PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentCommerce équitable : le label premium ne bénéficie pas toujours aux travailleurs...

Commerce équitable : le label premium ne bénéficie pas toujours aux travailleurs des exploitations viticoles d’Afrique du Sud.

Le vin a été produit pour la première fois en Afrique du Sud dès le milieu des années 1600 par les colons hollandais qui le vendaient aux navires de passage. L’industrie viticole s’est développée davantage pendant les époques coloniales et apartheid et est devenue une partie importante de l’économie.

Une étude récente indique que l’industrie emploie désormais près de 300 000 personnes. Un rapport de 2021 indique qu’elle génère annuellement une valeur d’exportation de 10 milliards de rands (plus de 550 millions de dollars). Bien que le vin ne soit pas l’une des plus grandes industries d’Afrique du Sud, il contribue à hauteur de 1,1% au PIB et de 1,6% à l’emploi total, ce qui le rend significatif pour l’économie.

Pendant les époques coloniales et apartheid, l’industrie viticole du pays était caractérisée par l’utilisation de travailleurs esclaves et le contrôle paternaliste et l’exploitation des travailleurs noirs et métis par des fermiers blancs. Les travailleurs noirs et métis vivaient et travaillaient sur des fermes sous le contrôle des fermiers blancs.

Avec la fin formelle de l’apartheid en 1994, de telles relations étaient censées changer. De nouvelles lois du travail ont été mises en place pour protéger les travailleurs de l’exploitation. Cependant, de nombreux observateurs continuaient à avoir des préoccupations quant aux conditions de vie et de travail des travailleurs des vignobles.

En réponse à ces préoccupations, certaines exploitations viticoles sud-africaines ont demandé et obtenu la certification Fairtrade.

L’étiquette Fairtrade assure aux consommateurs que le produit qu’ils achètent a été sourcé et échangé de manière éthique. La certification Fairtrade doit être accordée seulement après un audit visant à déterminer si les conditions sociales, économiques et environnementales sur la ferme répondent à certaines exigences minimales.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Profil : Découvrez Sakina Nosarka, PDG d'Old Mutual Property

Les produits Fairtrade, tels que le café, le chocolat ou le vin équitables, sont vendus à un prix plus élevé et une partie de la valeur de la vente est consacrée à une prime Fairtrade. Cette prime est supposée être dépensée pour des projets visant à améliorer la vie des travailleurs des fermes, tels que des crèches, des programmes de littératie ou des centres médicaux.

Si la certification Fairtrade fonctionnait comme prévu pour l’industrie viticole sud-africaine, elle pourrait offrir aux producteurs locaux une meilleure entrée sur de nouveaux marchés tout en soutenant les besoins de développement des travailleurs des fermes.

Mais quelle est la réalité ? C’est ce que nous avons cherché à établir dans une étude doctorale. Ce qui rend cette étude importante, c’est qu’elle se concentre sur les expériences des travailleurs des fermes viticoles commerciales.

La plupart des produits Fairtrade sont produits par des petits producteurs, qui sont organisés en coopératives. Cependant, dans le cas du vin Fairtrade sud-africain, ce sont surtout des fermes commerciales qui ont été certifiées.

Comme l’ont souligné d’autres chercheurs, la décision d’étendre la certification Fairtrade aux fermiers viticoles commerciaux sud-africains a été controversée. Ces fermiers, qui sont principalement riches et blancs, ne sont pas les producteurs typiques associés à la certification Fairtrade.

Notre étude peut aider à évaluer si l’inclusion de ces fermiers est justifiée.

Dans le cadre de cette étude, des entretiens ont été menés en 2020 avec des représentants du Commercial, Stevedoring, Agricultural and Allied Workers Union, d’autres acteurs clés de l’industrie viticole et des travailleurs de cinq exploitations viticoles Fairtrade.

Les cinq fermes sont toutes des fermes commerciales et toutes détiennent la certification Fairtrade. Mais les expériences des travailleurs des fermes suggèrent que, bien que les bouteilles de vin qui quittent la ferme puissent arborer l’étiquette Fairtrade, les travailleurs de ces fermes ne se sentent pas traités équitablement.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le boom de la construction d'appartements contribue à réduire les loyers, mais tous les locataires n'en profitent pas.

Ces résultats remettent en question l’efficacité et la légitimité de l’extension de la certification Fairtrade aux fermiers viticoles commerciaux sud-africains.

La mission déclarée de Fairtrade est de “connecter les producteurs et les consommateurs défavorisés, de promouvoir des conditions de commerce plus justes et d’habiliter les producteurs à lutter contre la pauvreté, renforcer leur position et prendre plus de contrôle sur leur vie”. Notre étude suggère que cette mission n’est pas réalisée sur les exploitations viticoles Fairtrade sud-africaines. Les travailleurs de ces fermes ne sont pas habilités à combattre la pauvreté et à avoir plus de contrôle sur leur vie.

La plupart des 30 travailleurs de fermes interrogés n’étaient même pas au courant que la ferme sur laquelle ils travaillaient était certifiée Fairtrade. Seule une personne avait une bonne compréhension de ce que signifie la certification et le processus d’audit Fairtrade, mais son témoignage suggère que le processus ne fonctionnait pas comme il le devrait :

“Lorsqu’ils effectuent des audits, l’employeur nettoie… Les personnes sont forcées de nettoyer pour que, si l’auditeur vient, il trouvera tout en bon état. Ce qui se passe lorsque l’auditeur arrive, c’est que l’employeur choisit qui doit parler à l’auditeur car, par exemple, moi, je ne serai jamais appelé à un auditeur parce qu’ils savent que je dirai la vérité honnête”, a-t-elle déclaré.

Des audits réguliers sont censés être effectués dans le cadre du processus de certification pour garantir que les travailleurs des fermes Fairtrade sont traités équitablement et payés de manière adéquate.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La chute des actions chinoises se met en pause après la perte de 446 milliards de dollars de valeur.

Les travailleurs de ferme ont fait état de conditions de vie et de travail médiocres et dangereuses. Une femme s’est plainte :

“Ce qui se passe dans les vignobles, c’est qu’il n’y a pas de toilettes pour nous les femmes. Nous devons nous soulager dans les vignobles. Les toilettes, vous les verrez quand il y aura un audit.”

D’autres ont décrit des logements inadéquats : “On nous a promis que ces maisons seraient temporaires. Il fait froid et quand il pleut, la pluie arrive. Nous l’avons signalé et rien ne se passe. Je dois constamment déplacer mon lit quand il pleut car l’eau passe à travers. Je suis ici depuis 1979. Ils m’ont ignoré. Ils s’en foutent.”

Les travailleurs de ferme ont également parlé d’une augmentation de la casualisation du travail, en particulier pour les femmes. Ils ont en outre signalé qu’ils étaient intimidés pour avoir participé à des activités de syndicalisation ou pour avoir parlé de leurs conditions. Il était clair que, contrairement aux objectifs déclarés de Fairtrade, les travailleurs de ces fermes ne se sentaient pas autonomisés.

La certification Fairtrade peut aider les fermiers à entrer sur les marchés internationaux, mais notre étude suggère qu’elle n’apporte pas les avantages prévus aux travailleurs de ferme.

Des changements significatifs doivent être apportés aux processus d’audit et de certification si la certification doit bénéficier aux travailleurs des fermes viticoles sud-africaines. Un audit plus transparent et rigoureux doit être effectué pour que la certification ait une signification.

Cet article (en anglais) est reproduit à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

Lire l’article original ici.

Lire : Les ventes africaines de Distell augmentent alors qu

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles