PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentExpliquer | Être le premier devant la NCLT : À quoi s'attendre

Expliquer | Être le premier devant la NCLT : À quoi s’attendre

Maintenir l’espoir

Pour la renaissance de Go First, plombée par des dettes, la National Company Law Tribunal (NCLT) a admis la demande de la compagnie aérienne pour une insolvabilité volontaire ainsi que la protection de ses actifs sous un moratoire. Rohit Vaid examine la demande d’insolvabilité de la société et ce qui pourrait se passer ensuite.

Contexte 

Go First a demandé l’insolvabilité en vertu de la section 10 du code de l’insolvabilité et de la faillite (IBC). La compagnie aérienne a déclaré qu’elle était obligée de le faire suite à une panne de moteur qui a cloué une grande partie de sa flotte, entraînant de graves difficultés financières. Elle a imputé la responsabilité à Pratt & Whitney, affirmant que le fabricant de moteurs n’avait pas respecté les obligations contractuelles et les ordres d’arbitrage. P&W a nié toute responsabilité, affirmant plutôt que Go First avait un historique de manquements aux obligations financières envers P&W.

Go First a déclaré à la NCLT qu’elle devait 6 521 crore de roupies à des créanciers financiers. Au moment de la demande, elle n’avait cependant pas fait défaut de paiement à cette catégorie de créanciers, notant toutefois que le défaut était « imminent ». Elle a fait défaut de paiement à des créanciers opérationnels, notamment des fournisseurs et des bailleurs d’avions. Selon sa demande auprès de la NCLT, les passifs de toutes les catégories de créanciers s’élèvent à 11 463 crore.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le changement climatique peut être vaincu

Les implications immédiates de l’admission de la demande de la NCLT

La NCLT a admis la demande de résolution d’insolvabilité de Go First et a nommé Abhilash Lal en tant que professionnel intérimaire pour gérer la compagnie aérienne. À la suite de l’admission de la demande de résolution, un moratoire entre en vigueur qui interdit « toute action pour clôturer, récupérer ou appliquer toute sûreté créée par le débiteur en ce qui concerne sa propriété » et « la récupération de toute propriété par un propriétaire ou un bailleur lorsque cette propriété est occupée ou en possession du débiteur ». Cela met un frein aux plans des bailleurs d’avions visant à reprendre possession de 45 avions loués par Go First. Cependant, au moins trois bailleurs d’avions auraient saisi la National Company Law Appellate Tribunal (NCLAT) contre la décision.

La suite

Conformément à la décision de la NCLT, la direction suspendue de Go First remettra maintenant le contrôle de la compagnie aérienne au professionnel intérimaire. Le professionnel intérimaire convoquera ensuite des créances financières auprès des créanciers et des bailleurs. Après la compilation des créances, les créanciers seront invités à former le Comité des créanciers (CoC).

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Nouvelles de Boris Johnson - La petite fille du Premier ministre, Romy, était "gravement malade" à cause du COVID, ce qui l'a obligé à s'isoler pendant la crise du parti du No.10.

Lal gérera les affaires de la compagnie aérienne et élaborera un plan de redressement. Pour l’instant, le régulateur de l’aviation a demandé à la compagnie aérienne de cesser de réserver et de vendre des billets directement ou indirectement, jusqu’à nouvel ordre. La compagnie aérienne a annoncé une période d’annulation de vol jusqu’au 19 mai.

Le plus grand défi auquel est confrontée la compagnie aérienne est la demande présentée par au moins trois bailleurs d’avions pour aller en appel contre l’ordonnance. Le tribunal d’appel a en partie entendu l’affaire jeudi et continuera l’audience vendredi. De plus, la compagnie aérienne doit redémarrer ses opérations dès que possible pour éviter des pertes croissantes.

Impact sur le secteur de l’aviation civile

Actuellement, Go First dispose de 54 avions, dont les bailleurs veulent reprendre possession de 45 dans le cadre des normes d’autorisation de désenregistrement irrévocable et de demande d’exportation (IDERA). Ces normes exigent que le régulateur désenregistre les avions en cas de défauts de paiement de loyers et permettent aux bailleurs de les reprendre dans les cinq jours ouvrables suivant la réception d’une demande. Des sources ont déclaré à FE que la première date limite pour le déclenchement des normes IDERA était jeudi. En outre, la compagnie aérienne dispose de créneaux horaires d’aéroport qui ont également de la valeur. Mais avec le moratoire de l’IBC, les actifs ne peuvent pas être touchés par les créanciers opérationnels.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les tribunaux pourraient révoquer les amendes coviduelles infligées aux entreprises qui enfreignent les règles de sécurité.

En outre, étant donné que l’IBC privilégie les créanciers financiers par rapport aux créanciers opérationnels, le processus de résolution d’insolvabilité de l’entreprise (CIRP) pourrait laisser les fournisseurs et les bailleurs d’avions avec très peu de choses si le CIRP aboutit à une importante coupe pour les prêteurs. Ainsi, les experts estiment qu’il est très probable que le CIRP de Go First aura une incidence sur les charges de location d’avions pour toutes les compagnies aériennes indiennes. La prévalence des normes IBC sur les normes IDERA pourrait ajouter au tarif de risque, faisant ainsi grimper les locations de location. Des coupes nettes pour les prêteurs pourraient signifier que la compagnie aérienne peut réduire sa dette de manière importante et devenir viable par la suite.

* 11 463 crore: passifs totaux de Go First, toutes catégories de créanciers confondues

* 6 521 crore: montant dû aux prêteurs financiers selon les documents de la NCLT

* 19 mai : la compagnie aérienne a annulé tous les vols jusqu’à cette date

* 45 avions, sur une flotte de 54, sont loués

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles