PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentKAP Industrial's PG Bison défie la tendance

KAP Industrial’s PG Bison défie la tendance

Vous pouvez écouter ce podcast sur iono.fm ici. SIMON BROWN : Je discute avec Gary Chaplin, PDG de KAP. Les résultats de fin d’année avec un chiffre d’affaires en hausse de 6%. Le BPA en baisse de 43%, aucun dividende déclaré. Gary, une année difficile. Beaucoup de facteurs contre vous. Nous allons examiner certains détails, mais les coupures d’électricité, l’inflation, la pression des consommateurs – j’imagine même certains effets résiduels des inondations dans le KwaZulu-Natal de l’année dernière. Lire l’annonce Sens complète ici. GARY CHAPLIN : Oui, Simon. Merci de m’avoir invité dans votre émission. Une année difficile pour nous après un résultat record l’année dernière. Nous nous attendions à une certaine modération en termes de correction, mais cela a été plus que prévu. Environnements de consommation plus calmes, taux d’intérêt plus élevés, marges de polymères se corrigeant plus que prévu. Donc un environnement difficile, des résultats difficiles pour nous. SIMON BROWN : PG Bison – vous avez augmenté la capacité au cours de l’année. À quel point les usines peuvent-elles fonctionner à pleine capacité ? GARY CHAPLIN : Dans nos résultats ? Globalement, des résultats difficiles, mais certaines régions sont très positives et satisfaisantes, dont PG Bison. Nous avons étendu l’usine l’année dernière de 14 % et nous avons fonctionné près de la pleine capacité cette année financière. Malgré une demande locale plus faible, nous avons exporté plus du double de ce que nous avons exporté l’année précédente, ce qui témoigne également de la compétitivité de cette usine et de la qualité de nos produits qui ont réussi à pénétrer ces marchés d’exportation si rapidement. Donc, oui, nous sommes très satisfaits de la performance de PG. SIMON BROWN : De bons chiffres là-bas. Vous avez fait remarquer dans les résultats que les coupures d’électricité ont nui à la demande de vos clients, d’où la possibilité de se tourner vers les exportations, mais les marges sont légèrement moins impressionnantes. Est-ce dû aux prix ou simplement au produit que vous exportiez ? GARY CHAPLIN : Un peu des deux. Les produits d’exportation sont généralement des produits à faible valeur ajoutée, mais généralement à plus faible marge. Et sur le marché intérieur, une demande légèrement plus faible a également affecté le mix. SIMON BROWN : Restonic – chiffre d’affaires en hausse de 1%. Je dois dire que j’aurais attendu un marché plus difficile. Les consommateurs sont sous pression en raison des taux d’intérêt et de l’inflation. Je trouve que ce n’est pas un mauvais chiffre compte tenu de cela. GARY CHAPLIN : Oui, Simon. Les volumes chez Restonic étaient en réalité en baisse, et ce que vous voyez dans la croissance du chiffre d’affaires, ce sont en réalité des augmentations de prix pour compenser nos augmentations de coûts – ce dont nous sommes très satisfaits. Donc, je pense que l’équipe de direction a bien fait de redéfinir leurs produits, d’augmenter leurs prix pour commencer à retrouver les marges que nous avons perdues en raison de l’augmentation des coûts des matières premières. SIMON BROWN : Votre Feltex – c’est un fournisseur pour le secteur automobile. Si je comprends bien, il s’agit de pare-buffles, de garnitures et de détails de tapis de sol, entre autres. GARY CHAPLIN : Oui. SIMON BROWN : Et de nouvelles réglementations entreront en vigueur dans l’UE en 2025. Bien sûr, la plupart de nos véhicules sont exportés. Vous travaillez pour vous mettre en conformité avec ces nouvelles normes d’émissions de carbone. GARY CHAPLIN : Oui. Cela est principalement conduit par les équipementiers d’origine, donc les fournisseurs de composants pour les équipementiers. Ils exportent ces produits ou ces véhicules en fonction de leur stratégie de fabrication et de distribution. Les composants que nous produisons sont largement transférables directement dans les véhicules électriques ou les véhicules électriques de quartier. En fait, nos produits ont une application plus élevée dans les véhicules électriques. Donc cette transition jouera en notre faveur et s’inscrira dans notre stratégie. SIMON BROWN : Nos exportations de véhicules sont un marché assez fort. Votre avantage concurrentiel est principalement l’expertise. GARY CHAPLIN : Nous avons des accords technologiques et des accords d’approvisionnement avec des fournisseurs internationaux de composants et nous faisons cela pour plusieurs équipementiers, ce qui nous donne un certain avantage d’échelle qui n’est pas normal dans d’autres parties du monde. Nous sommes comparés mondialement en termes de compétitivité et nous sommes en mesure de fonctionner à ces niveaux. Donc je pense que à long terme, comme nous avons cette transition avec les équipementiers vers les véhicules électriques, nous ferons simplement la transition avec eux. SIMON BROWN : Safripol – un record l’année dernière. Un succès absolu. Vous avez déclaré lors de notre discussion que vous vous attendiez à une année plus faible en 2023. Une chose qui m’a vraiment frappé, c’est que vous dites que votre usine de polymères fonctionne à 89% de sa capacité ; cela malgré une fermeture de 38 jours – généralement près de 100% donc ? GARY CHAPLIN : Oui. Généralement, toutes nos usines fonctionnent à 100%. C’est ainsi que nous obtenons une efficacité optimale. Au cours de cette période, nous avons eu une panne de 38 jours et nous avons réduit la production dans certaines zones pour correspondre à une demande des consommateurs plus faible. Bien que nous ayons constaté une contraction des marges par rapport aux niveaux records de l’année dernière, cette entreprise a également été impactée par les coupures d’électricité sur nos clients, les transformateurs. Cela a eu un impact significatif. SIMON BROWN : C’était la même chose avec PG Bison, où vous pouvez fonctionner. Mais c’est votre client en aval qui est pénalisé par les coupures d’électricité. Ils fonctionnent à une capacité beaucoup plus faible. GARY CHAPLIN : Absolument. Cela nous a amenés à nous orienter vers les exportations. Nous nous sommes spécifiquement concentrés sur les exportations pour réduire les niveaux de fonds de roulement à un niveau plus normal et maintenir certains niveaux de production minimaux. Donc, encore une fois, c’était assez positif que nous ayons pu pénétrer ces marchés d’exportation en peu de temps. SIMON BROWN : Combien de vos produits vont à l’exportation ? Évidemment, Feltex dans une certaine mesure. Il y a aussi PG Bison et Safripol. Quelle est la part qui va au-delà de nos frontières ? GARY CHAPLIN : Chez PG Bison, nous avons atteint environ 18% pour l’année. Chez Safripol, nous avons atteint environ 19%. SIMON BROWN : C’est assez important. Unitrans, votre secteur minier, agricole, transport – agricole faible, minier bon. Quels minéraux transporte Unitrans ? GARY CHAPLIN : Généralement, nous faisons de la logistique sur place. Il s’agit des matériaux sur site minier, et il s’agit généralement d’activités de réextraction de minéraux à haute teneur en minéraux que nous faisons. SIMON BROWN : Je comprends. Dernière question, en regardant vers l’avenir, comme nous l’avons dit, une année difficile. Si je regarde les problèmes, les coupures d’électricité se sont atténuées, une partie de l’inflation est en baisse, mais les taux d’intérêt restent élevés. Un autre environnement d’exploitation difficile pour l’année à venir. GARY CHAPLIN : Oui, je pense que cela le sera, Simon, mais je pense que beaucoup du travail que nous avons accompli au cours de cette année passée portera ses fruits l’année prochaine avec des avantages. Et nous avons également quelques projets majeurs qui seront terminés cette année et je pense que tout cela se traduira par une amélioration de la performance à la fin de l’année prochaine et les années suivantes. SIMON BROWN : Vous avez une autre grande expansion en cours chez PG Bison, si je me souviens bien. GARY CHAPLIN : C’est vrai. C’est une expansion majeure. C’est une expansion d’environ 2 milliards de rands, augmentant sa capacité de 33% sur la base qu’il est le producteur le moins cher en Afrique australe et certainement compétitif à l’échelle mondiale. Nous sommes donc très enthousiastes à ce sujet. SIMON BROWN : Si ma mémoire est bonne, c’est vers le milieu de l’année, donc cela ne sera pas tellement pris en compte cette année financière. GARY CHAPLIN : Il ne sera en fait mis en service qu’au quatrième trimestre de notre exercice financier. SIMON BROWN : D’accord, bien compris. Nous nous arrêterons là. Gary Chaplin, PDG de KAP, j’apprécie toujours le temps que vous accordez.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La tendance rétro fait son grand retour dans la mode

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles