PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLa rupture entre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis menace les...

La rupture entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis menace les efforts des États-Unis pour mettre fin à la guerre au Yémen.

Chemin de navigation par liens de fil d’Ariane Business de PMN Après s’être unis contre les Houthis soutenus par l’Iran, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite se disputent le contrôle d’un Yémen d’après-guerre. Auteur de l’article : Bloomberg News Sam Dagher Publié le 13 septembre 2023 • 7 minutes de lecture Rashad Al-Alim s’exprime lors de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, États-Unis, le jeudi 22 septembre 2022. Photographe : Jeenah Moon/Bloomberg Photo by Jeenah Moon/Bloomberg Contenu de l’article (Bloomberg) – Un fossé de plus en plus profond concernant le sort du Yémen met en péril les perspectives de paix avec des risques pour les puissances du Golfe riches en pétrole qui en sont au cœur. Après s’être unis pour combattre le groupe houthi soutenu par l’Iran qui semblait prêt à envahir le Yémen en 2015, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis soutiennent des groupes rivaux qui se disputent le contrôle d’un pays situé à la croisée des voies de navigation vitales et à la lisière d’une importante région exportatrice d’énergie. 2 Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article se poursuit ci-dessous. CE CONTENU EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS UNIQUEMENT Abonnez-vous dès maintenant pour lire les dernières nouvelles de votre ville et du Canada. Articles exclusifs de Kevin Carmichael, Victoria Wells, Jake Edmiston, Gabriel Friedman et autres. Contenu quotidien du Financial Times, la principale publication d’affaires mondiale. Accès en ligne illimité pour lire des articles du Financial Post, du National Post et de 15 sites d’information à travers le Canada avec un seul compte. National Post ePaper, une réplique électronique de l’édition imprimée à consulter sur n’importe quel appareil, à partager et à commenter. Puzzles quotidiens, y compris le New York Times Crossword. S’ABONNER POUR DÉBLOQUER PLUS D’ARTICLES Abonnez-vous dès maintenant pour lire les dernières nouvelles de votre ville et du Canada. Articles exclusifs de Kevin Carmichael, Victoria Wells, Jake Edmiston, Gabriel Friedman et autres. Contenu quotidien du Financial Times, la principale publication d’affaires mondiale. Accès en ligne illimité pour lire des articles du Financial Post, du National Post et de 15 sites d’information à travers le Canada avec un seul compte. National Post ePaper, une réplique électronique de l’édition imprimée à consulter sur n’importe quel appareil, à partager et à commenter. Puzzles quotidiens, y compris le New York Times Crossword. INSCRIVEZ-VOUS POUR DÉBLOQUER PLUS D’ARTICLES Créez un compte ou connectez-vous pour poursuivre votre expérience de lecture. Accédez aux articles de l’ensemble du Canada avec un seul compte. Partagez vos réflexions et participez à la conversation dans les commentaires. Profitez d’articles supplémentaires par mois. Recevez des mises à jour par e-mail de vos auteurs préférés. Contenu de l’article Contenu de l’article À présent, les divisions quant à l’apparence d’un Yémen d’après-guerre mettent en péril une trêve fragile avec les Houthis et menacent de dégénérer en une nouvelle vague de violence entre les groupes proxy soutenus d’un côté par les Émirats arabes unis et de l’autre par l’Arabie saoudite, selon quatre personnes directement impliquées dans les événements sur le terrain. Des affrontements récents entre les combattants houthis et les forces soutenues par les Émirats arabes unis ont déjà fait près de deux douzaines de morts. Les tensions ont souvent éclaté entre les deux puissances arabes du Golfe sur le champ de bataille yéménite au fil des ans. Mais les appels de plus en plus nombreux des séparatistes yéménites soutenus par les Émirats arabes unis en faveur d’un État indépendant dans le sud ont irrité Riyad, qui souhaite que le Yémen reste intact. L’administration Biden est alarmée par cette dispute et craint qu’elle ne renforce l’Iran et ne compromette un objectif clé de la politique étrangère : mettre fin à la guerre de huit ans qui a fait près de 400 000 victimes et est devenue un problème politique pour les États-Unis, a déclaré un haut fonctionnaire occidental qui communique directement avec les principaux acteurs locaux, régionaux et internationaux du conflit. ”Le Yémen est en train de devenir une arène dans laquelle l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis se disputent et règlent leurs comptes par l’intermédiaire de mandataires locaux, réduisant les chances d’un compromis politique », a déclaré Ahmed Nagi, analyste yéménite principal au groupe International Crisis Group. Un responsable du gouvernement émirati a déclaré qu’Abou Dabi soutient pleinement les efforts de l’Arabie saoudite pour mettre fin à la guerre et parvenir à un règlement politique sous les auspices des Nations Unies, et a qualifié les accusations de tensions entre les deux pays de « catégoriquement fausses ». 3 Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article se poursuit ci-dessous. Contenu de l’article Les prochaines semaines sont cruciales alors que l’Arabie saoudite se prépare à une nouvelle série de pourparlers avec les leaders houthis, qui ont menacé dimanche de reprendre leurs attaques contre le royaume, y compris le mégaprojet Neom, à moins que leurs demandes de réparations et d’une part importante des revenus pétroliers et gaziers ne soient satisfaites. Cela intervient alors que les désaccords avec les Émirats arabes unis persistent sur d’autres questions. Le prince héritier Mohammed bin Salman d’Arabie saoudite a de plus en plus positionné son pays comme le leader régional incontesté dans tous les domaines, des affaires à l’énergie en passant par la politique étrangère. Cela a conduit à des querelles entre les alliés traditionnels à l’OPEP et à une frustration quant à une tentative de supplanter Dubaï en tant que plaque tournante des affaires du Moyen-Orient, ainsi que des différends quant à la manière de gérer leur adversaire commun, l’Iran. En mai, le chef d’un groupe soutenu par les Émirats arabes unis a irrité l’Arabie saoudite en se rendant à travers la ville portuaire du sud du Yémen, Al-Mukalla, se présentant comme le chef d’un futur État du sud. Affublé de lunettes de soleil et d’un costume pimpant, Aidarous Al-Zubaidi ressemblait plus à un futur président qu’à un rebelle vindicatif lorsqu’il se promenait dans les rues, agitant depuis le tourelle ouverte d’un Humvee militaire et suivi par des véhicules blindés et des SUV étincelantes. La foule scandait en faveur d’un État indépendant et en gratitude envers leurs généreux soutiens aux Émirats arabes unis. Principales nouvelles Recevez les dernières manchettes, les nouvelles de dernière heure et les chroniques. En vous inscrivant, vous consentez à recevoir la newsletter ci-dessus provenant de Postmedia Network Inc. Merci de vous être inscrit ! Un e-mail de bienvenue est en chemin. Si vous ne le voyez pas, veuillez vérifier votre dossier de courrier indésirable. Le prochain numéro des Principales nouvelles sera bientôt dans votre boîte de réception. Nous avons rencontré un problème lors de votre inscription. Veuillez réessayer Contenu de l’article 4 Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article se poursuit ci-dessous. Contenu de l’article Le ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid bin Salman, frère du dirigeant de facto du royaume et homme de confiance sur la question du Yémen, était ulcéré devant le spectacle qui semblait défier ouvertement les efforts de son pays pour mettre fin à la guerre désastreuse à sa porte, selon trois personnes directement informées de la situation. Un responsable du ministère saoudien de la Défense a renvoyé tout commentaire au Centre de communication internationale du gouvernement, qui n’a pas répondu aux questions envoyées par courrier électronique. L’envoyé spécial des États-Unis pour le Yémen, Tim Lenderking, a tenu des entretiens à Abou Dhabi et Riyad la semaine dernière dans le but de s’assurer que les tensions entre les puissances du Golfe – et les factions qu’elles soutiennent – ne compromettent pas les efforts visant à mettre fin au conflit, selon deux responsables yéménites qui l’ont rencontré. Son bureau a refusé de commenter. Les responsables gouvernementaux saoudiens n’ont pas répondu aux questions écrites et aux nombreux appels de suivi. Un responsable américain, qui ne souhaitait pas être nommé en raison des discussions délicates en cours, a déclaré que Washington travaillait par l’intermédiaire des « canaux existants » pour « la désescalade et une résolution durable du conflit. » 5 Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article se poursuit ci-dessous. Contenu de l’article Mariage malheureuxPauvre, divisé

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Assombrissement menaçant frappe les actions chinoises tandis que les espoirs du Politburo s'amenuisent

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles