La guerre de la Russie contre l’Ukraine modifie le paysage de l’investissement

0
5
Russia’s war on Ukraine is shifting the investment landscape

Bien que l’on ne connaisse pas l’impact total de la crise ukrainienne sur l’économie et les marchés mondiaux, à l’instar de la crise de Covid, plusieurs thèmes majeurs à moyen et long terme sont désormais facilement discernables.

Dans un contexte européen, la politique énergétique et de défense est en train de changer profondément. La dépendance à l’égard de la Russie en tant que fournisseur d’énergie sera fortement et matériellement réduite, quelle que soit la forme que prendra la résolution finale du conflit.

Lire : L’UE interdit les importations de charbon russe, le Japon pourrait suivre

Rétrospectivement, l’ampleur de la dépendance à l’égard d’une dictature personnalisée pour les matières premières essentielles semblera extraordinairement malavisée. A son crédit, le remplaçant d’Angela Merkel au poste de Chancelier de l’Allemagne, Olaf Scholtz, a reconnu la nécessité de changer radicalement de politique et de redoubler d’efforts en faveur des énergies renouvelables, et les atrocités présumées de Bucha auront désormais réduit au silence toute résistance à un changement radical.

Les chiffres montrent l’ampleur du défi auquel l’Europe est confrontée. Depuis le début de la guerre, les nations de l’UE ont versé à la Russie de Poutine plus de 35 milliards d’euros en paiements énergétiques ; en revanche, l’Ukraine a reçu 1 milliard d’euros en armes et en armements.

Augmenter les dépenses de défense

L’autre volte-face concernait les dépenses de défense. Les délégués européens ont été enregistrés en train de rire lors du sommet de l’OTAN de juillet 2018 alors que le président américain de l’époque, Donald Trump, les sermonnait sur la nécessité de respecter leurs engagements en matière de défense et les décrivait comme des “captifs de la Russie” étant donné leur dépendance actuelle et prévue vis-à-vis du pétrole et du gaz russes.

L’Allemagne s’est désormais engagée à doubler ses dépenses de défense et la Suède, non alignée, a annoncé que son budget de défense passerait à 3 % du PIB.

Les dividendes de la paix appartiennent bel et bien au passé.

Les dépenses accrues seront financées par la dette sur une base paneuropéenne, suivant le précédent des fonds de relance Covid, ce qui conduira l’UE plus loin sur la voie de l’union monétaire.

La Chine se trouve dans une position inconfortable, étant donné que le président Xi Jinping a annoncé le partenariat “sans limites” du pays avec la Russie le 4 février, soit 20 jours seulement avant l’invasion russe de l’Ukraine.

Les conséquences complètes pour la Chine de son association étroite avec la Russie doivent encore être déterminées, mais celles de la volonté américaine de “militariser” sa monnaie par le blocage ou la confiscation des réserves et l’exclusion de SWIFT, le système de paiement en dollars, sont claires.

Lire :
L’interdiction de la Russie par SWIFT signifie que la Fed pourrait devoir préparer des dollars
Les États-Unis et l’Europe interdisent l’accès de certaines banques russes à SWIFT : mise à jour sur l’Ukraine

Les impératifs géostratégiques obligeront la Chine à permettre une internationalisation plus rapide de sa monnaie et à développer un mécanisme de paiement alternatif.

D’autres nations sont susceptibles de soutenir ces développements afin de réduire leur dépendance vis-à-vis de la monnaie et des systèmes de paiement américains.

L’Arabie Saoudite, par exemple, a récemment négocié avec la Chine pour accepter les paiements pétroliers en renminbi, évitant ainsi d’avoir à effectuer des transactions en dollars américains.

D’un seul coup, la dynamique de la dédollarisation a reçu un coup de pouce matériel.

Cela ne signifie pas que la position dominante du dollar sera supplantée dans un avenir proche, car il est trop profondément ancré dans le système commercial mondial pour cela, mais cela marque probablement l’apogée de l’ère du dollar, et le “privilège exorbitant” de l’Amérique, pour reprendre l’expression pertinente de l’ancien président français Giscard d’Estaing, d’avoir la priorité sur l’épargne mondiale sera progressivement érodé.

  • Philip Saunders est co-responsable de la croissance multi-actifs chez Ninety One.

Retour à l’accueil Worldnet