PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuEric Ciotti présente une alternative gouvernementale sans la participation d'Aurélien Pradié.

Eric Ciotti présente une alternative gouvernementale sans la participation d’Aurélien Pradié.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Le parti Les Républicains (LR) a mis en place son propre « cabinet fantôme », nommé « contre-gouvernement », dirigé par Eric Ciotti. L’objectif de ce groupe alternatif est de défendre les idées du parti et de créer un projet programmatique. Le cabinet sera composé de trente secrétaires nationaux regroupés en différents pôles. Certains membres notables sont Frédéric Péchenard pour l’intérieur, Nadine Morano pour l’immigration, et Christian Saint-Etienne en économie. Le shadow cabinet est composé de 15 femmes et 17 hommes, représentant la jeune garde de LR, les Droits des femmes, la culture, et les questions relatives aux affaires étrangères.

Le but de ce cabinet est de reconstruire LR. Au mois de novembre 2018, Laurent Wauquiez avait lui aussi mis en place un « cabinet fantôme » où Eric Ciotti était en charge de l’Intérieur. Ce genre de mise en place est fréquent dans les pays anglo-saxons où chaque responsable d’un dossier est en puissance de devenir ministre. En France, cependant, il est rare que l’opposition mette en place un tel cabinet bien que la présidente du RPR (ancêtre de LR), Michèle Alliot-Marie, avait elle aussi fait cette démarche en 2000.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les dirigeants arabes et musulmans condamnent mais divergent sur une réponse adaptée

—————————–Article Complet————————————————

Eric Ciotti, le président des Républicains (LR), a présenté dans le JDD un « contre-gouvernement » alternatif à celui d’Emmanuel Macron pour défendre les idées du parti et bâtir un projet programmatique. Cette équipe d’une trentaine de « secrétaires nationaux » mêle toutes les tendances de LR, mais ne compte pas Aurélien Pradié, chef de file des frondeurs limogé de son poste de numéro 2. Le shadow cabinet est une tradition anglo-saxonne, mais peu fréquente en France. Le pôle régalien est composé du vice-président de la région Ile-de-France Frédéric Péchenard (Intérieur), l’eurodéputée Nadine Morano (Immigration) et le sénateur François-Noël Buffet (Justice). Au pôle économique, on retrouve l’expert Christian Saint-Etienne (Economie et Réindustrialisation) ainsi que plusieurs députés. Les Droits des femmes sont confiés à la conseillère de Paris Nelly Garnier et la Culture à la maire de Taverny Florence Portelli. Le député Philippe Juvin est chargé de la Santé et le sénateur Max Brisson de l’Education. Enfin, Michel Barnier est conseiller spécial du Président pour les Affaires étrangères.

——————————Article à Propos—————————————————-

Le député Les Républicains (LR) Eric Ciotti a récemment annoncé la création d’un « contre-gouvernement », dans lequel il rassemble des personnalités de la droite et du centre pour proposer des alternatives à la politique menée par le gouvernement actuel. Si certains ténors de la droite comme Christian Jacob ou Laurent Wauquiez ont été invités à faire partie de ce « gouvernement de l’ombre », on note toutefois l’absence d’Aurélien Pradié, le actuel président du parti.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un entraineur sanctionné par une suspension jusqu'en septembre 2024 pour abus physiques et psychologiques

Eric Ciotti, qui fut porte-parole de la campagne de François Fillon en 2017, a expliqué dans une interview accordée au Journal du Dimanche que ce « contre-gouvernement » existe depuis quelques semaines déjà. Il a précisé qu’il avait été créé « pour sortir de la crise et proposer des solutions », ajoutant que ses membres se réunissaient régulièrement pour échanger sur les différentes problématiques de l’actualité.

Dans cette nouvelle équipe, on retrouve des personnalités de droite et de centre-droit comme Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Bruno Retailleau ou encore Larcher Gérard. Parmi leurs propositions, il y a notamment : la création d’un système de santé plus résilient face aux crises, la mise en place d’un renforcement de la politique migratoire, ou encore la lutte contre le communautarisme.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La banque Bank of America présente 12 graphiques qui démontrent que l'économie est sur le point de plonger dans une récession à part entière.

Toutefois, ce « contre-gouvernement » fait l’objet de critiques. D’abord, certains y voient une initiative qui pourrait fragiliser encore plus la droite, déjà divisée et affaiblie depuis la déroute de François Fillon en 2017. D’autres soulignent également l’absence d’Aurélien Pradié, qui est pourtant le président du parti et qui, selon certains, devrait normalement être associé à cette initiative.

Cette absence n’a pas été commentée par Eric Ciotti lors de son interview. Toutefois, elle a été remarquée par Xavier Bertrand qui a appelé à une « réconciliation » entre les différentes sensibilités de droite. Valérie Pécresse a également souligné dans une interview donnée au Parisien que les personnalités présentes dans ce contre-gouvernement n’étaient pas « des rivaux d’Aurélien Pradié », et qu’il était important de travailler ensemble.

En définitive, ce « contre-gouvernement » suscite des interrogations quant à son efficacité et aux motivations de ses membres. Reste à savoir si cette initiative permettra de proposer des solutions concrètes à l’ensemble des problématiques que rencontrent actuellement la France.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles