel créé pour s’entendre sur les salaires et les conditions de travail.
  • En juillet, les travailleurs du South African Revenue Service (Sars) se sont mis en grève et ont fermé 18 bureaux du Sars dans le pays pour protester contre une augmentation de salaire de 1,39 %. La grève a été suspendue le 8 août lorsque les syndicats ont déclaré qu’ils allaient revenir à la table des négociations.
  • En août, environ 450 travailleurs du Joburg Metropolitan Police Department (JMPD) ont fermé la M2 dans les deux sens à Johannesburg et bloqué l’autoroute pour la journée. Ils protestaient ainsi contre le fait que la ville n’avait pas tenu sa promesse de 2016 d’augmenter les salaires de ceux qui travaillaient pour le JMPD depuis plus de 13 ans.
  • En octobre, les travailleurs de Transnet ont entamé une grève après avoir rejeté l’offre de l’entreprise, qui proposait une augmentation de salaire de 1,5 % et un paiement unique imposable de 10 000 Rands. Les travailleurs demandaient 12 à 13 %. Environ 48 000 travailleurs, soit 80 % des 56 000 travailleurs de Transnet, ont rejoint la grève, qui a été réglée à la mi-octobre.
❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Amazon retarde le changement de règle pour les vendeurs britanniques afin d'éviter l'effondrement des activités

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles