PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLa Russie et la Chine cherchent à faire avancer leurs programmes lors...

La Russie et la Chine cherchent à faire avancer leurs programmes lors du sommet des pays en développement des BRICS en Afrique du Sud

Contenu de l’article

JOHANNESBURG (AP) – La Russie et la Chine chercheront à gagner du terrain politique et économique dans le monde en développement lors d’un sommet en Afrique du Sud cette semaine, alors qu’une dose commune attendue de grogne anti-occidentale de leur part pourrait prendre une tournure plus aiguë avec un mouvement officiel de rapprochement de l’Arabie saoudite.

Les dirigeants du bloc économique des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) tiendront trois jours de réunions dans le quartier financier de Sandton à Johannesburg. La présence du premier ministre chinois Xi Jinping soulignera le capital diplomatique que son pays a investi dans le bloc au cours de la dernière décennie comme un moyen de réaliser ses ambitions.

Annonce 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

Le président russe Vladimir Poutine apparaîtra par liaison vidéo après que son voyage en Afrique du Sud a été compliqué par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale à son encontre dans le cadre de la guerre en Ukraine. Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, le premier ministre indien Narendra Modi et le président sud-africain Cyril Ramaphosa participeront au sommet aux côtés de M. Xi.

Le sommet principal de mercredi – et les réunions annexes de mardi et jeudi – devraient donner lieu à des appels généraux en faveur d’une plus grande coopération entre les pays du Sud, dans un contexte de mécontentement croissant face à ce qui est perçu comme la domination des institutions mondiales par l’Occident.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Alors que la poussière retombe sur les licenciements massifs de Musk chez Twitter, ses projets obscurs suscitent des inquiétudes quant à l'avenir.

C’est un sentiment auquel la Russie et la Chine sont plus qu’heureuses de se rallier. Les dirigeants ou les représentants de dizaines d’autres pays en développement devraient participer aux réunions parallèles dans la ville la plus riche d’Afrique afin de donner à Xi et au ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov, qui représentera Poutine en Afrique du Sud, une audience considérable.

Un point politique spécifique ayant des implications plus directes sera discuté et éventuellement décidé : l’expansion proposée du bloc BRICS, qui a été formé en 2009 par les pays émergents du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine, et auquel s’est ajoutée l’Afrique du Sud l’année suivante.

Contenu de l’article

Annonce 3

Contenu de l’article

L’Arabie saoudite est l’un des plus de 20 pays à avoir officiellement demandé à rejoindre les BRICS dans le cadre d’une nouvelle expansion possible, selon des responsables sud-africains. Toute initiative visant à inclure le deuxième producteur mondial de pétrole dans un bloc économique avec la Russie et la Chine attirerait clairement l’attention des Etats-Unis et de leurs alliés dans un climat géopolitique particulièrement glacial, et dans le contexte d’une récente initiative de Pékin visant à exercer une certaine influence dans le Golfe persique.

“Si l’Arabie saoudite entrait dans les BRICS, cela donnerait une importance extraordinaire à ce groupe”, a déclaré Talmiz Ahmad, ancien ambassadeur de l’Inde en Arabie saoudite.

Même un accord sur le principe de l’élargissement des BRICS, qui se composent déjà d’une grande partie des plus grandes économies du monde en développement, constitue une victoire morale pour la vision russe et chinoise du bloc en tant que contrepoids au G-7, selon les analystes.

Les deux pays sont favorables à l’ajout de nouveaux pays pour renforcer une sorte de coalition – même si elle n’est que symbolique – dans le contexte des frictions économiques de la Chine avec les États-Unis et de l’impasse de la Russie avec l’Occident, semblable à la guerre froide, en raison de la guerre en Ukraine.

Des pays allant de l’Argentine à l’Algérie, en passant par l’Égypte, l’Iran, l’Indonésie et les Émirats arabes unis ont tous officiellement demandé à rejoindre le groupe aux côtés des Saoudiens, et sont également susceptibles de devenir de nouveaux membres.

Annonce 4

Contenu de l’article

Alexis Habiyaremye, du College of Business and Economics de l’université de Johannesburg, a déclaré que si un certain nombre d’entre eux sont intégrés, “on se retrouve avec un bloc économique plus important et, partant, un sentiment de puissance”.

Si le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud sont moins enthousiastes à l’idée d’une expansion et d’une dilution de leur influence dans ce qui est actuellement un club exclusif de pays en développement, la dynamique est là. Rien n’est encore décidé, cependant, et les cinq pays doivent d’abord se mettre d’accord sur les critères que les nouveaux membres doivent remplir. Cette question est à l’ordre du jour de Johannesburg, dans le contexte des pressions exercées par Pékin.

“L’expansion des BRICS est devenue la principale question d’actualité”, a déclaré Chen Xiaodong, ambassadeur de Chine en Afrique du Sud. “L’expansion est essentielle pour renforcer la vitalité du mécanisme des BRICS. Je pense que le sommet de cette année sera le témoin d’une nouvelle étape solide sur ce front.”

Les États-Unis ont mis l’accent sur leurs liens bilatéraux avec l’Afrique du Sud, le Brésil et l’Inde pour tenter de contrebalancer toute influence russe et chinoise démesurée émanant des BRICS. Lors de la préparation du sommet, le département d’État a déclaré que les États-Unis étaient “profondément engagés avec de nombreux membres importants de l’association des BRICS”.

Annonce 5

Contenu de l’article

L’Union européenne suivra également de près les événements de Johannesburg, mais en se concentrant presque exclusivement sur la guerre en Ukraine et sur les efforts continus de l’Union pour obtenir une condamnation unanime de l’invasion russe de la part des pays en développement, efforts qui ont largement échoué jusqu’à présent.

Alors que Xi, Lula, Modi et Ramaphosa se réunissent, le porte-parole de la Commission européenne, Peter Stano, a déclaré que l’UE leur demandait de profiter de l’occasion pour faire respecter le droit international.

“Nous attendons avec impatience leur contribution pour que Poutine mette fin à son comportement illégal et déstabilisant”, a déclaré M. Stano.

Si l’on en croit la réunion des ministres des affaires étrangères des BRICS au Cap en juin, précurseur du sommet principal, il n’y aura pas de critique publique de la Russie ou de Poutine au sujet de la guerre. Une manifestation prévue par le groupe de défense des droits d’Amnesty International et l’Association ukrainienne d’Afrique du Sud à l’extérieur du Sandton Convention Centre sera probablement la seule condamnation entendue.

La Russie pourrait même voir dans ce sommet l’occasion d’obtenir quelques faveurs.

Après avoir mis un terme à un accord autorisant le transport de céréales hors d’Ukraine le mois dernier, M. Poutine pourrait profiter de la réunion des BRICS pour annoncer davantage de livraisons gratuites de céréales russes aux pays en développement, comme il l’a déjà fait pour plusieurs nations africaines, a déclaré Maria Snegovaya, chargée de recherche au programme Europe, Russie et Eurasie du Center for Strategic and International Studies, basé à Washington.

Annonce 6

Contenu de l’article

Selon Mme Snegovaya, cela permettrait à M. Poutine de faire preuve de “bonne volonté” à l’égard du monde en développement, tout en excluant l’Ukraine du processus.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que M. Poutine participerait pleinement au sommet, même s’il n’apparaissait que par liaison vidéo, et qu’il prononcerait un discours.

Au cours des trois jours que durera le sommet de Johannesburg, il sera probablement question des griefs des pays en développement à l’égard des systèmes financiers mondiaux actuels. Au cours des mois et des semaines précédant le sommet, ces griefs se sont transformés en une critique de la prédominance du dollar américain en tant que monnaie mondiale pour le commerce international.

Les experts des BRICS sont généralement unanimes pour souligner les difficultés rencontrées par le bloc dans la mise en œuvre de sa politique en raison des priorités économiques et politiques différentes des cinq pays, ainsi que des tensions et de la rivalité entre la Chine et l’Inde.

Cobus van Staden, analyste au China Global South Project, qui suit l’engagement de la Chine dans le monde en développement, estime que tous les pays peuvent se rallier à l’idée d’une augmentation des échanges commerciaux dans les monnaies locales.

Pour lui, les BRICS devraient favoriser l’abandon du dollar dans le commerce régional dans certaines parties du monde, de la même manière qu’il envisage ce sommet dans son ensemble.

Publicité 7

Contenu de l’article

“Rien de tout cela n’est la grande épée qui va tuer le dollar. Ce n’est pas ce qui se passe”, a déclaré M. van Staden. “Il ne s’agit pas d’un grand coup d’épée, mais d’un grand nombre de coupures de papier. Cela ne tuera pas le dollar, mais cela rendra certainement le monde plus compliqué”.

“Ils n’ont pas besoin de vaincre le dollar … et ils n’ont pas besoin de vaincre le G-7. Tout ce qu’ils veulent faire, c’est proposer une alternative. C’est un jeu beaucoup plus long.

___

Le rédacteur diplomatique Matthew Lee à Washington et les rédacteurs Ashok Sharma à New Delhi, Lorne Cook à Bruxelles, Jim Heintz à Talinn (Estonie) et Jon Gambrell à Dubaï (Émirats arabes unis) ont contribué à ce rapport.

___

AP news :

Contenu de l’article

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de faire en sorte que vos commentaires soient pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par courriel : vous recevrez désormais un courriel si vous recevez une réponse à votre commentaire, si une mise à jour est apportée à un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos lignes directrices pour la communauté pour plus d’informations et pour savoir comment régler vos paramètres de messagerie.

Participez à la conversation

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles