PartenairesNewspaper WordPress Theme
Actu"La diffusion de la Coupe du Monde féminine en France est-elle compromise?"

« La diffusion de la Coupe du Monde féminine en France est-elle compromise? »

—————————–Résumé de l’Article————————————————

La prochaine Coupe du monde de football féminin qui se déroulera en Australie et en Nouvelle-Zélande d’ici deux mois n’a toujours pas trouvé de diffuseurs dans les cinq plus grands pays européens de football, à savoir la France, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie. Pourquoi cette difficulté ? Les ayants droit réclament plus d’argent que les diffuseurs ne veulent pas donner, selon Pierre Maes, consultant international en droits TV du sport. La France est actuellement le seul pays à avoir formulé une offre cohérente, mais qui a été refusée par la FIFA. Dans ce contexte, Gianni Infantino, président de la FIFA, a qualifié les offres du « Big five » européen de très décevantes et tout simplement inacceptables. Il a rappelé le devoir moral et légal des chaînes publiques de promouvoir le sport féminin et d’investir en sa faveur. Mais cette affirmation n’impressionne pas les diffuseurs, car le rapport de force n’est pas à l’avantage de la FIFA, selon Pierre Maes. En effet, à deux mois et demi du début de la Coupe du monde féminine, l’organisation se trouve dans une impasse, alors que le tournoi a déjà triplé son « prize money » (138 M€), soit un écart de près de 100 M€ par rapport à 2019.

Le frein majeur à l’enthousiasme des chaînes européennes pour ce Mondial féminin se situe dans cette organisation en Australie et en Nouvelle-Zélande impliquant un énorme décalage horaire et une période bien plus avancée dans l’été. Les diffuseurs ont donc peu d’enthousiasme à augmenter leurs offres. Pourtant, en 2019, le Mondial de football féminin avait été un véritable succès d’audience, avec plus d’un milliard de téléspectateurs dans le monde entier. Cette année, cette compétition pourrait-elle sérieusement ne pas être diffusée dans l’Hexagone cet été ? Gianni Infantino a même menacé de ne pas diffuser cette Coupe du monde dans les pays européens du « Big 5 » s’ils ne revoient pas leurs offres. Cependant, ces propos sont vus comme un bluff de négociations de droits TV extrêmement basique par Pierre Maes. Il annonce qu’il y a seulement 0,1% de chances que cela arrive. En fin de compte, les chaînes doivent encore trouver une proposition satisfaisante pour la FIFA, et peut-être pour que le football féminin continue à faire son chemin en Europe.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La contagion de la Chine menace de faire dérailler les marchés émergents du monde entier

—————————–Article Complet————————————————

La Coupe du monde de football féminin, qui aura lieu en Australie et Nouvelle-Zélande dans deux mois et demi, n’a toujours pas trouvé de diffuseurs dans les cinq plus grands pays européens de football. Les ayants droit demandent de l’argent que les télés ne veulent pas donner. Les chaînes publiques ont le devoir de promouvoir le sport féminin et d’investir en sa faveur. Les offres du « Big Five » européen pour diffuser la compétition ont été qualifiées de très décevantes et tout simplement inacceptables par le président de la Fifa, Gianni Infantino. Les horaires absolument catastrophiques des matchs constituent une solide raison pour que les télés n’augmentent pas leurs offres. Il y a beaucoup de chances qu’on soit loin du niveau des très bonnes audiences de 2019, qui avaient surpris tout le monde. La situation est décrite comme un bluff de négociations de droits TV extrêmement basique et il y a peu de chances que la Coupe du monde ne soit pas diffusée dans l’Hexagone cet été.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un plan de sauvetage extraordinaire pour des copropriétés en dégradation

——————————Article à Propos—————————————————-

La Coupe du monde féminine de football approche à grands pas et pourtant, il semblerait que la compétition ne soit pas encore assurée d’une diffusion en France. Face à cette situation, les grandes joueuses de l’équipe de France ont réagi en envoyant une véritable gifle à tous ceux qui doutent encore de l’importance de cette compétition pour le football féminin.

Pourtant, il y a quelques semaines à peine, la Fédération française de football (FFF) avait publié un communiqué dans lequel elle annonçait que la Coupe du monde féminine 2023 serait organisée en France. Cette annonce avait été saluée par de nombreuses personnalités du monde sportif, mais elle semble aujourd’hui ne pas être suffisante pour garantir la diffusion de la compétition en France.

En effet, l’attribution de la Coupe du monde féminine 2023 à la France n’a pas automatiquement garanti sa diffusion à la télévision. Si TF1 avait acquis les droits de diffusion de la Coupe du monde de football masculin 2018 en Russie, le diffuseur historique ne s’est pour l’instant pas positionné sur la Coupe du monde féminine. Face à cette incertitude, des chaînes de télévision concurrentes ont manifesté leur intérêt pour diffuser les matchs, mais la situation reste floue.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La Chine renvoie son ministre de la Défense disparu depuis août

Cette incertitude crée donc une véritable inquiétude chez les joueuses de l’équipe de France, qui ont déjà connu cette situation par le passé. En effet, lors de la Coupe du monde de football féminin 2015 au Canada, les matchs de l’équipe de France avaient été diffusés sur France 4, une chaîne peu accessible et très peu suivie. Cette situation avait fortement déplu aux joueuses, qui avaient souligné l’importance de pouvoir être vues par un large public.

Face à cette incertitude, les grandes joueuses de l’équipe de France ont donc voulu rappeler l’importance de la Coupe du monde féminine, non seulement pour elles, mais pour toutes les jeunes filles qui rêvent de jouer au football. En envoyant une véritable gifle à tous ceux qui doutent encore de l’importance de cette compétition, les joueuses de l’équipe de France ont montré leur détermination à défendre leur sport, quelles que soient les circonstances.

Espérons que cette détermination sera entendue et que la Coupe du monde féminine sera largement diffusée en France. Il est en effet crucial de permettre à toutes les jeunes filles de découvrir ce sport et de s’identifier aux grandes joueuses qui les représentent à travers le monde, pour construire une société plus égalitaire et plus inclusive.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles