PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentDStv ne veut pas s'asseoir à la table des négociations sur l'augmentation...

DStv ne veut pas s’asseoir à la table des négociations sur l’augmentation des prix – Association des restaurateurs

Vous pouvez également écouter ce podcast sur iono.fm ici.

JEREMY MAGGS: Et nous allons terminer l’édition de vendredi avec cette histoire, l’Association des restaurateurs d’Afrique du Sud. [Rasa]décrit la décision de DStv d’augmenter les prix de ses forfaits commerciaux juste avant la Coupe du monde de rugby comme inadmissible. Le tournoi, comme vous le savez, commence ce soir [Friday]. Wendy Alberts, directrice générale de l’association, est à mes côtés. Wendy, commençons par cet accord de dernière minute entre DStv et la SABC. [South African Broadcasting Corporation].

WENDY ALBERTS : Absolument. Nous pensons qu’il s’agit d’une avancée importante pour l’Afrique du Sud et surtout pour notre industrie. Comme vous le savez, l’hôtellerie et le sport vont de pair et la Coupe du monde de rugby appartient à l’Afrique du Sud. C’est donc une très, très bonne décision.

Nous aimerions également remercier notre partenaire, South African Breweries. [SAB]pour avoir permis à la SABC de conclure cet accord extraordinaire. Sans la société de bière la plus appréciée d’Afrique du Sud, il ne serait pas possible de réunir tous les Sud-Africains dans un espace où chacun aurait le privilège de profiter de la Coupe du monde de rugby.

Lire : MultiChoice et SABC s’accordent enfin sur les droits de diffusion de la Coupe du monde de rugby

JEREMY MAGGS : Et il est évident, Wendy, que cela aura un effet d’entraînement en ce qui concerne l’hôtellerie. Mais parlons de la décision de DStv d’augmenter les prix de son offre commerciale alors que la Coupe du monde commence aujourd’hui, vous l’avez qualifiée d’inadmissible, d’injustifiée et d’inabordable.

WENDY ALBERTS : Absolument. Nous sortons de Covid et je ne veux pas insister sur Covid, mais la réalité est que nous avons contracté des dettes considérables, que nous devons encore rembourser. Beaucoup de nos restaurants n’ont pas pu commercer à l’époque où nous avons dû contracter des emprunts massifs, et lorsque nous sommes sortis de Covid, les taux d’intérêt ont grimpé.

Ainsi, un restaurant moyen qui remboursait un prêt de 50 000 rands par mois paie aujourd’hui près de 75 000 rands, voire 90 000 rands, en fonction des taux d’intérêt. Vous pouvez donc constater qu’il y a eu une [huge take] Nous avons la responsabilité de payer la dette. Toutes ces augmentations interviennent donc à des moments cruciaux pour nous permettre de travailler ensemble et de reconstruire l’économie de l’Afrique du Sud.

[It] Il semble que la hausse des prix ait été opportuniste…

Et pour le prendre [up] de près de 50 % et surtout de le faire à l’improviste, et lorsque nos restaurants allumaient leur télévision, il y avait un message disant qu’ils devaient passer à un forfait supérieur pour avoir le privilège de pouvoir visionner cela.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La reconnaissance faciale par l'IA donne lieu à des procès intentés par des plaignants noirs

Lire : La classe moyenne abandonne DStv à cause des taux d’intérêt et du délestage.

Cela a envoyé un message disant qu’à moins que vous ne puissiez vous le permettre, nous avons été victimes d’une discrimination en permettant à nos clients de regarder le rugby. Cela s’est produit à un moment où l’on annonçait qu’ils auraient les droits exclusifs pour la diffusion en continu de la Coupe du monde de rugby. Il est donc important que nous parlions de ces questions, que nous nous asseyions autour d’une table avec une grande organisation, qu’elle comprenne à quel point notre modèle d’entreprise est encore fracturé et combien de temps il nous a fallu pour recouvrer les dettes que nous avons encore, les dettes des propriétaires, les tentatives d’obtenir l’argent de l’assurance, les tentatives de remboursement des prêts bancaires, les prêts …

Beaucoup de ces restaurants doivent maintenant investir dans des écrans géants, et nous n’avons même pas les banques pour nous aider à acheter ces écrans. Nous empruntons donc à nouveau à des taux d’intérêt élevés pour pouvoir mettre en place l’infrastructure nécessaire et accueillir nos clients, afin que la Coupe du monde soit confortable et mémorable pour nous.

JEREMY MAGGS : Je suppose, Wendy Alberts, que vous vous êtes engagée ou que vous essayez de vous engager avec MultiChoice.

WENDY ALBERTS : Nous essayons depuis très longtemps, comme nous l’avons fait avec d’autres licences qui sont très lourdes pour notre industrie, et nous n’arrivons pas à ouvrir les portes, et il y a une arrogance qui va avec et qui ne permet pas de respecter l’industrie qui contribue au plus grand nombre d’abonnements parce que nous pratiquons le sport et que les gens en Afrique du Sud veulent être dans des espaces dans nos restaurants. Ils veulent être avec leurs amis, ils veulent célébrer la vie, ils veulent profiter du sport, et il n’y a pas de meilleur endroit en Afrique du Sud que de venir dans un restaurant.

Vous savez, vous avez senti l’ambiance quand vous entrez dans un restaurant et que la Coupe du monde de rugby est en cours, que l’Afrique du Sud joue et qu’il y a une grande récompense, l’énergie, cela reconstruit ce que nous avons perdu en Afrique du Sud.

Elle rapproche et unit les gens, elle apporte l’ubuntu, et elle installe ce beau moment qui nous rappelle pourquoi nous sommes tous Sud-Africains.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  "Le moment où tout a semblé s'effondrer sur nous", raconte un Français en vacances à Marrakech

Je pense que nous avons tous la responsabilité, alors que la Coupe du monde commence, de faire tout ce que nous pouvons pour rester unis, pour permettre au sport de nous intégrer et de nous ramener, et pour que les grandes entreprises jouent leur rôle en aidant l’économie à se redresser, et pour ressusciter certaines des pertes que nous avons subies au cours des dernières années.

Lire :
MultiChoice mise sur un avenir au-delà de la télévision à péage
Le moment est-il venu pour les Sud-Africains de changer de chaîne et de quitter DStv ?
DStv augmente ses prix, Premium passe à 994 Rands par mois tout compris

JEREMY MAGGS : Étant donné qu’au moment où nous avons cette conversation, le tournoi commence ce soir, je suppose que vos membres n’ont pas d’autre choix à ce stade que de payer.

WENDY ALBERTS : Beaucoup d’entre eux ont déjà payé, évidemment, en raison de leur abonnement. Ils ne voulaient pas être perdants et se préparer de manière adéquate. Les frais de marketing ont dû être payés, ils ont évidemment fait leur planning, ils ont dû prendre des réservations, c’est du stock. C’est un véritable élément logistique qui va de pair. Alors oui, nous devons continuer à nous engager.

Nous nous sommes également engagés auprès de la Commission de la concurrence et cette enquête doit se poursuivre. [be] Nous nous sommes également engagés auprès de la Commission de la concurrence et cette enquête doit se poursuivre lorsqu’il y a une infraction de prix et que nous estimons qu’il s’agit d’un prix concurrentiel injuste.

Nous ne parlons donc pas seulement des abonnements. En ce qui concerne les sociétés de radiodiffusion avec lesquelles nous traitons, il y a des licences multiples et d’autres facteurs. Nous sommes également confrontés à l’absence de couverture réseau. Nous payons 100 % d’abonnement aux sociétés de téléphonie cellulaire pour avoir 30 % d’utilisation. Nous ne pouvons pas accepter que d’autres sociétés s’enrichissent financièrement si elles ne nous fournissent pas un service qui nous permette de soutenir nos entreprises.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Divergence au G20 concernant le calendrier de diminution des énergies fossiles

Nous travaillons donc sur de nombreux éléments et nous apprécions la relation, comme je l’ai dit, de SA Breweries qui vient à la fête pour rassembler l’Afrique du Sud. Sans de telles organisations, qui ne voient pas ce dont nous avons besoin, nous ne pourrons pas aller de l’avant. Deuxièmement, nous apprécions également les relations de la Commission de la concurrence, qui nous permet de lui soumettre des cas où nous devons vraiment examiner comment gérer les prix, la compétitivité et l’exclusivité.

JEREMY MAGGS : Juste une réponse rapide. En conclusion, DStv dit qu’il n’a pas revu son offre commerciale depuis des années. Elle a fourni les raisons d’un affaiblissement du rand, d’augmentations inflationnistes, d’un environnement économique difficile. Est-ce que cela se justifie ?

WENDY ALBERTS : Ils peuvent avoir leur opinion, que je respecte, mais je pense que l’opinion de tous ceux qui ont été ciblés par cette augmentation soudaine et non annoncée, est qu’il était opportuniste de gagner des parts de marché en profitant de l’occasion pour augmenter les prix dans leur propre intérêt, sans penser à l’Afrique du Sud. Je pense que c’est de là que viennent la conversation et l’intégrité.

JEREMY MAGGS : Je vais m’arrêter là. Wendy Alberts, merci beaucoup.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles