PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentEnquête pour « injure publique » à l'encontre de Jean-Luc Mélenchon suite...

Enquête pour « injure publique » à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon suite à ses propos sur la BRAV-M.

—————————–Article 400 Mots————————————————

Jean-Luc Mélenchon, ancien candidat à la présidence française et membre de La France Insoumise (LFI), est sous enquête pour “injures publiques envers une personne dépositaire de l’autorité publique” après avoir critiqué l’unité de police BRAV-M. L’enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes. Lors d’une déclaration sur LCI, il a exprimé son désaccord sur les comportements violents et les attaques sur la Brigade de répression de l’action violente motorisée impliquée dans plusieurs affaires récentes de brutalités policières pendant les manifestations contre la réforme des retraites. Mélenchon a déclaré que son parti souhaitait également la dissolution de l’unité, qui a été soutenue par une pétition en ligne. L’avocat Arié Alimi, qui a déclaré sur RMC que “les BRAV-M sont un certain type de policiers qui recherchent la violence”, sera également mis en examen. Le préfet de police, Laurent Nuñez, avait rejeté toute dissolution de l’unité, soulignant que les “propos contre ses fonctionnaires, qui sont insultants et dont certains relèvent de qualification pénale et judiciaire”, seraient signalés et poursuivis.

—————————–Article de Base————————————————

Une enquête pour « injure publique envers personne dépositaire de l’autorité publique » a été ouverte par le parquet de Paris après des propos de Jean-Luc Mélenchon sur l’unité BRAV-M signalés par le préfet de police. La Brigade de répression de la délinquance aux personnes est chargée de cette enquête contre l’ancien candidat LFI à la présidentielle. Les propos de Jean-Luc Mélenchon sur les membres de cette unité ont été considérés comme insultants. Selon l’ex-sénateur, il y aurait des abus de la part des membres de cette brigade lors des manifestations contre la réforme des retraites. L’avocat Arié Alimi, qui défend régulièrement des personnes victimes de violences policières, fait également l’objet d’un signalement distinct du préfet de police pour des propos tenus sur RMC au sujet des BRAV-M. Laurent Nuñez, le préfet de police, a rejeté toute dissolution de cette unité en fustigeant les « sidérantes comparaisons faites avec les Voltigeurs ».

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Impacts potentiels d'une dégradation de la note de Moody's sur la dette française

——————————Article à Propos—————————————————-

Jean-Luc Mélenchon, leader du parti politique français La France Insoumise, fait l’objet d’une enquête pour « injure publique » après avoir critiqué la Brigade de répression de l’action violente motorisée (BRAV-M), une unité de la police nationale française, pour leur intervention lors d’une manifestation à Paris.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, Mélenchon a qualifié la BRAV-M de « milice » et a déclaré que leur intervention violente lors de la manifestation était « une honte » et une « atteinte à l’Etat de droit ». La BRAV-M est une unité de police spécialisée dans la surveillance et la répression des groupes extrémistes violents lors des manifestations. Les membres de l’unité sont équipés de véhicules et de motos puissantes pour se déplacer rapidement lors des interventions.

Suite aux propos de Mélenchon, le ministre français de l’Intérieur, Gérard Darmanin, a réagi en accusant le leader politique d’avoir « affaibli la République » avec ses commentaires. Darmanin a également déclaré qu’il demanderait au procureur de la République d’ouvrir une enquête pour « injure publique », considérant que les propos de Mélenchon ont porté atteinte à l’honneur de la profession policière.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Macron se rend au chevet du Pas-de-Calais, préoccupé par le niveau scolaire au collège et la loi sur le « plein-emploi »

Depuis l’annonce de l’enquête, les membres de La France Insoumise ont vivement critiqué la décision du gouvernement français, la qualifiant de « politique » et d’attaque contre la liberté d’expression. Mélenchon lui-même a déclaré qu’il était prêt à « défendre son droit à la critique » et qu’il ne se soumettrait pas à « l’intimidation » du gouvernement.

L’enquête pour « injure publique » visant Jean-Luc Mélenchon soulève des questions importantes sur la liberté d’expression en France. Bien que la liberté d’expression soit protégée par la loi française, les politiciens et les citoyens font souvent face à des enquêtes judiciaires pour leurs commentaires critiques sur les autorités publiques et les services de l’État. Certains militants des droits de l’homme ont déclaré que l’enquête contre Mélenchon était une autre preuve de l’affaiblissement de la liberté d’expression en France.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Enquête sur des allégations d'abus de confiance aggravé ciblant l'association de l'influenceur Dylan Thiry.

Au-delà de la controverse, cette affaire met également en lumière les tensions croissantes entre la police française et une partie de la population qui critique leur action violente lors des manifestations. La BRAV-M est souvent accusée de recourir de manière excessive à la force lors de leurs interventions, ce qui a conduit à des blessures chez les manifestants. Les militants des droits de l’homme et les organisations de défense des libertés civiles ont critiqué les méthodes d’intervention de la BRAV-M et ont appelé à une réforme de l’unité.

En fin de compte, l’affaire de l’enquête pour « injure publique » contre Jean-Luc Mélenchon met en lumière les réflexions actuelles sur la liberté d’expression et l’usage de la force lors des manifestations en France. Il reste à voir si les autorités françaises poursuivront effectivement Mélenchon pour insulte publique, mais il est certain que cette affaire continuera de susciter des débats sur les droits de l’homme et la répression policière dans le pays.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles