La faim en Afrique augmente en raison des conflits, du climat et des prix des denrées alimentaires

0
0
Hunger in Africa surges due to conflict, climate and food prices

Les conflits, le changement climatique et la hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants poussent environ un quart des Africains vers la faim, a déclaré mardi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Environ 346 millions de personnes en Afrique sont confrontées à une insécurité alimentaire grave, ce qui signifie qu’elles ont probablement connu la faim, dans la pire crise depuis 2017. L’année dernière, ce chiffre était d’environ 286 millions.

“La situation d’insécurité alimentaire aiguë dans de nombreux pays où nous travaillons – et où les populations sont déjà touchées par les conflits armés – est en train de basculer dans des conditions proches de la famine”, a déclaré Dominik Stillhart, directeur des opérations mondiales du CICR.

Deux années de conflit dans la région du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie, ont laissé des millions de personnes confrontées à des conditions proches de la famine et créé une crise de la faim dans les régions voisines.

Les insurrections au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigeria ont également aggravé l’insécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest, qui est désormais confrontée à la pire crise alimentaire jamais enregistrée.

De nombreux pays en proie à des conflits sont également parmi les plus gravement touchés par le changement climatique, notamment le Sud-Soudan et la Somalie, a déclaré M. Stillhart.

Environ 90 % de la Somalie est actuellement touchée par la sécheresse, a déclaré M. Stillhart. Si les pluies de cette année ne se matérialisent pas, 1,4 million d’enfants de moins de cinq ans souffriront de malnutrition aiguë, a déclaré le Programme alimentaire mondial des Nations unies.

Rien qu’en février, la sécheresse a tué 650 000 têtes de bétail, dévastant les dizaines de Somaliens pour qui les animaux représentaient des revenus, des filets de sécurité et des économies.

Pendant ce temps, les prix mondiaux des aliments et des carburants montent en flèche, en partie à cause de la guerre en Ukraine, a déclaré M. Stillhart.

Les prix du blé, dont la Russie et l’Ukraine sont les principaux producteurs, ont reculé par rapport aux sommets historiques atteints le mois dernier. Wc1 mais restent supérieurs de 70 % à ceux d’avril 2021. Les prix du maïs et du pétrole ont également bondi.

“Notre appel aujourd’hui est vraiment que l’attention portée sur la situation critique du peuple ukrainien – qui est bien sûr terrible – ne devrait pas empêcher le monde de se pencher sur d’autres crises”, a déclaré M. Stillhart.

Retour à l’accueil Worldnet