Dans une ordonnance de minuit, la HC ordonne de suspendre l’arrestation de Tajinder Bagga jusqu’au 10 mai après que le tribunal de Mohali ait émis un nouveau mandat.

0
0
Dans une ordonnance de minuit, la HC ordonne de suspendre l'arrestation de Tajinder Bagga jusqu'au 10 mai après que le tribunal de Mohali ait émis un nouveau mandat.

Dans une ordonnance de minuit, la Haute Cour du Pendjab et de l’Haryana a suspendu l’arrestation de Tajinder Pal Singh Bagga, ordonnant à la police du Pendjab de ne prendre aucune mesure coercitive contre le leader du BJP jusqu’au 10 mai.

Bagga avait saisi la Haute Cour samedi dernier pour contester le mandat d’arrêt émis contre lui par un tribunal de Mohali plus tôt dans la journée. L’affaire a été portée devant le juge en chef Ravi Shanker Jha qui a accepté d’inscrire l’affaire sur la liste des affaires urgentes.

L’audience de la plaidoirie s’est tenue tard dans la nuit à la résidence du juge Anoop Chitkara à Chandigarh. La prochaine audience de la Haute Cour aura lieu le 10 mai.

Le mandat d’arrêt a été émis par le tribunal du Magistrat Judiciaire Ravtesh Inderjit Singh, dans le cadre d’une affaire enregistrée contre Bagga, accusé d’avoir fait des déclarations provocantes contre le Ministre en chef de Delhi, Arvind Kejriwal, d’avoir encouragé l’inimitié et d’intimidation criminelle.

“Attendu que Tajinder Pal Singh Bagga… est accusé de l’infraction punissable U/Sec 153-A, 505, 505 (2), 506 IPC, il vous est par la présente ordonné d’arrêter ledit Tajinder Pal Singh Bagga et de le produire devant moi”, a déclaré le juge dans l’ordonnance dans une directive à l’officier responsable du poste de police, état de la cybercriminalité.

La police du Pendjab avait déposé une demande devant le tribunal de Mohali pour l’émission d’un mandat d’arrêt contre Bagga. Elle a soumis à la cour que l’arrestation de Bagga n’avait pas été suspendue et qu’il n’avait pas non plus déposé de demande de libération sous caution anticipée.

La police a également affirmé que Bagga ne s’est pas présenté devant elle malgré l’émission d’avis à son encontre et que la police de Delhi a fait libérer l’accusé “de force et illégalement”.

Bagga a été arrêté par la police du Pendjab à son domicile de Delhi vendredi, arrêté dans l’Haryana alors qu’il était emmené au Pendjab et ramené dans la capitale nationale par la police de Delhi quelques heures plus tard.

La police de Delhi avait enregistré vendredi une affaire d’enlèvement sur la base d’une plainte déposée par le père de Bagga, Pritpal Singh Bagga, selon laquelle “des personnes” se sont rendues chez lui vers 8 heures du matin et ont emmené son fils.

Les développements dramatiques de vendredi ont vu les forces de police du Pendjab, de l’Haryana et de Delhi s’affronter au sujet de Bagga, ce qui a déclenché une lutte politique. La police du Pendjab a arrêté Tajinder Pal Singh Bagga pour avoir fait des déclarations provocantes, encouragé l’hostilité et l’intimidation criminelle.

L’affaire a été enregistrée suite à une plainte du leader de l’AAP Sunny Ahluwalia, un résident de Mohali. Le FIR enregistré le 1er avril faisait référence aux remarques de Bagga le 30 mars, alors qu’il participait à une manifestation de l’aile jeunesse du BJP devant la résidence du ministre en chef de Delhi, Arvind Kejriwal.

Bagga a été arrêté en vertu des sections pertinentes, notamment 153-A (promotion de l’inimitié entre différents groupes pour des raisons de religion, de race, de lieu, etc.), 505 (quiconque fait, publie ou fait circuler une déclaration, une rumeur ou un rapport) et 506 (intimidation criminelle), du Code pénal indien.

La police du Pendjab a maintenu qu’une équipe de police s’était rendue à Delhi pour arrêter Bagga après que celui-ci ne se soit pas joint à l’enquête malgré cinq mises en demeure. Après que son équipe, qui ramenait Bagga de Delhi, ait été arrêtée dans l’Haryana, la police du Pendjab a saisi la haute cour et déposé une pétition d’habeas corpus.

Le gouvernement du Pendjab a déposé samedi deux requêtes devant la Haute Cour du Pendjab et de l’Haryana, demandant que le Centre devienne une partie dans l’affaire et que les images de vidéosurveillance du 6 mai des postes de police de Janakpuri et Kurukshetra soient conservées.

Le gouvernement du Pendjab a allégué que son personnel de police a été “détenu” dans les postes de police de Janakpuri et Kurukshetra alors qu’il était parti arrêter Bagga dans le cadre d’une affaire enregistrée contre lui à Mohali le mois dernier.

Retour à l’accueil Worldnet