PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLa présidence repousse le plan de lutte contre la pauvreté de 88,5...

La présidence repousse le plan de lutte contre la pauvreté de 88,5 milliards de rands

La présidence sud-africaine propose de dépenser jusqu’à 88,5 milliards de rands par an pour lutter contre la pauvreté, alors que le Trésor national avertit que le pays est à court d’argent.

Lors d’une présentation aux chefs d’entreprise et aux dirigeants syndicaux la semaine dernière, Olive Shisana, le conseiller spécial du président Cyril Ramaphosa pour la politique sociale, a suggéré une série de mesures comprenant une allocation de chômage, une aide alimentaire et des initiatives de création d’emplois, selon une copie du document vue et confirmée par Bloomberg.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Les propositions de M. Shisana soulignent les difficultés rencontrées par le Trésor pour faire accepter les réductions de dépenses, quelques jours après que le ministre des Finances, Enoch Godongwana, a déclaré, lors d’une présentation à ses collègues politiques, qu’elles seraient nécessaires si le gouvernement voulait étendre une subvention existante pour les chômeurs, introduite comme mesure temporaire lors de la pandémie de Covid-19.

Lire : La réduction des dépenses n’est pas nécessairement un moyen de réduire le déficit, selon M. Ramaphosa

La baisse des recettes fiscales, les coupures d’électricité quasi quotidiennes qui freinent l’activité économique et le dysfonctionnement du réseau ferroviaire qui freine les exportations ont limité les options du Trésor.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le film "Barbie", avec ses 155 millions de dollars, est le plus grand week-end d'ouverture de l'année

Les contraintes qui pèsent sur les finances publiques soulignent également le dilemme auquel est confronté le Congrès national africain (ANC) à quelques mois d’une élection qui devrait être son test le plus sévère. Il peut soit freiner les dépenses sociales et investir dans la croissance d’une économie stagnante, soit améliorer les avantages pour les électeurs potentiels. Il ne peut pas faire les deux.

Dans le “Plan d’accélération” présenté au Conseil national du développement économique et du travail au nom du groupe de travail national interdépartemental sur la réduction de la pauvreté, Shisana a également suggéré des initiatives qui “changent la donne”, telles que :

  • Une aide permanente au revenu de base pour un coût de 36 à 50 milliards de rands par an.
  • Subventionner les aliments nécessaires à la nutrition des enfants pour un coût de 2 milliards de rands et solliciter la contribution du secteur privé à ce programme.
  • R1,76 milliard pour soutenir les entreprises informelles
  • 18 milliards de rands pour financer les programmes présidentiels de relance de l’emploi et un programme élargi de travaux publics
  • 15,2 milliards de rands pour stimuler les petites entreprises et former les femmes et les jeunes
  • Environ 1,55 milliard de rands pour les coûts administratifs
  • Interrogée par Bloomberg, Shisana a confirmé la présentation mais a refusé de discuter des chiffres. Elle a déclaré qu’ils changeraient constamment et qu’elle travaillait sur une proposition qui pourrait être incluse dans le budget annuel en février.
❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Elon Musk offre à ses employés des actions valorisant Twitter à environ 20 milliards de dollars

Godongwana, dans sa propre présentation, a averti que le maintien de l’allocation chômage actuelle de 350 rands par mois coûterait 40,5 milliards de rands au cours de la prochaine année fiscale. Cela pourrait nécessiter une augmentation du taux de la taxe sur la valeur ajoutée ou la fermeture de certains programmes gouvernementaux.

Ces fermetures entraîneraient des pertes d’emploi et un gel des projets d’infrastructure financés par le gouvernement. Sa présentation prévoit des réductions ciblées de 34,9 milliards de rands, mais suggère des réductions réalisables de 16,2 milliards de rands.

Lire : La courbe de rendement de l’Afrique du Sud se raidit alors que les risques fiscaux augmentent

Le Trésor n’a pas répondu immédiatement aux questions concernant les propositions de Shisana et sa propre présentation.

PUBLICITÉ

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La société de Warren Buffett, Berkshire Hathaway, pourrait devoir des milliards.

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Shisana, dans sa présentation, suggère que si les mesures suggérées sont mises en œuvre, les dépenses liées à l’allocation de revenu de base diminueront à mesure que davantage d’emplois seront créés. La présidence devrait adopter une garantie selon laquelle personne ne vivra sous le seuil de pauvreté d’ici 2030, dit-elle, et le plan devrait être évalué chaque année.

La franchise de Mme Godongwana sur l’état des finances nationales, rapportée par un certain nombre de publications, a provoqué des tensions au sein du gouvernement.

Jeudi, le Cabinet a déclaré dans un communiqué que “le déficit budgétaire ne doit pas avoir d’impact négatif sur la prestation de services” et que M. Godongwana clarifiera les malentendus.

Cette dissonance entre les différentes branches du gouvernement n’est pas sans précédent sous l’administration Ramaphosa. Alors que M. Ramaphosa a activement encouragé une transition vers l’énergie verte, son ministre de l’énergie a ouvertement critiqué les mesures visant à abandonner le charbon. Un ministre de l’électricité a été nommé cette année avec des responsabilités qui chevauchent celles des ministères de l’énergie et des entreprises publiques.

2023 Bloomberg

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles