PartenairesNewspaper WordPress Theme
Actu"Des néologismes controversés dans un examen de droit en écriture inclusive"

« Des néologismes controversés dans un examen de droit en écriture inclusive »

—————————–Résumé de l’Article————————————————

L’Université Lyon-2 est au cœur d’une controverse après avoir donné un sujet d’examen en écriture inclusive aux étudiants en licence de droit. Le texte comprenait des mots tels que « als » pour « ils », « touz » pour « tous », « reconnux » pour « reconnus » et « professionaels » pour « professionnels ». Les étudiants ont été invités à répondre en français standard ou inclusif avec la forme d’inclusivité qu’ils maîtrisent. Le syndicat de droite UNI a dénoncé la « propagande du wok » et a souligné que certains mots ont été inventés sous prétexte d’inclusivité. L’un des responsables du syndicat a qualifié le sujet d’examen d’illisible et a demandé comment les étudiants pouvaient comprendre la problématique de droit tout en passant leur temps à traduire. L’université a répondu que les enseignants sont entièrement libres quant au sujet d’examens et à leur formulation. Elle a confirmé l’authenticité du sujet d’examen, mais a précisé qu’elle n’interviendrait que dans les cas de propos diffamatoires, injurieux ou discriminatoires.

—————————–Article Complet————————————————

Un sujet d’examen en licence de droit à l’université Lyon-2 a suscité la controverse en raison de l’utilisation de l’écriture inclusive, qui remplace des mots tels que « ils » et « tous » par « als » et « touz ». Le syndicat de droite UNI a dénoncé la « propagande du wok » et a critiqué l’invention de nouveaux mots au nom de l’inclusion. L’université a répondu que les enseignants sont libres de formuler leurs sujets d’examen et que l’université n’exerce aucun contrôle, sauf en cas de propos diffamatoires, injurieux ou discriminatoires.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Terrible collision entre un bus et une voiture en sens inverse ce matin à Mantes-la-Ville

——————————Article à Propos—————————————————-

Récemment, un examen de droit à l’Université de Rennes 1 a suscité la controverse en raison de la présence de mots inventés et de l’utilisation d’écriture inclusive. Les examinateurs ont décidé d’utiliser cette méthode afin de promouvoir une pensée inclusive et de lutter contre la discrimination.

Cette décision a cependant été critiquée par des étudiants, des professeurs et des membres de la société civile qui estiment que l’examen était illisible et difficile à comprendre. En effet, les mots inventés ont été jugés inutiles et ont compliqué la compréhension de l’examen, tandis que l’écriture inclusive a généré de la confusion et de l’incompréhension.

L’écriture inclusive consiste à inclure dans le texte des termes n’étant pas exclusivement masculins afin de rendre compte de l’égalité des sexes. Cette pratique est controversée, certains y voyant un moyen de promouvoir l’égalité et d’autres une entrave à la fluidité de la lecture et de l’écriture.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les statues s'imposent dans la ville (et elles ne vous laisseront pas indifférents)

Bien que la raisonnabilité de l’utilisation de l’écriture inclusive puisse être débattue, l’utilisation de mots inventés est un tout autre problème. Les mots inventés peuvent causer des difficultés de compréhension et de traduction, empêcher la communication efficace et réduire la qualité de l’argumentation.

Il est donc important de se demander si l’utilisation de mots inventés et d’écriture inclusive dans un examen de droit est appropriée. Si l’objectif est de promouvoir une pensée inclusive et de lutter contre la discrimination, d’autres méthodes pourraient être utilisées dans ce but, telles que l’utilisation d’exemples concrets et de cas pratiques pour illustrer les concepts.

Il est également nécessaire de considérer les effets négatifs de l’utilisation de tels mots inventés et de l’écriture inclusive, en particulier pour les étudiants pour qui le français est une langue étrangère ou pour ceux ayant des difficultés à comprendre les concepts juridiques complexes de l’examen.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Boeing comparaîtra devant le tribunal dans le cadre de l'accident de deux avions Max.

En fin de compte, les examens de droit devraient être conçus de manière inclusive, sans discriminer à l’égard de l’âge, de la religion, de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre ou de toute autre caractéristique. Cependant, cela ne doit pas se faire au détriment de la qualité et de la clarté de la communication. Une communication claire est essentielle pour une meilleure compréhension des concepts juridiques et pour former des professionnels qualifiés dans le domaine du droit.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles