PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLa présidence est très préoccupée par la licence accordée à l'unité de...

La présidence est très préoccupée par la licence accordée à l’unité de transmission d’Eskom

La présidence est “très préoccupée” par le fait que le régulateur énergétique Nersa n’ait pas accordé les trois licences pour la National Transmission Company of South Africa (NTCSA), selon Saul Musker, directeur de la stratégie et de l’appui à la mise en œuvre.

L’octroi de licences est un facteur clé dans la séparation de la NTCSA et d’Eskom. La séparation de la transmission de l’activité de production dysfonctionnelle permettra de débloquer les investissements qui font cruellement défaut dans un réseau déjà limité. La NTCSA ayant son propre bilan et un revenu prévisible et réglementé, elle deviendra attrayante pour les investisseurs.

Eskom a essentiellement demandé le transfert des licences de transport de la société holding à la NTCSA, sa propre filiale à 100 %.

Il n’y a pas de temps à perdre avec le dégroupage puisque la capacité du réseau dans le nord et le cap occidental, où se trouvent les meilleures ressources, est déjà saturée.

Il est urgent de financer l’expansion et le renforcement du réseau afin de permettre aux producteurs indépendants d’électricité (IPP) d’évacuer les électrons qu’ils produisent vers les consommateurs d’électricité dans tout le pays.

Source : Ministère de la Présidence pour l’électricité

M. Musker a répondu aux questions posées lors de la conférence de presse hebdomadaire visant à informer le pays des progrès réalisés dans le cadre du plan national de crise énergétique, suite à la décision prise jeudi par la Nersa de n’accorder que la licence d’exploitation des installations. La licence autorise la NTCSA à exploiter le réseau national en tant qu’opérateur de système.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Apple prévient que les expéditions d'iPhone seront retardées en raison des restrictions imposées par Covid à l'usine Foxconn.

Selon Musker, le régulateur n’a pris aucune décision concernant les licences de commerce et d’importation/exportation.

Il précise que les raisons de cette décision ne sont pas encore connues, pas plus qu’un calendrier pour l’approbation des deux autres licences. “Mais nous espérons que ce sera le plus tôt possible.

La prudence est de mise

Le professeur émérite Anton Eberhard, chercheur principal au Power Futures Lab de la Graduate School of Business de l’université du Cap, estime que cette décision a provoqué une onde de choc dans le secteur de l’approvisionnement en électricité.

Il affirme qu’il y a suffisamment d’argent disponible et que “les investisseurs font la queue” pour investir dans le réseau, mais que le dégroupage doit d’abord être finalisé de manière à ce que la NTCSA fonctionne de manière indépendante en tant que filiale d’Eskom.

Peter Attard Montalto, directeur général d’Intellidex et responsable mondial des marchés de capitaux et de l’économie politique, estime que la Nersa est trop prudente.

“Les communications de toutes parts sur l’octroi de la licence NTCSA ont été exceptionnellement médiocres pour un sujet aussi important, mais il semble qu’il soit maintenant enlisé dans la boue. Un nœud apparaît entre les différents éléments de la réforme qui se chevauchent, et la Nersa fait preuve d’une prudence excessive.

“Il ne faut pas sous-estimer l’importance de cette petite étape pour débloquer des investissements d’envergure dans le domaine de la transmission – de moins de 1 milliard de dollars par an actuellement à près de 1 milliard de dollars par an aujourd’hui. [the] R15 milliards nécessaires”, ajoute-t-il.

Nhlanhla Gumede, membre à temps plein de la Nersa pour l’électricité, explique à Moneyweb qu’Eskom a regroupé les trois licences dans sa demande, mais que les licences de commerce et d’importation/exportation n’étaient pas conformes aux définitions de ces fonctions dans la loi sur la régulation de l’électricité (Electricity Regulation Act, ERA).

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Des images saisissantes des ravages causés par les rafales dévastatrices dans le pays

Il précise que la Nersa est en train de finaliser les conditions de la licence d’exploitation et qu’elle les enverra à Eskom d’ici un ou deux jours. La Nersa doit encore élaborer un plan pour traiter les deux autres licences, mais il pense que cela pourra être fait d’ici novembre. Selon lui, la Nersa peut travailler à partir de la même demande.

Eberhard estime que cette décision n’a pas de sens.

Le directeur de la production d’Eskom, Segomoco Scheppers, a décrit l’affaire lors de la même réunion d’information comme une “petite question administrative”.

Modification de l’ERA

Une source au sein d’Eskom ayant connaissance du dossier est d’avis que les licences en cours ne peuvent pas être approuvées avant que l’ERA n’ait été amendée. Le projet de loi a été envoyé au Parlement en avril et sera déposé prochainement.

Eberhard n’est pas d’accord pour dire qu’il s’agit d’une condition préalable, mais Attard Montalto affirme que l’ERA est toujours nécessaire, même si les amendements ne sont susceptibles d’être adoptés qu’après les élections, compte tenu des retards.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Elon Musk déclare avoir besoin d'une IRM avant son combat avec Mark Zuckerberg

Chris Yelland, directeur général de EE Business Intelligence, affirme que les amendements à l’ERA fournissent réellement le cadre pour la réforme de l’industrie de l’approvisionnement en électricité, mais si cela doit encore être déposé au parlement, cela pourrait prendre beaucoup de temps.

Lire : La réforme de l’industrie de l’électricité proposée par l’Afrique du Sud est-elle perdue dans la traduction ?

Il existe des divergences fondamentales au sein du gouvernement, jusqu’au niveau du cabinet, sur le dégroupage d’Eskom, et l’on peut s’attendre à de nombreuses contestations. Cela contribue toutefois à l’incertitude des investisseurs, ce qui retardera encore le financement nécessaire pour renforcer le réseau, selon M. Yelland.

Selon M. Eberhard, l’octroi de licences est l’un des trois facteurs essentiels au dégroupage de la NTCSA. Les autres sont la nomination d’un conseil d’administration et le consentement du prêteur.

“De nombreux progrès ont été réalisés en ce qui concerne le consentement du prêteur et, d’une manière générale, il y a consentement. La nomination du conseil d’administration aurait dû avoir lieu il y a quatre ans. Eskom a organisé des entretiens avec des candidats il y a environ un an et encore récemment, mais le gouvernement avance trop lentement.

Lire :
Des opportunités significatives dans les secteurs de l’énergie et de l’électricité en Afrique du Sud
Le dégroupage d’Eskom devrait être achevé d’ici décembre 2022

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles