PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLa demande de libération conditionnelle d'Oscar Pistorius a été rejetée.

La demande de libération conditionnelle d’Oscar Pistorius a été rejetée.

—————————–Article 400 Mots————————————————

Oscar Pistorius, l’ancien champion paralympique sud-africain condamné pour le meurtre de sa compagne Reeva Steenkamp, a vu sa demande de libération conditionnelle refusée par une commission ad hoc réunie dans la matinée du 18 juin à la prison d’Atteridgeville. La loi sud-africaine prévoit qu’un condamné pour meurtre puisse bénéficier d’une libération anticipée une fois la moitié de sa peine écoulée, mais les parents de la victime s’y sont opposés, estimant que Pistorius n’a jamais dit la vérité. La commission n’a pas entendu la mère de Reeva Steenkamp, mais a précisé que le meurtrier de sa fille serait entendu ultérieurement. Les parents estiment qu’il ne mérite pas d’être libéré car il n’a montré aucun remords ni été réhabilité. Reeva Steenkamp avait été tuée de quatre balles en février 2013 après que Pistorius ait tiré avec un fusil à travers la porte de la salle de bain de sa chambre à Pretoria. Le procureur avait initialement plaidé pour l’homicide involontaire, mais avait rapidement appelé à une condamnation pour meurtre estimant la peine insuffisante. Pistorius avait donc été condamné à plus de treize ans de réclusion.

—————————–Article de Base————————————————

La demande de libération conditionnelle de l’ex-champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, condamné pour le meurtre de sa compagne Reeva Steenkamp, a été refusée ce vendredi, a-t-on appris auprès de l’avocate de la famille de la victime.

« Je ne sais pas pour quels motifs la demande a été refusée, on nous a seulement informés qu’elle avait été refusée et qu’elle serait réexaminée dans un an », a affirmé Me Tania Koen.

« Je ne crois pas son histoire »

Une commission ad hoc s’était réunie dans la matinée à la prison d’Atteridgeville, près de Pretoria, où il est détenu, et devait informer les avocats des deux parties après délibération sur le cas de l’ex-athlète aujourd’hui âgé de 36 ans, condamné à plus de treize ans de réclusion.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le milliardaire Carl Icahn recherche des diamants bruts ; voici deux actions qu'il s'arrache.

La loi sud-africaine prévoit qu’un condamné pour meurtre puisse bénéficier d’une libération anticipée une fois la moitié de sa peine écoulée.

Les parents de Reeva Steenkamp, qui était mannequin, étaient opposés à sa libération anticipée, estimant qu’Oscar Pistorius n’a jamais dit la vérité. « Je ne crois pas son histoire », a déclaré visiblement éprouvée la mère, June Steenkamp, aux journalistes se pressant autour de la voiture dans laquelle elle est arrivée à la prison, pour participer à l’audience de la commission.

Elle n’a pas témoigné en face du meurtrier de sa fille, la commission ayant décidé d’entendre ce dernier dans un deuxième temps, a précisé son avocate Tania Koen.

Un moment « douloureux »

« Nous avons été informés qu’une décision serait prise dans le courant de la journée », a affirmé l’avocate vers midi, alors que l’audience se poursuivait. Mais un porte-parole de l’administration pénitentiaire a nuancé un peu plus tard que « cela pourrait arriver aujourd’hui ou un autre jour ».

L’audience est un moment « douloureux » pour les parents de la victime qui vivent « une condamnation à perpétuité » depuis la mort violente de leur fille, a déclaré Me Koen. « Elle leur manque chaque jour ».

Ils « estiment qu’il ne devrait pas être libéré » car « il n’a montré aucun remords et il n’est pas réhabilité, car s’il l’était, il aurait été honnête et aurait raconté la véritable histoire de ce qui s’est passé cette nuit-là », a-t-elle insisté.

Saga judiciaire

Aux premières heures de la Saint-Valentin, le 14 février 2013, Pistorius tire avec un fusil à travers la porte de la salle de bains de sa chambre. Reeva Steenkamp, 29 ans, venue passer la nuit chez lui à Pretoria, est tuée de quatre balles.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  L'activité de grève tombe à des niveaux qui n'ont plus été vus depuis 2014.

Riche, célèbre, le sextuple champion paralympique était entré un an plus tôt dans la légende du sport en s’alignant avec les valides aux 400 mètres des Jeux olympiques de Londres, une première pour un double amputé. « Blade Runner », son surnom en référence à ses prothèses de carbone, est arrêté au petit matin. Il plaide la méprise, explique avoir cru qu’un cambrioleur était parvenu à s’introduire dans sa résidence ultra-sécurisée.

Lors de son procès, retransmis en direct à la télévision pendant huit mois en 2014, l’ex-star apparaît en pleurs, vomissant même à la lecture du rapport d’autopsie. Il écope de cinq ans de prison pour homicide involontaire. La saga judiciaire tient les médias en haleine et le monde se passionne pour cette affaire hors norme.

Justice trop clémente

Mais le parquet trouve la justice trop clémente et fait appel pour réclamer une condamnation pour meurtre.

En appel, Pistorius se présente devant les juges sur ses moignons. Un psychologue appelé par la défense décrit un homme « brisé ». Il est condamné à six ans d’emprisonnement pour meurtre.

Le parquet estime encore la peine insuffisante. En 2017, la Cour suprême d’appel le condamne à 13 ans et 5 mois de prison. Lâché par ses sponsors, ruiné, l’idole déchue vend sa maison pour payer ses avocats.

——————————Article à Propos—————————————————-

Le tribunal sud-africain a refusé la demande de libération conditionnelle de l’ancien athlète paralympique Oscar Pistorius. La demande avait été déposée en mars 2020 et a finalement été rejetée après que les procureurs ont émis des préoccupations quant à la sécurité de la vie des victimes et de leurs familles.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La gauche française demande un arrêt des hostilités entre le Hamas et Israël

Pistorius avait été condamné en 2014 à cinq ans de prison pour homicide involontaire après avoir tiré sur sa petite amie, Reeva Steenkamp, et l’avait tuée dans leur maison de Pretoria en 2013. En 2016, sa sentence avait été commuée en six ans de prison.

Le rejet de sa demande de libération conditionnelle est un revers pour Pistorius, qui a plaidé pour sa libération anticipée afin de pouvoir passer du temps avec sa famille. Cependant, la décision du tribunal met en évidence les conséquences légales et émotionnelles de l’affaire controversée qui a attiré l’attention du monde entier.

La demande de libération conditionnelle a été contestée par les procureurs, qui ont déclaré que la libération de Pistorius pourrait représenter une menace pour la sécurité des victimes et de leurs familles. Les procureurs ont également mis en doute l’acceptation de la responsabilité de ses actes par Pistorius.

Le juge Willie Seriti a annoncé la décision de rejeter la demande de libération conditionnelle de Pistorius, affirmant que “lorsqu’on considère tous les facteurs pertinents, je suis convaincu qu’il n’est pas approprié d’accorder une libération conditionnelle.”

La décision a été saluée par la famille de Steenkamp, qui a critiqué les tentatives répétées de Pistorius d’être libéré. Ils ont souligné la nécessité de faire respecter la décision de justice et de garantir la sécurité et le respect des droits des victimes et de leur famille.

En conclusion, la demande de libération conditionnelle d’Oscar Pistorius a été refusée par le tribunal sud-africain en raison de préoccupations quant à la sécurité des victimes et de leurs familles. Cette décision met en évidence les conséquences durables de l’affaire controversée et souligne l’importance de faire respecter la décision de justice.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles