PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLa FDIC demande aux banques de soumettre leurs offres finales pour First...

La FDIC demande aux banques de soumettre leurs offres finales pour First Republic à rendre dimanche.

(Bloomberg) – La Federal Deposit Insurance Corp. a demandé à des banques, dont JPMorgan Chase & Co. et PNC Financial Services Group Inc., de soumettre des offres finales pour First Republic Bank d’ici dimanche après avoir mesuré l’intérêt initial en début de semaine, selon des personnes au courant de la situation.

Le régulateur a approché les banques jeudi soir pour demander des indications d’intérêt, notamment un prix proposé et une estimation des coûts pour le fonds d’assurance-dépôts de l’agence. Sur la base de ces soumissions vendredi, le régulateur a invité au moins deux sociétés à la prochaine étape du processus d’enchères, ont déclaré les sources, demandant à ne pas être nommées en raison de la nature confidentielle des discussions.

Les représentants de JPMorgan et de PNC ont refusé de commenter. Un porte-parole de la FDIC n’a pas répondu à une demande de commentaire envoyée en dehors des heures normales de travail.

Le processus d’enchères lancé par les régulateurs – après des semaines de discussions infructueuses entre les banques et leurs conseillers – pourrait ouvrir la voie à une vente plus ordonnée de First Republic que les enchères interminables qui ont suivi les échecs de Silicon Valley Bank et de Signature Bank le mois dernier. Les autorités interviennent après une chute particulièrement précipitée de l’action de l’entreprise au cours de la semaine dernière, qui est maintenant en baisse de 97% cette année.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La lutte pour le plafond de la dette pourrait encore ruiner l'économie des États-Unis.

Certaines personnes impliquées dans le processus ignorent si les régulateurs pourraient utiliser une offre pour une solution dite de marché ouvert évitant de déclarer formellement First Republic en faillite et de la saisir.

La baisse des actions de l’entreprise, qui lui a laissé une capitalisation boursière de 650 millions de dollars, a rendu un tel rachat au moins quelque peu plus faisable.

Les finances ne sont cependant pas le seul obstacle à la conclusion d’une affaire.

JPMorgan fait partie d’un petit nombre de grandes banques qui ont déjà amassé plus de 10% des dépôts nationaux, rendant la firme inéligible selon la réglementation américaine à acquérir une autre institution de dépôts. Les autorités devraient faire une exception pour permettre à la plus grande banque du pays de devenir encore plus grande.

Vendredi soir, la FDIC n’avait pas encore pris de décision concernant la mise sous séquestre de First Republic, ont déclaré des personnes ayant une connaissance directe de la situation. Les représentants du régulateur bancaire de la Californie, qui serait chargé de déclarer si le prêteur basé à San Francisco a fait faillite, n’ont pas répondu aux demandes de commentaire.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les patrons britanniques se rendent en masse à la conférence du parti travailliste, alors que les entreprises se détournent des conservateurs

Pesant sur le bilan de First Republic se trouve une montagne de prêts à faible taux d’intérêt, notamment un portefeuille exceptionnellement important de prêts hypothécaires géants destinés à des clients aisés. De telles dettes ont perdu de la valeur en raison de la hausse des taux d’intérêt, laissant l’entreprise face à des pertes si elle était contrainte de les vendre.

Pendant la crise bancaire régionale du mois dernier, les clients aisés et les entreprises ont retiré leur argent des banques présentant ces lacunes dans leur bilan. En réponse, la Réserve fédérale a ouvert une facilité de prêt d’urgence pour permettre aux banques de s’emprunter contre certaines de leurs positions pour répondre à toute demande de cash.

Attente d’une aide

Un groupe de 11 banques ayant déposé 30 milliards de dollars dans First Republic le mois dernier – lui donnant le temps de trouver une solution du secteur privé – ont été réticentes à s’unir pour faire un investissement commun. Quelques propositions apparues ces derniers jours ont appelé à un consortium de banques plus fortes pour acheter des actifs de First Republic pour plus que leur valeur marchande. Mais aucun accord n’a été conclu.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le ministre hongrois exhorte la Banque centrale à relever son objectif en matière d'inflation

Au lieu de cela, certaines entreprises plus fortes ont attendu que le gouvernement des États-Unis offre une aide ou mette la banque sous séquestre – une résolution qu’elles considèrent comme plus propre et potentiellement plus avantageuse en termes de prix de vente.

Cependant, la mise sous séquestre est une issue que la FDIC préférerait éviter en partie en raison de la perspective qu’elle infligera une perte de plusieurs milliards de dollars à son propre fonds d’assurance-dépôts. L’agence prévoit déjà d’imposer une évaluation spéciale à l’industrie pour couvrir les coûts des échecs de SVB et de Signature Bank le mois dernier.

– Avec l’aide de Max Reyes.

(Mise à jour avec le refus de PNC de commenter.)

Plus lu sur Bloomberg Businessweek

©2023 Bloomberg L.P.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles