PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLa taxe française s'ajoute aux malheurs des propriétaires britanniques de résidences secondaires

La taxe française s’ajoute aux malheurs des propriétaires britanniques de résidences secondaires

Les Britanniques qui possèdent une résidence secondaire en France sont confrontés à une augmentation « exaspérante » des taxes sur les propriétés qu’ils ne visitent que la moitié de l’année.

Les propriétaires ont déjà été frappés par les restrictions post-Brexit qui limitent les séjours sans visa dans l’Union européenne à 90 jours sur une période de 180 jours et le « double coup dur » avec des taux plus élevés alimenterait le mécontentement des 86 000 ménages britanniques possédant une résidence secondaire outre-Manche.

Les retraités qui avaient l’habitude de passer plusieurs mois par an dans des résidences secondaires seraient particulièrement irrités par la restriction de résidence. L’augmentation prévue de la taxe de séjour, l’un des deux principaux impôts locaux en France, constitue une autre mauvaise nouvelle.

« Si vous payez plus d’impôts pour une propriété et que vous n’avez pas le droit d’y aller quand vous le voulez, c’est une insulte de plus », a déclaré Steven Jolly, un guide des champs de bataille de la Première Guerre mondiale qui possède une résidence secondaire en Normandie.

La taxe de séjour était auparavant payée par tous les propriétaires en France, mais en vertu d’une réforme introduite par le président Macron, elle n’est désormais imposée qu’à ceux qui possèdent une résidence secondaire. L’année dernière, la taxe s’élevait en moyenne à 772 euros pour une maison et à 941 euros pour un appartement.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Elizabeth Warren affirme que Binance pourrait avoir menti aux législateurs

L’augmentation sera au minimum de 7,1 %, mais elle pourrait être bien plus importante puisque 3 399 conseils ont été autorisés à appliquer une surtaxe qui pourrait augmenter la facture jusqu’à 60 %. Nombre de ces communes se trouvent dans des régions très prisées par les propriétaires britanniques de résidences secondaires.

La surtaxe s’applique dans les régions où le marché du logement est sous pression et où les habitants ont du mal à acheter ou à louer des logements. Elle est destinée à atténuer les tensions du marché en dissuadant les gens d’utiliser leur propriété comme résidence secondaire. La surtaxe était initialement limitée à 1 136 conseils dans les grandes villes et les stations touristiques, mais elle a été étendue à 2 263 autorités supplémentaires dans les zones rurales.

En Bretagne, où 156 communes ont reçu l’autorisation d’augmenter la taxe de séjour jusqu’à 60 %, environ 12 % des quelque deux millions de propriétés de la région sont des résidences secondaires – et leurs propriétaires ont été confrontés ces derniers mois à la colère et aux protestations des habitants qui affirment qu’ils sont exclus du marché.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Ces trois stratèges de Wall Street ont compris l'énorme hausse des marchés boursiers qui a choqué la plupart de leurs pairs. Voici ce qu'ils prévoient pour la suite.

Les militants du mouvement indépendantiste breton affirment avoir incendié jusqu’à six résidences secondaires cette année.

De nombreux Britanniques risquent d’être touchés par la surtaxe. Ils possèdent environ 8 900 résidences secondaires dans la région, ce qui représente 53 % du nombre total de propriétés appartenant à des étrangers, selon l’Institut national des études économiques et des statistiques.

Les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent pas là. Le deuxième impôt local français, la taxe d’habitation, qui s’applique aux résidences principales et secondaires, augmente également. La mairie de Paris, par exemple, a décidé d’augmenter la taxe d’habitation de 51,9 %, tandis que Grenoble, dans l’est de la France, impose une hausse de 25 %. De nombreux autres conseils municipaux appliquent des augmentations à deux chiffres.

Ces augmentations provoquent le mécontentement de tous les propriétaires en France, mais M. Jolly a déclaré qu’elles étaient particulièrement exaspérantes pour les Britanniques possédant une résidence secondaire. Il a déclaré que ce groupe avait été ignoré lors des négociations sur le Brexit.

Si les Britanniques souhaitent rester plus de 90 jours sur 180 dans l’UE, ils doivent demander un visa de long séjour, qui coûte 99 livres sterling et implique de nombreuses formalités administratives et des entretiens avec des fonctionnaires français.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Arnaque des esprits ancestraux : Les faux sangomas dépouillent les victimes de millions.

La Grande-Bretagne accorde six mois d’exemption de visa aux citoyens de l’UE.

Karen Tait, rédactrice en chef de French Property News, a déclaré que l’augmentation des taxes locales et les restrictions de l’UE en matière de visas constituaient un double coup dur pour les propriétaires britanniques de résidences secondaires en France. Selon elle, ces mesures sont source de frustration, mais rien n’indique que les Britanniques désertent la France ou abandonnent leur projet d’y acheter une résidence secondaire.

Une enquête menée auprès de plus de 700 propriétaires de résidences secondaires et publiée ce mois-ci par The Connexion, un site web destiné aux expatriés, a révélé que près des deux tiers des Britanniques avaient envisagé de vendre leur résidence à cause de la règle des 90 jours. Nombre d’entre eux se sentent lésés et soulignent la contribution qu’ils apportent aux économies locales.

M. Jolly, qui fait campagne en faveur d’une modification des règles permettant de séjourner plus facilement en France pendant plus de 90 jours d’affilée, a déclaré qu’il devrait rentrer au Royaume-Uni en octobre. « Mais j’aimerais pouvoir choisir la date de mon départ », a-t-il déclaré.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles