Des “pépites d’or” après 25 ans dans le domaine des petites et moyennes capitalisations

0
0
‘Golden nuggets’ after 25 years in the small and midcap arena

RYK VAN NIEKERK : Bienvenue à l’édition de cette semaine du podcast Be a Better Investor. Il s’agit d’un podcast dans lequel j’interroge les meilleurs investisseurs du pays, et nous essayons de comprendre comment ils abordent les investissements, comment ils choisissent les gagnants et ce qu’ils font lorsqu’ils se retrouvent avec un chien dans leur portefeuille. L’idée est de trouver ces pépites d’or à partir de leurs perspectives et de leurs expériences pour aider les investisseurs amateurs à devenir de meilleurs investisseurs.

Mon invité aujourd’hui est Anthony Clark. C’est une légende absolue dans le domaine des petites et moyennes capitalisations sud-africaines, et c’est l’homme derrière Small Talk Daily. Il est également un commentateur régulier sur diverses plateformes médiatiques, et il effectue des recherches sur de nombreuses sociétés que les grands gestionnaires d’actifs ignorent. Anthony, merci beaucoup de vous joindre à moi. Parlez-nous de Small Talk Daily. De quoi s’agit-il et qu’est-ce que vous réalisez grâce à lui ?

ANTHONY CLARK : Bonjour Ryk. Je suis heureux d’être de retour et d’avoir une plateforme pour discuter d’un sujet qui me tient à cœur depuis près de 40 ans. Je suis ingénieur de formation et je suis entré sur le marché boursier très tard dans ma vie – à environ 26 ans après mes études. Je me suis installé dans ce pays à 29 ans et je suis probablement l’un des rares analystes du JSE à couvrir le même secteur depuis 26/27 ans. C’est extrêmement rare. Certains disent : “Pourquoi feriez-vous cela ? La réponse est assez simple.

Premièrement, parce que je fais tout le secteur. Deuxièmement, en tant qu’ingénieur, je comprends les entreprises, j’espère – mais j’analyse. Et troisièmement, c’est un espace où il y a très peu de concurrence. Si vous avez passé les 20 à 30 dernières années à construire des relations, des réseaux, [building up] des fiches produits, à comprendre les entreprises, vous avez un avantage extrême [over] En effet, malheureusement, en raison de toute cette législation sur la gouvernance du Code King et autres, il est extrêmement difficile pour un jeune analyste professionnel côté vente d’obtenir le même accès à la direction et aux informations que, disons, un vieux dinosaure comme moi.

Ce vieux dinosaure est donc assis ici avec d’excellentes informations provenant de contacts qu’il connaît depuis 20 à 30 ans ; il continue à écrire des recherches de qualité institutionnelle et à les partager occasionnellement avec le grand public, qui est le premier, pour les investissements, à entrer dans l’arène des petites et moyennes capitalisations.

Pour situer le contexte, lorsque je suis arrivé dans le pays en mai 1996, les trois premières actions que j’ai achetées étaient Bowler Metcalf à 32 cents, Cashbuild à R3,53, et j’ai oublié le prix de Wilson Bayley, la société de construction. Vingt-sept ans plus tard, je les couvre toujours.

C’est donc une question de cohérence, d’héritage et de réputation.

RYK VAN NIEKERK : Mais vous ne gérez pas un fonds, ou un fonds rattaché à Small Talk Daily. Comment faites-vous votre argent ?

ANTHONY CLARK : Non. No-o-o. Je fais pas gérer un fonds – délibérément, car la nature même de mon travail a toujours été l’impartialité. Je suis sûr que vous et beaucoup de vos auditeurs savez que beaucoup d’analystes liés à ce que j’appellerais les “bulge-bracket brokers” – qui sont associés à des sociétés internationales ou à des banques nationales – ont toujours un point de vue. Est-ce qu’ils ne disent que des choses positives sur les entreprises en raison d’une relation bancaire ou d’un accord potentiel qu’ils veulent conclure, ou d’un accord de prêt en coulisse ? Je ne crois vraiment pas que vous obteniez ce que j’appellerais une opinion honnête et sans entrave.

Je travaille pour moi-même. Je n’ai pas de patron, donc si une entreprise n’aime pas ce que j’écris sur elle et qu’elle se plaint, cela va directement à la poubelle parce que je n’en ai vraiment rien à faire.

Mon travail consiste à m’occuper de mes clients institutionnels qui m’ont soutenu contre vents et marées pendant 25 à 30 ans et à leur donner le type d’informations qu’ils ne trouveraient pas eux-mêmes.

Si vous y réfléchissez logiquement, si vous êtes un gestionnaire de fonds senior chez l’un des grands gestionnaires d’actifs gérant un fonds de plusieurs milliards de rands, et que vous avez peut-être un petit pourcentage de participation dans – choisissons une société – Cashbuild, vous n’allez pas consacrer votre temps ou celui d’un analyste… [on] à frapper à la porte, à appeler [CEO] Werner de Jager, obtenir une mise à jour, regarder ce que font les concurrents, car votre temps est précieux.

Mais quelqu’un comme moi, qui couvre Cashbuild depuis 26/28 ans, aurait ces informations à portée de main. Alors appelez-moi [and] et dites : “Anthony, faites-nous un rapide tour d’horizon de Cashbuild. Quelque chose qui nous aurait échappé, ou pouvons-nous voir votre dernier rapport ? Je fournis donc ce que j’appellerais l’élément temps dans l’espace institutionnel, où ils n’ont tout simplement pas le temps, la capacité ou les moyens de couvrir les quelque 100 actions que je regarde dans l’univers des petites et moyennes capitalisations.

RYK VAN NIEKERK : Vous êtes connu pour ne pas tirer les ficelles. Dans de nombreux cercles, vous n’êtes pas non plus très populaire en raison de votre franc-parler. Mais vendez-vous vos recherches aux gestionnaires d’actifs ?

ANTHONY CLARK : C’est sur la base du sur mesure. Si on me demande de faire quelque chose, je le ferai avec plaisir. Ma principale source de revenus modestes est l’écriture. Je contribue régulièrement à un certain nombre de publications, entre autres, et c’est là que les factures sont en quelque sorte payées. Comme [we] indépendants le savent, y compris peut-être vous-même, c’est toujours un peu une existence au jour le jour lorsque la fin du mois arrive et que vous devez vous démener pour payer les factures. Mais cela semble toujours être fait. Jusqu’à présent, j’ai eu la chance que de nombreuses publications médiatiques qui ont connu mon travail soient très heureuses de m’accueillir en tant que ce que j’appellerais un journaliste quasi indépendant, et c’est ainsi que je me qualifie aujourd’hui.

RYK VAN NIEKERK : Mais avez-vous un portefeuille d’investissement personnel dans lequel vous investissez et utilisez vos propres recherches pour prendre des décisions d’investissement ?

ANTHONY CLARK : La réponse est oui et non. Encore une fois, tout se résume à la réputation et à l’impartialité. Lorsque j’ai été formé à Londres, il y a de nombreuses années, au début des années 90, mon patron m’a dit : “Anthony, la seule chose que tu as dans la vie, dans cette carrière, c’est ta réputation. Gardez-la jalousement, car une fois perdue, vous ne la récupérerez jamais”.

Donc mon fonds de pension personnel, comme je le tweete souvent, est géré par un conseiller financier indépendant, d’anciens clients à moi basés à Claremont. Ils ont ma rente de retraite, ils ont mon fonds de préservation entre autres choses. Je peux leur donner des instructions, leur dire : “Vous savez quoi, je ne veux vraiment pas être dans ces actions de la tranche supérieure. Je veux être dans ces secteurs…” et ils adaptent les choses à mes besoins. Mais je ne m’occupe pas physiquement de l’argent moi-même, parce qu’alors les clients institutionnels se poseraient vraiment des questions : Si Clarky écrit vraiment sur Afrimat, est-ce qu’il le fait parce qu’il en est propriétaire ou parce qu’il veut faire quelque chose ?

Quand j’écris quelque chose, vous pouvez être absolument sûrs que je vous dis ce que je pense actuellement. Il n’y a pas d’angle. Il n’y a pas de ligne latérale. Il n’y a pas de ristourne. Il n’y a pas d’incitation parce que je ne suis pas un courtier en gros sous. Mon travail consiste à donner, comme je l’ai dit, des conseils indépendants et sans entrave. Je peux vous dire que ma base de soutien institutionnel apprécie cela, car dans de nombreux cas, il y a un angle.

La chose la plus importante, si je peux m’en prendre ici à quelqu’un – mais pas de manière impolie – est que je ne suis pas un expert en la matière. [as] Ce matin, j’ai lu un rapport de courtier sur une grande entreprise de volaille que je couvre depuis près de 15 ans. Ils disent : “Oh, nous nous attendons à des problèmes au second semestre en raison des coûts élevés des intrants (maïs et soja) et de la difficulté à répercuter ces augmentations sur un consommateur limité”. Je me suis dit : “Mmm, il ne vous a fallu que neuf mois pour comprendre cela lorsque j’ai écrit sur ce sujet en août/septembre de l’année dernière.

L’avantage d’être totalement indépendant, c’est que vous pouvez courir partout, rencontrer les dirigeants, assister à autant de réunions que possible, parler aux gens du secteur – qui n’ont peut-être aucun lien avec l’entreprise que vous analysez – pour obtenir une vision globale et équilibrée, et vous pouvez commercialiser des informations beaucoup plus rapidement, alors qu’un de mes amis qui travaille pour un grand courtier, un courtier américain, [has] pour rédiger le rapport. Il va ensuite à New York pour vérification. Puis il va à Londres pour les questions juridiques. Puis il revient dans ce pays pour être édité. Puis il doit être relu et géré avec la publication assistée par ordinateur. Une ou deux semaines plus tard, l’information est publiée.

A ce moment-là, elle est tellement périmée, qui s’en soucie ?

Mes informations, dès que je les écris et que je les corrige – il y a toujours une erreur grammaticale, je m’en moque – elles sortent.

Vous obtenez donc des informations parmi les plus rapides et les meilleures actuellement disponibles sur le marché des petites et moyennes entreprises. Je crois en ce pays.

RYK VAN NIEKERK : Certains diront qu’il vaudrait mieux que vous soyez impliqué dans le jeu, car vous utiliserez alors vos propres conseils pour investir. Que répondez-vous au fait de ne pas être impliqué dans le jeu et au fait que les gens puissent dire : “Écoutez, s’il n’achète pas ce qu’il dit que vous devriez acheter, pourquoi devrais-je le faire ?

ANTHONY CLARK : Oh, eh bien, je n’ai pas dit que j’avais la peau dans le jeu. Je vous ai dit que mon argent est géré par un conseiller financier indépendant basé à Claremont. Si je leur indique que je suis très intéressé par quelque chose, et s’ils sont d’accord, ils seront heureux d’investir mon propre argent. C’est le cas. Lorsque je regarde mon portefeuille d’investissement, dont un relevé m’a été envoyé cette nuit, je change très rarement quoi que ce soit. J’ai conservé certaines actions pendant 10 ou 15 ans, et je vais vous donner un exemple. En fait, deux exemples.

Il y a très, très, très longtemps, lorsque je travaillais au conseil d’administration de Nedbank, il y avait une petite société de capital-investissement de l’écurie PSG appelée Paladin Capital. Peu de gens s’en souviennent. Ils l’ont retirée de la cote et, dans le cadre de ce retrait, ils ont dissocié leur participation alors embryonnaire dans Curro Holdings et vous ont donné la possibilité de prendre du cash ou des actions PSG avant la dissociation de Capitec et ainsi de suite, à l’équivalent de R33. J’ai donc pris mes actions Curro à l’équivalent de R1,78, et j’ai pris mes actions PSG à l’équivalent de R33.

Maintenant, PSG, avant le dégroupage de Capitec, a atteint les 300 R.[/share]. J’ai toujours le PSG et j’ai toujours le Curro, et cela 15 ans plus tard.

Invicta Holdings est une société que je détiens depuis plus de 10 ans. Kaap Agri, que je suis depuis près de 15 ans – j’ai acheté ma première participation dans mon fonds de pension à 7,30 rands. Je l’ai toujours 15 ans plus tard. Cela vous donne une idée de quand je repère une grande entreprise, et si je pense que le marché rate une astuce, et si la gestion sous-jacente est saine, et si le secteur dans lequel elle évolue a un avenir à long terme.

Oui, il y a des hauts et des bas et quelques balles à esquiver en cours de route, mais [with] l’essence même de la raison pour laquelle j’aime cette entreprise, si elle reste en place, je la conserverai avec plaisir jusqu’à la fin des temps.

Je me suis exprimé publiquement il y a quelques temps. Marc Hasenfuss, dans le Financial Mail, a déclaré que Kaap Agri était la seule action qu’il achèterait au détail, ce à quoi j’ai répondu sur ma page Twitter : “Kaap Agri est la seule action que j’achèterais”. jamais vendre dans mon portefeuille”. [Ryk laughs] Donc, si cela vous donne une idée, je n’ai probablement que 15 ou 16 actions.

Et puis j’ai généralement le cadre de quelques fonds offshore pour une exposition au S&P 500, au FTSA, à l’indice Euro et ainsi de suite. Mais la plupart du temps, une proportion raisonnable de mes modeste petit Le fonds de pension est investi dans l’univers que je couvre car, comme vous le dites si bien, si je ne suis pas prêt à investir mon propre argent dans une action que j’aime, pourquoi diable devrais-je vous la recommander ?

RYK VAN NIEKERK : Eh bien, les actions de petites et moyennes capitalisations sont intéressantes. Il est évident que ce podcast s’adresse aux investisseurs particuliers amateurs et beaucoup de gens s’intéressent aux petites capitalisations parce que, premièrement, le prix des actions est normalement bas et que vous pouvez obtenir beaucoup d’actions avec un investissement, et les gens pensent également qu’il y a beaucoup de hausse – ou plus de hausse – pour les petites valeurs que pour les grandes valeurs établies. De nombreux analystes ne regardent que les données financières et assistent éventuellement à une conférence sur les investissements ou à une réunion avec le conseil d’administration.

Mais avec les petites capitalisations, vous voyez aussi beaucoup de réactions, et les développements externes peuvent avoir un impact beaucoup plus important sur la société en question. Alors, comment analyser une société et “choisir” les gagnants ?

ANTHONY CLARK : C’est une excellente question, et j’ai commencé à le faire en ce moment même. J’ai mentionné avant de prendre l’antenne que j’ai commencé à couvrir deux nouvelles entreprises. Je suis un analyste à l’ancienne. J’ai un vieux PC ici qui fonctionne sous Windows, ce qui me rend fou. J’ai mis mon MacBook dans la glace parce que je ne pouvais plus le supporter.

Je travaille avec d’énormes volumes de papier. J’ai devant moi des classeurs à l’ancienne, des piles de vieux Business Days et de dossiers manille – ces dossiers manille à l’ancienne remplis de rapports annuels, de coupures de presse, de notes manuscrites, de présentations de résultats, de comparaisons entre secteurs, de comparaisons entre industries. Je constitue ces énormes dossiers sur toute entreprise que je cherche à couvrir. Cela me permet d’avoir une vue d’ensemble complète. Je ne me contente donc pas de rencontrer les dirigeants pour qu’ils me racontent leur histoire. Il me faut parfois plus d’un an pour me sentir suffisamment à l’aise pour faire une recommandation.

Encore une fois, j’aime toujours donner des exemples du monde réel. [such as] Renergen. Depuis un an et demi, Renergen est l’une des valeurs les plus prisées du JSE. Elle se négocie à peu près maintenant à environ R40 en chiffres ronds. Lorsque j’ai sélectionné cette action pour la première fois au début de 2021, elle se négociait entre 12 et 13 rands. J’avais en fait suivi Renergen pendant des années avant cet événement, au grand dam du PDG, Stef Marani, qui voulait que je couvre le titre. J’ai refusé catégoriquement, non pas parce que je pensais que l’entreprise était mauvaise ou spéculative, mais parce qu’elle ne répondait pas aux critères de l’époque pour que je mette ma réputation au service d’une recommandation physique.

C’était une société d’exploration à la recherche de gaz dans l’État libre. C’était un engagement de capital important. La mise en service d’une usine allait-elle réellement avoir lieu ? Les dépenses d’investissement allaient-elles être réalisées à temps ? Il s’agissait d’un composant gazeux de classe mondiale. A-t-il reçu le rapport de la personne compétente ? [and] toutes les listes de contrôle dont vous avez besoin pour qu’une entreprise passe soudainement de ce que j’appellerais une entreprise de développement à une entreprise commerciale qui gagne de l’argent.

RYK VAN NIEKERK : Cela a-t-il généré des revenus ?

ANTHONY CLARK : Exactement. Mais tout dépend du sentiment des investisseurs, car n’importe qui peut creuser un trou dans le sol ; il peut espérer trouver des richesses, mais si vous creusez un trou dans le sol et que vous trouvez effectivement des richesses, et que ces ” richesses ” sont confirmées par un organisme indépendant reconnu, vous pouvez alors commencer à faire toutes les choses intelligentes que tous les merveilleux CFA… [chartered financial analysts] et les comptables – les flux de trésorerie actualisés, les modèles à long terme, le prix des actions et ainsi de suite – pour dire, eh bien, s’ils commencent à creuser ce truc dans le sol, ou dans le cas de Renergen, à extraire le gaz et à le convertir en gaz naturel liquide et en hélium, quel sera le revenu potentiel pour une certaine production par jour, par mois, par an, moins leurs coûts ?

Ce point pour moi s’est produit en novembre, décembre 2020, lorsque je regardais une combinaison de choses que je regarde.

Je me suis rendu compte que cette entreprise passait de la phase d’exploration et de spéculation à la phase de commercialisation. Encore une fois, elle n’a pas gagné d’argent, mais cela donne aux investisseurs, en particulier aux investisseurs institutionnels, un sentiment de confiance dans ce qu’ils investissent, qui a un avenir physique tangible.

Ce n’est plus un trou dans le sol. C’est un trou dans le sol qui peut réellement rapporter de l’argent.

Je pensais que sur ce seul scénario, une fois que cette information commencera à filtrer sur le marché, le prix de l’action commencera à réagir à ce que j’appellerais la commercialité d’un ancien trou spéculatif dans le sol. De R13 à un sommet de R44, nous avons maintenant le Central Energy Fund qui a investi 10%, nous avons l’un des plus riches cadres miniers du monde, Robert Friedland d’Ivanhoe… [Mines] a investi 250 millions de dollars. Je suis sûr que d’autres investissements sont à venir.

La deuxième partie de cette transaction, qui est l’expansion de Virginia Phase 2, coûtera entre 12 et 13 milliards de rands, soit deux fois et demie la capitalisation boursière actuelle, ce qui vous montre que certains investisseurs astucieux ont soudainement décidé de mettre leur propre argent dans cette société. Il s’agit de repérer les choses très tôt et d’anticiper, si cela devait se produire, que “deux plus deux égalent quatre” dans l’esprit des investisseurs institutionnels avisés. Et c’est un truc que je fais. Est-ce que j’essaie de repérer les choses à l’avance ? La réponse est que j’essaie de faire de mon mieux pour repérer les choses bien avant la foule parce que, au moment où l’histoire est littéralement dans la presse, le prix de l’action a augmenté. Il s’est envolé et tout l’argent facile a été gagné.

J’essaie d’attraper les choses dans ce que j’appelle la “vague initiale de hausse”.

Si quelqu’un comme moi commence à couvrir une action, puis à écrire à son sujet et à l’analyser, beaucoup de mes clients disent : “Attendez, il travaille pour lui-même. Il n’a pas d’agenda. S’il couvre cette action, pourquoi le fait-il ? Pour quelle raison Anthony couvre-t-il soudainement cette société ? [his] le temps est intrinsèquement précieux ? Et puis les questions commencent : “Alors pourquoi vous regardez cette entreprise ? Qu’avez-vous vu que nous n’avons pas vu ?”. C’est alors que l’histoire et la vie se développent d’elles-mêmes.

Voilà un exemple classique pour vous. Renergen était l’un d’entre eux, et j’en ai deux autres en ce moment qui sont complètement ignorés par le marché et sur lesquels je travaille – mais à la vue de tous, ce sont des entreprises majeures dans deux industries. Mais elles n’ont même pas de couverture, ou alors un seul analyste considère l’action comme ayant une importance modeste.

RYK VAN NIEKERK : Allez, nommez-les, s’il vous plaît !

ANTHONY CLARK : Je ne peux pas faire cela. Si je les nommais, une fois de plus, j’entacherais ma réputation – et ce serait tout à fait injuste. J’ai toujours été juste dans ce que je fais. Tout le monde reçoit les mêmes informations, à peu près au même moment. Je ne peux pas privilégier l’un par rapport à l’autre car, là encore, ma réputation personnelle et l’intégrité que j’ai bâtie au cours des 26/28 dernières années seraient tout simplement ruinées. Cela n’en vaut pas la peine – c’est aussi simple que cela.

RYK VAN NIEKERK : Quel est votre taux de réussite ? Combien de gagnants choisissez-vous par rapport aux perdants ?

ANTHONY CLARK : O-o-oh, c’est une question très intéressante. J’ai l’habitude d’établir une liste des cinq meilleures actions chaque année, parce que je dois – je ne veux pas utiliser l’expression “les cinq meilleures actions”. [analogy]mais je suis sûr que vos rédacteurs trouveront quelque chose de convenable – mettre mon… [neck on the line] chaque année car, comme vous le dites, à quoi sert un analyste s’il ne dispose pas d’une liste de recommandations ?

Donc cette année, au début de janvier, j’ai… [had] de regarder mes indices de référence, qui sont un JSE 201 small cap, un JSE 202 midcap. Et, bien sûr, l’indice JSE 203 All Share.

Cette année, j’ai donc choisi mes cinq actions qui, pour diverses raisons de situation spéciale, devraient, selon moi, surpasser les indices de référence généraux.

Il s’agit d’eMedia, qui possède eTV, Invicta Holdings, dont la plupart des gens savent qu’il s’agit d’un fournisseur de matériel industriel, de pièces détachées et de gadgets, Renergen, dont j’ai déjà parlé, la société d’exploration gazière de l’État libre, Sabcap. [Sabvest Capital]qui est la holding d’investissement dirigée par l’investisseur extrêmement avisé Chris Seabrooke. La dernière société était Wesizwe Platinum.

Maintenant, si je regarde la liste en ce moment – et je l’ai mise à jour juste avant de prendre l’antenne – mon top 5 a un rendement avant dividendes de 16,48%. La petite capitalisation du JSE est en hausse de 3,85 %, la moyenne capitalisation de 3,17 % et le All Share est en baisse de 0,5 %. J’ai donc pulvérisé tous mes indices et je suis toujours très heureux de posséder ces cinq compteurs, car chacun d’entre eux a été choisi pour une raison spécifique, à savoir que je pense que des résultats d’entreprise meilleurs que prévu, une certaine forme de restructuration d’entreprise, une possibilité de rachat se produiront au cours des 12 prochains mois, ce qui devrait amener ce panier d’actions à surpasser l’indice. Jusqu’à présent, j’ai fait 500% de mieux que l’indice.

RYK VAN NIEKERK : Avez-vous des actions à découvert ?

ANTHONY CLARK : Non. Premièrement, je ne suis pas si intelligent. Deuxièmement, encore une fois, juste pour vos auditeurs, je vais raconter une histoire. J’ai commencé à investir pour moi-même à l’âge de 13 ans. Je travaillais comme empileur d’étagères dans le supermarché coopératif local, gagnant 23 £ par semaine à temps partiel, travaillant après l’école. J’adorais le marché boursier.

Dans les années 80, Margaret Thatcher, ministre du gouvernement conservateur ou premier ministre, privatisait les entreprises publiques British Telecom, British Gas, British Petroleum, British Airways, etc.

Je me suis dit que British Airways, lorsqu’elle était cotée en bourse, avait une cote beaucoup trop élevée.

Dans l’ancien système londonien, vous pouviez vendre une action à découvert selon ce qu’on appelait le “système de compte”. Si vous vendiez une action le lundi, vous n’aviez qu’à fermer votre position la semaine suivante, le vendredi. Vous disposiez donc de 10 jours ouvrables pour gérer une position – longue ou courte – avant de devoir régler votre compte. Ils vous versaient les bénéfices ou vous deviez payer les pertes. Alors moi, en tant que jeune homme intelligent de 14/15 ans, je me suis dit que j’allais vendre à découvert British Airways à l’ouverture, ce que j’ai fait. J’y suis allé avec presque toutes mes économies de la semaine ou des deux semaines précédentes.

Le cours de l’action s’est envolé, j’ai dû régler mon système de compte à la fin de la quinzaine, et j’ai été anéanti. J’ai juré qu’à partir de ce moment-là, je ne vendrais plus jamais d’actions à découvert.

J’aurai 55 ans en octobre, donc 40 ans plus tard, je n’ai jamais vendu à découvert une action.

RYK VAN NIEKERK : Une histoire intéressante.

ANTHONY CLARK : Vous devez parfois apprendre de vos erreurs.

RYK VAN NIEKERK : Oui, absolument. Les investisseurs particuliers ou les investisseurs amateurs – quels conseils auriez-vous pour eux, car ils ne peuvent évidemment pas passer par ce processus d’analyse que vous suivez.

ANTHONY CLARK : La réponse est oui et non. J’ai la chance de mon côté. Je suis ingénieur de formation. Je suis retourné à l’université pour étudier les rapports financiers et le marketing des entreprises. Tout cela, combiné à une expérience de près de 30 ans dans la couverture des entreprises d’un secteur, me donne un avantage sur l’homme ou la femme de la rue. Mais cela ne veut pas dire que l’homme ou la femme moyen dans la rue n’a pas d’avantage. Ils en ont un, parce que dans la société moderne d’aujourd’hui, avec Internet, beaucoup des mêmes outils d’information que ceux dont nous disposons en tant qu’analystes professionnels sont disponibles. Vous pouvez aller sur le site web de n’importe quelle entreprise et télécharger des historiques de rapports annuels, des présentations de résultats, des annonces de sensations. Cela vous permet de vous faire une idée de ce qui se passe sur le long terme dans une société particulière que vous souhaitez suivre.

La presse dans ce pays est assez active – les magazines que nous connaissons, les journaux. Je suis un lecteur compulsif de Business Day, du Financial Mail, de Finweek quand il existait, et de toutes les autres petites choses. Je les découpe et je les garde dans un dossier, parce que vous voulez être bien informé. Je dis donc, en particulier aux jeunes investisseurs amateurs qui cherchent à se faire une place : “Choisissez une action ou un secteur que vous aimez vraiment”. Si vous êtes une dame qui adore le shopping, je vous dis, vous savez quoi, couvrez les actions du commerce de détail. Si vous êtes un homme qui aime les voitures, je vous dis, vous savez quoi, prenez le secteur automobile ou le secteur de la logistique, parce que vous aurez un intérêt inhérent pour ce secteur qui va au-delà de la simple observation de l’entreprise. Il y aura une passion. C’est cette même passion qui vous poussera à commencer à regarder, à creuser, à lire et à analyser, mais cela vous donnera, je l’espère, des informations supplémentaires par rapport à ce que le consommateur moyen peut trouver. [person] dans la rue – ou peut-être dans la plupart des cas, l’institution moyenne.

Je dis donc aux gens dans les webinaires que je fais, et en particulier aux investisseurs noirs qui sont l’avenir de demain : “Vous devez commencer à lire et à lire systématiquement, puis vous souvenir de ce que vous faites et conserver des dossiers et des notes détaillées. Grâce à cela – c’est laborieux – vous commencez à comprendre ce qui se passe sur le marché”. Le reste appartient à l’histoire.

RYK VAN NIEKERK : Ouais. Ne restez pas autour d’un braai avec une bière à la main et ensuite vous obtenez un tuyau “chaud” sur les actions et vous agissez en conséquence. Tu dois vraiment faire tes recherches.

Dernière question : combien de temps conservez-vous vos actions ?

ANTHONY CLARK : Moi ? Comme je vous l’ai dit plus tôt, selon la nature de l’entreprise, indéfiniment. Si une situation spéciale se déroule, si une prise de contrôle que j’ai anticipée se produit, si une restructuration d’entreprise se produit – comme le PSG, par exemple, qui est en train de subir une restructuration d’entreprise – alors, bien sûr, vous vendez naturellement et vous passez à l’action suivante. Donc dans la plupart des cas, comme [renowned investor] Warren Buffett, vous achetez de grandes entreprises et vous vous y accrochez jusqu’à ce que quelque chose change de manière significative ; alors vous la révisez. C’est ainsi que je travaille.

Les actions que je possède depuis 20 ans, je les possède toujours. Mais si quelque chose venait à changer radicalement ce point de vue, je devrais les réévaluer.

RYK VAN NIEKERK : Anthony, merci beaucoup pour votre temps aujourd’hui. C’était Anthony Clark. Il est l’homme derrière Small Talk Daily, et l’un des analystes légendaires des petites et moyennes capitalisations du pays.

Retour à l’accueil Worldnet