PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentComment organiser la succession d'un associé décédé dans une entreprise.

Comment organiser la succession d’un associé décédé dans une entreprise.

C’est Benjamin Franklin qui a dit un jour “…rien n’est certain, sauf la mort et les impôts”.

Les propriétaires d’entreprises connaissent très bien l’importance de traiter avec les impôts, mais pensent rarement à la façon dont ils géreront le décès d’un partenaire commercial ou d’un actionnaire.

En tant que nation, nous ne sommes pas bons pour parler de la mort. Il n’est donc guère surprenant que des recherches récentes montrent que la moitié des adultes britanniques n’ont même pas de testament. Pourtant, comme l’explique Jen Goodwin, avocate au sein de l’équipe des affaires et du commerce chez les avocats Jackson Lees, en tant que propriétaire d’entreprise, ne pas planifier sa mort est un risque sérieux, non seulement pour votre famille, mais aussi pour votre entreprise.

Aussi désagréable que cela puisse être d’y penser, un propriétaire d’entreprise responsable doit avoir réfléchi à ce qui arrivera à la propriété de son entreprise s’il décède ou si un co-propriétaire décède ou tombe gravement malade alors qu’il est encore actif dans l’entreprise. En effet, il est sain d’inclure ces questions dans le cadre de votre planification de la continuité des activités et de la gestion des risques, en particulier lorsque l’on considère une enquête de Legal & General qui a révélé que 59% des entreprises estimaient qu’elles devraient cesser leurs activités en moins d’un an après le décès ou la maladie grave d’un membre clé.

En plus de ne pas vouloir penser au pire, l’une des raisons pour lesquelles les entreprises ne planifient pas mieux autour du décès ou de la maladie grave est qu’elles supposent à tort que leurs familles bénéficieront automatiquement de la valeur accumulée dans l’entreprise en cas de décès, mais ce n’est pas nécessairement le cas.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le film "Knock at the Cabin" dépasse la suite d'"Avatar" au box-office.

La position par défaut est généralement que les actions d’une société seront transmises à la succession du défunt, laissant les membres de la famille avec des actions et non de l’argent, et les co-propriétaires survivants avec de nouveaux actionnaires qui ont souvent peu ou pas de connaissances pratiques de l’entreprise, voire aucun intérêt pour celle-ci. Cela peut être une situation moins qu’idéale pour les deux parties.

Pourtant, il existe une solution simple pour éviter cela en ayant un accord d’option croisée.

Qu’est-ce que c’est ?

Un accord d’option croisée est un contrat entre les actionnaires d’une société anonyme privée et est un document privé qui n’a pas besoin d’être déposé au registre des sociétés. Il donne aux autres actionnaires la possibilité d’acheter les actions d’un actionnaire en incapacité ou décédé. Cette option permet aux actionnaires survivants de conserver le contrôle de l’entreprise sans avoir à introduire de nouveaux actionnaires.

L’accord prévoira également que les bénéficiaires d’un actionnaire décédé (très souvent le conjoint, les enfants ou d’autres membres proches de la famille) auront une option similaire pour demander aux actionnaires survivants d’acheter les actions du défunt, au cas où ces actionnaires survivants n’exerceraient pas leur propre option d’achat.

Pour ceux qui restent, que ce soit personnellement ou professionnellement, cela offre une véritable tranquillité d’esprit. Pour les membres de la famille, cela offre la certitude que les exigences de l’entreprise ne leur incomberont pas, et pour ceux qui restent dans l’entreprise, cela apporte une clarté quant à l’avenir de l’entreprise.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Comment Fonctionne l'Algorithme Instagram : Une Explication (2024)

Importamment, comme son nom l’indique, les accords d’option croisée n’offrent que cela, des options. Les parties ne sont pas obligées d’exercer leurs droits en vertu des options. Si ni les actionnaires survivants ni la succession du défunt n’exercent leurs droits, les actions seront héritées conformément au testament ou aux règles d’intestat et à tout accord entre actionnaires applicable, ce qui peut être particulièrement bienvenu dans une entreprise familiale où une seule personne a été désignée pour prendre la relève du défunt.

Que contiennent-ils ?

Les principaux éléments d’un accord d’option croisée comprennent les détails des actions éligibles à l’achat ou à la vente, les règles concernant la valorisation des actions (ou s’il doit y avoir un prix fixe) et un calendrier indiquant quand la transaction doit avoir lieu et quand les paiements doivent être effectués.

Valorisation et paiement des actions en cas de décès

En fonction des termes de l’accord d’option croisée, les actions peuvent avoir besoin d’être évaluées de manière indépendante. Certains accords contiennent une formule qui peut tenir compte de la valeur marchande et d’un multiple des bénéfices. Il y aura bien sûr des implications fiscales pour les deux parties dans toute vente et il est absolument essentiel que les deux parties recherchent des conseils financiers indépendants avant de conclure un accord d’option croisée et d’exercer leur option.

Les options croisées sont très souvent soutenues par une police d’assurance souscrite par chaque actionnaire, appelée police d’assurance de protection des actionnaires. Ceci est afin que lorsque qu’une option est exercée, les acheteurs aient les liquidités disponibles pour acheter les actions, sinon ils devront peut-être financer eux-mêmes le prix d’achat ou trouver un moyen pour l’entreprise de le financer, ce que beaucoup ne pourront pas se permettre. Cela peut laisser l’actionnaire survivant dans une position très difficile, légalement tenu d’acheter des actions à la suite de l’exercice d’une option par la succession, mais sans l’argent pour pouvoir payer le prix d’achat.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  1 employé britannique sur 5 préoccupé par les opportunités de carrière manquées en raison de problèmes de fertilité.

Ces polices d’assurance sont différentes des assurances “homme-clé” ou “personne-clé”, qui assurent simplement l’entreprise elle-même contre les pertes découlant directement de l’absence d’une personne clé. L’assurance de protection des actionnaires verse les sommes aux propriétaires de l’entreprise dans le seul but d’acquérir les actions du défunt ou de l’actionnaire gravement malade.

Que faut-il penser d’autre ?

En même temps que la conclusion d’un accord d’option croisée, vous devriez également mettre à jour votre testament pour refléter ce qui est prévu dans l’accord.

Il est tout aussi important de revoir et de renouveler l’accord d’option croisée et toute assurance de protection des actionnaires tous les quelques années pour vous assurer qu’il reflète toujours la situation actuelle de l’entreprise et sa valeur.

Alors que vous ne considérez peut-être pas comme une priorité de prendre de telles dispositions pour votre entreprise lorsque vous êtes encore jeune, en forme et en bonne santé, envisager un accord d’option croisée pourrait être une partie fondamentale de la sécurisation de l’héritage de votre entreprise.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles