Elon Musk lève 46 milliards de dollars pour une offre sur Twitter

0
2
Elon Musk

Elon Musk a levé 46,5 milliards de dollars pour financer une éventuelle offre publique d’achat sur Twitter, le milliardaire mettant environ 21 milliards de dollars de son propre argent.

Les documents déposés auprès des régulateurs américains indiquent que le PDG de Tesla a obtenu le soutien d’un groupe de banques d’investissement, dirigé par Morgan Stanley, pour étudier “l’opportunité de lancer une offre publique d’achat” aux investisseurs de Twitter pour racheter leurs actions.

Musk, 50 ans, a vivement critiqué l’entreprise de médias sociaux, affirmant qu’elle “sert de place publique de facto” et ne respecte pas la liberté d’expression et les principes démocratiques.

L’homme le plus riche du monde est le plus grand actionnaire de Twitter, avec 9,2 %, et avait déjà proposé une offre de 43 milliards de dollars pour la société de médias sociaux la semaine dernière. Plutôt que de répondre directement à la proposition, le conseil d’administration de Twitter a adopté une défense de type “pilule empoisonnée” pour limiter la capacité de Musk à augmenter sa participation.

Dans un document déposé auprès de la US Securities and Exchange Commission, Musk a déclaré que “compte tenu de l’absence de réponse de Twitter”, il pourrait maintenant faire appel directement aux actionnaires. Pour financer un rachat, il a rassemblé 25,5 milliards de dollars de dettes, y compris un prêt contre certaines de ses actions Tesla, auprès d’un groupe de banques.

Il fournira également 21 milliards de dollars de capitaux propres pour l’opération – un financement que l’entrepreneur non-conformiste semble pouvoir se permettre facilement puisque sa fortune est sur le point de gonfler de 23 milliards de dollars supplémentaires. Mercredi, il a été révélé que le bénéfice trimestriel record de Tesla signifie qu’il est en ligne pour le bonus dans le cadre d’un paquet de compensation d’actions lucrative qu’il a au constructeur de voitures électriques.

Twitter, fondé en 2006, est basé à San Francisco. Son service de microblogging est l’un des plus grands réseaux sociaux du monde et il tire la majeure partie de son revenu de la publicité.

Après que Musk a commencé à augmenter sa participation, la société lui a proposé de rejoindre le conseil d’administration. Cette proposition semblait devoir se concrétiser, mais M. Musk a fait volte-face et a préféré proposer une offre de privatisation de Twitter.

Twitter a répondu à cette offre de 54,20 dollars par action par une “pilule empoisonnée” d’un an visant à repousser une éventuelle prise de contrôle hostile en empêchant Musk d’acquérir une participation de plus de 15 %. La réponse de Musk a été de mettre en garde Twitter contre la “violation de leur devoir fiduciaire”, en tweetant : “La responsabilité qu’ils assumeraient serait d’une ampleur titanesque”.

Aucun calendrier pour une offre formelle n’a été donné hier, bien qu’il y ait eu des spéculations qu’elle pourrait venir dans les jours qui suivent, mettant la pression sur Parag Agrawal, le directeur général de Twitter, pour ouvrir des discussions directes.

Dans une brève déclaration, Twitter a confirmé avoir reçu de “nouvelles informations sur le financement potentiel” et que le conseil d’administration s’engageait “à mener un examen attentif, complet et délibéré afin de déterminer la ligne de conduite qu’il estime être dans le meilleur intérêt de l’entreprise”.

Dan Ives, analyste chez Wedbush Securities, le courtier, a déclaré que la nouvelle du financement dissiperait les doutes quant au sérieux de Musk. “La pilule empoisonnée a donné au conseil d’administration le temps d’essayer de trouver un deuxième soumissionnaire. Maintenant, le feuilleton passe à l’étape suivante”.

Les conseillers de Musk chez Morgan Stanley auraient aligné une dizaine de banques pour soutenir une opération, dont Bank of America et Credit Suisse. Twitter, dont les autres grands actionnaires sont Silver Lake et Elliott Management, a engagé JP Morgan Chase et Goldman Sachs comme conseillers.

Bien qu’il soit un tweeteur prolifique avec 81,2 millions de followers, Musk n’est pas toujours un fan de l’entreprise. Dans un message récent, il a demandé à ses followers si le siège de Twitter devait être transformé en refuge pour sans-abri “puisque personne ne vient de toute façon”.

Un autre tweet demandait si Twitter était “en train de mourir” parce que beaucoup de ses utilisateurs les plus suivis, dont Taylor Swift, ne tweetaient plus fréquemment.

Le futur baron des médias sociaux, qui dirige également SpaceX, l’entreprise d’exploration spatiale, a proposé un remaniement du service d’abonnement premium de Twitter avec une possible interdiction de la publicité.

L’offre potentielle de Musk intervient un jour après que Tesla a dépassé les attentes de Wall Street avec une hausse de 81 % de son chiffre d’affaires et un bénéfice record au premier trimestre.

D’une valeur estimée à 263 milliards de dollars, M. Musk a droit à davantage de primes en actions liées à la performance de Tesla. Il peut acheter des tranches d’actions à 70,10 dollars chacune. Les actions de Tesla ont augmenté de 32,26 dollars, soit 3,3 pour cent, pour clôturer à 1 009,46 dollars à New York hier soir. Les actions de Twitter ont augmenté de 34 cents, soit 0,7 pour cent, pour atteindre 47,06 dollars.

Retour à l’accueil Worldnet