Disney va perdre son statut fiscal spécial pour s’être opposé au projet de loi sur l’interdiction de dire “gay” en Floride.

0
2
Disney va perdre son statut fiscal spécial pour s'être opposé au projet de loi sur l'interdiction de dire

Les législateurs de Floride ont adopté jeudi un projet de loi visant à révoquer le statut fiscal spécial de Walt Disney Co. Cette décision est largement considérée comme une riposte à l’opposition de la société à une nouvelle loi d’État “Don’t say gay” limitant les discussions sur les questions LGBTQ+ dans les écoles.

Le projet de loi est maintenant sur le bureau du gouverneur Ron DeSantis, qui est pratiquement assuré de le signer.

La Chambre de l’État de Floride, dirigée par les républicains, a voté à 70 contre 38 en faveur de la suppression d’un district fiscal spécial créé par une loi de 1967 qui permet à Disney de gérer lui-même la zone d’Orlando d’environ 25 000 acres où se trouve son complexe de parcs à thème Walt Disney World. Le Sénat de l’État a adopté cette mesure mercredi.

DeSantis, dans un geste surprenant, avait demandé aux législateurs d’examiner la législation lors d’une session spéciale qu’il a convoquée cette semaine. Il n’a pas immédiatement commenté l’adoption du projet de loi jeudi.

“Si Disney veut chercher la bagarre, ils ont choisi la mauvaise personne”, a écrit DeSantis dans un courriel adressé à ses partisans mercredi, ajoutant : “Je ne permettrai pas à une société fantôme basée en Californie de diriger notre État.”

La loi éliminerait une poignée de districts fiscaux spéciaux, dont le Reedy Creek Improvement District qui couvre environ 25 000 acres dans les comtés d’Orange et d’Osceola.

Cette structure rend Disney, l’un des plus grands employeurs privés de l’État, et d’autres propriétaires fonciers responsables de la fourniture de services tels que la lutte contre les incendies, l’électricité, l’eau et les routes. En contrepartie, ils bénéficient d’une réduction des impôts et des taxes.

Le changement entrerait en vigueur en juin 2023.

Dans une déclaration à CNN, la représentante démocrate de l’État, Fentrice Driskell, a déclaré : “Cela va coûter au gouvernement des comtés d’Orange et d’Osceola et donc aux contribuables des milliards de dollars, je parle d’une charge fiscale supplémentaire estimée entre 2 200 et 2 800 dollars par famille.”

Disney a fait l’objet de critiques le mois dernier de la part de nombreux membres de la communauté LGBTQ+, y compris certains employés de Disney, pour n’avoir pas pris position publiquement contre la mesure “ne dites pas gay”, puis pour avoir condamné la législation et déclaré qu’elle mettrait en pause toutes ses donations politiques en Floride.

Cela a déclenché une tempête de condamnations contre la société par de nombreux républicains.

DeSantis, un républicain qui est un candidat potentiel à la nomination présidentielle de son parti en 2024, veut riposter à Disney pour son opposition à une loi qui interdit l’enseignement en classe de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre pour les élèves de la maternelle à la troisième année.

Le gouverneur a signé le mois dernier cette loi, surnommée “ne dites pas gay” par ses opposants.

La loi, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet, interdit également les enseignements qui “ne sont pas adaptés à l’âge ou au développement” des élèves plus âgés. Elle est contestée devant les tribunaux.

Retour à l’accueil Worldnet