Comment la numérisation fait évoluer l’agriculture

0
1
How digitisation is moving agriculture

JEANETTE CLARK : La numérisation et les bouleversements technologiques se sont accélérés au cours des deux dernières années, rendus nécessaires par la pandémie et la nécessité pour les entreprises de trouver de nouveaux moyens de faire des affaires. Dans le secteur agricole, le commerce électronique agricole – ou le commerce en ligne de produits agricoles, de produits frais et même de bétail – fait partie des nombreuses nouvelles méthodes trouvées.

John Hudson, responsable national de l’agriculture chez Nedbank, et Olebogeng Mogale, directeur de Digital Fast Lane chez Nedbank, se joignent à moi aujourd’hui pour discuter de ce secteur et se demander si l’agriculture a toujours su adopter les nouvelles technologies.

John, dans une perspective plus large, pouvez-vous nous dire ce que l’innovation technologique et la numérisation signifient pour l’agriculture ?

JOHN HUDSON : Merci, Jeanette. Très honnêtement, l’agriculture n’est pas différente de beaucoup d’autres secteurs. Je pense qu’elle joue un rôle vital et, comme vous l’avez dit, nous avons vu… [its] l’adoption du vaccin augmenter au cours de la pandémie. Mais pour être honnête, je pense que les agriculteurs ont très bien adopté la technologie et les solutions numériques, et que cela est dû à l’effet de compression des coûts et des prix. Les agriculteurs ont été sous pression, les marges ont été comprimées en permanence. Je pense que l’une des façons dont les agriculteurs sont restés dans le jeu est de s’attaquer à la technologie, donc dans ce sens, c’est vraiment, vraiment important.

Ce que je ressens, c’est que ce qui s’est passé récemment – la pandémie a probablement été l’étincelle – c’est que les agriculteurs regardent cela d’un œil plus attentif parce que nous voyons des exemples où c’est maintenant un “must”, vraiment, juste pour rendre leur vie plus facile, pour gagner du temps, pour être plus efficace dans leurs affaires. Je pense que la technologie et le numérique sont vraiment importants.

En outre, nous constatons également que le consommateur exerce une pression sur les agriculteurs, si l’on peut dire, et nous voyons que de nombreux changements se produisent sous l’impulsion des consommateurs. C’est donc une combinaison de choses. Les agriculteurs cherchent à faire mieux dans leur propre entreprise et à faire plus avec moins – pour être compétitifs, etc. Mais les consommateurs exigent également un bien meilleur service et de bien meilleurs produits, si l’on peut dire.

JEANETTE CLARK : Donc, à votre avis, quelle part de l’adoption du changement et de l’adaptation des pratiques [is] sont-elles déterminées par le consommateur en particulier ?

JOHN HUDSON : C’est vraiment intéressant, mais j’ai l’impression que le consommateur est de plus en plus à l’origine de ce phénomène. Ce que je veux dire par là, c’est que les consommateurs cherchent certainement à avoir des aliments nutritifs ; ils veulent des aliments nutritifs pour leurs familles. Ils veulent également des aliments sûrs. Ils veulent aussi commencer à comprendre l’histoire qui se cache derrière la production de ces aliments. Bien sûr, la durabilité devient également un facteur important, et les références des agriculteurs en matière de durabilité et de ce qu’ils produisent sont examinées de près. Nous constatons donc que les consommateurs sont à l’origine de cette évolution et, honnêtement, les agriculteurs doivent s’adapter.

Dans de nombreux cas, je pense qu’ils voient cela comme une excellente opportunité. Qu’il s’agisse de l’utilisation de la technologie blockchain, de l’utilisation de certaines plateformes de commerce électronique, de la possibilité de se connecter avec leurs consommateurs d’une manière beaucoup plus efficace, je pense que c’est là que beaucoup d’agriculteurs réalisent la valeur. Ils ne se sentent donc pas vraiment sous pression à cet égard, mais ils ont vu l’opportunité de renverser la situation et de transmettre ce qui est une belle histoire à leur base de consommateurs.

Je pense que Nedbank Avo en est un bon exemple. Vous savez, Nedbank Avo est vraiment là pour connecter les entreprises aux entreprises, et les entreprises aux clients. Je pense que cette plateforme a d’énormes possibilités dans l’espace agricole, et en fait elle fait déjà du bon travail en connectant les viticulteurs aux entreprises ou au consommateur final. Je pense donc que c’est un début et que c’est un très bon exemple. Mais, très franchement, il y en a beaucoup d’autres aussi.

JEANETTE CLARK : Ole, j’ai très envie d’entendre votre opinion sur certaines des tendances numériques qui ont une pertinence pour le secteur agricole. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

OLEBOGENG MOGALE : Absolument, absolument. Ce que nous constatons, c’est que les tendances ont tendance à suivre les besoins du marché, les défis du marché et les opportunités du marché. Il y a beaucoup d’adoption de technologies dans le secteur, en particulier en ce qui concerne la façon de cultiver mieux et plus intelligemment. Il y a donc l’adoption des technologies des drones, [the] l’Internet des objets et ainsi de suite. Vous avez des concepts tels que les voitures connectées et ainsi de suite.

Mais je pense qu’il y a aussi une tendance croissante : tout l’espace de l’économie de plateforme, d’accord, qui parle directement des questions d’offre et de demande, que John vient d’aborder. La plupart de ces tendances sont vraiment liées à deux choses. La première est l’accès – l’accès au marché.

Je pense qu’il y a aussi beaucoup de choses autour de l’intégrité de la chaîne d’approvisionnement et des questions de durabilité.

Mais certainement du côté de l’économie de plateforme, nous voyons l’émergence de nombreuses places de marché de commerce électronique – tant au niveau local qu’international – qui sont axées sur le secteur agricole.

Ensuite, sur le front de l’intégrité de la chaîne d’approvisionnement, nous assistons à l’adoption d’outils tels que la RFID. [radio-frequency identification] et la blockchain comme mécanismes permettant de donner au consommateur des connaissances et une assurance. Mais parce qu’ils contribuent à la traçabilité ou à la provenance des marchandises, ils sont également très utiles, et les cas d’utilisation ne feront que croître. Elles seront d’une grande aide en cas d’épidémies et de ce genre de choses.

Nous pensons que la blockchain en particulier, parce qu’elle a tellement de cas d’utilisation, va définitivement changer le visage du secteur. Nous voyons qu’elle est adoptée dans les contrats intelligents, ce qui est vraiment, vraiment génial, car elle facilite l’échange de données entre les acteurs du secteur, elle crée plus de visibilité pour les participants au marché, créant ainsi, je pense, une efficacité globale dans le système. Ce sont là quelques-unes des tendances que nous avons observées.

JEANETTE CLARK : Prenons un peu de recul. Vous avez mentionné l’économie de plateforme – comment voyez-vous son application ou son implantation dans le secteur ?

OLEBOGENG MOGALE : Il est en pleine croissance. Je pense que vous avez mentionné ou posé une question tout à l’heure pour savoir si le secteur est un grand adopteur de la technologie, et les preuves vont dans ce sens.

Si vous regardez les plateformes de marché ou les entreprises de plateforme comme DigiFarm au Kenya, il y a déjà plus de 2,5 millions d’agriculteurs inscrits. Pour moi, il n’y a donc pas de meilleure preuve de la propension du secteur à adopter les technologies. Ce qu’il fait, c’est [it] permet aux agriculteurs d’accéder aux opportunités de marché mais, plus important encore ou tout aussi important, d’accéder aux services financiers et aux solutions de crédit. Quand vous regardez du côté de l’Afrique du Sud et de la Zambie, vous avez une plateforme comme Mano [Products]qui a permis aux agriculteurs participants d’enregistrer une croissance moyenne de plus de 7 % au cours de la première année du projet pilote.

Il s’agit donc bien de faciliter l’accès au marché, d’aider les agriculteurs non seulement dans leurs activités agricoles, mais aussi en leur fournissant des informations sur les secteurs du marché qui déterminent ensuite l’offre, et des plateformes comme CropData en Inde le font très bien. Au niveau local, vous avez beaucoup de nouveaux acteurs émergents dans cet espace, que vous pensiez à Khula !, Nile, HelloChoices. La liste est vraiment, vraiment trop longue.

Mais il y a certainement une prolifération de places de marché numériques qui cherchent à aider les agriculteurs en particulier, les coopératives et autres, à accéder au marché.

JEANETTE CLARK : C’est intéressant quand vous parlez de route vers le marché. Est-ce que cela signifie que les technologies numériques facilitent la tâche des agriculteurs, [who] d’avoir un plus grand contrôle sur ce processus, la route vers le marché ?

OLEBOGENG MOGALE : Certainement, certainement. Cela permet de leur donner le contrôle de la façon dont vous amenez vos produits ou vos marchandises sur le marché. Donc pour nous, c’est la première chose. La deuxième chose, c’est que cela réduit aussi vraiment la distance, si vous voulez, entre le producteur et le détaillant ou le transformateur, et finalement le consommateur final aussi – ce qui crée des efficacités dans le système. Ces [players] peuvent atteindre 7,5 % ou plus, selon la nature de la chaîne de valeur.

Et pour répondre à la remarque de John sur la compression des marges, le secteur, en particulier les agriculteurs, ont toujours l’impression que cela commence vraiment à ouvrir ces opportunités de rentabilité en tant que telles. C’est donc un rôle clé ou un déblocage que les places de marché numériques auront certainement comme impact positif dans le secteur. Il ne s’agit pas nécessairement de suggérer qu’il s’agira d’une perturbation ou d’une refonte complète des chaînes de valeur telles que nous les connaissons, mais cela donne certainement aux agriculteurs… [and] les coopératives des modèles de distribution alternatifs, plus de flexibilité et cette proximité dont j’ai parlé entre eux et les consommateurs finaux. Voilà donc les tendances, oui.

JEANETTE CLARK : Selon vous, que doit faire le secteur, et les agriculteurs en particulier, pour tirer parti des possibilités offertes par la numérisation ?

OLEBOGENG MOGALE : Je pense que tout d’abord, en ce qui concerne, appelons-les, les places de marché numériques, ils pensent à ces opportunités non seulement du point de vue de leur route vers le marché, mais aussi du point de vue de profiter des opportunités d’approvisionnement que ces plateformes offrent. Nous constatons que de plus en plus de vendeurs d’intrants, d’équipements et autres adoptent non seulement le commerce électronique, leurs propres stratégies de commerce électronique, mais participent également à des places de marché ouvertes et numériques. Cela signifie qu’un agriculteur a également la possibilité de trouver assez facilement et commodément le meilleur prix pour ces intrants, et la meilleure offre possible au bon moment. Voilà pour la première partie.

Je pense que la deuxième partie en termes d’opportunités à saisir est que l’avènement des marchés numériques facilite vraiment l’accès aux solutions de fonds de roulement. Donc avec de plus en plus d’API [application programming interfaces] qui sont développées sur le marché pour les prêts et les paiements, il devient de plus en plus facile d’obtenir des articles à crédit en quelques clics. Cela signifie qu’en plus des avantages liés aux ventes et à l’automatisation, leurs propres clients bénéficieront également de ce que nous appelons “acheter maintenant, payer plus tard”, les agriculteurs recevant leur argent plus rapidement ou immédiatement. C’est évidemment une situation gagnante pour l’agriculteur et le vendeur.

Je pense que le dernier point que je voudrais aborder sur les opportunités est de dire qu’il n’y a pas beaucoup d’outils sur le marché qui aident vraiment les agriculteurs à adopter de meilleures pratiques du point de vue de la gestion des données, en connaissant l’état des choses en ce qui concerne vos cultures, vos processus, etc. Je pense que, de plus en plus, ces éléments seront des facteurs clés pour les prêteurs lorsqu’ils prendront des décisions de crédit. Les agriculteurs doivent donc adopter de plus en plus ces outils.

JEANETTE CLARK : Nous sommes certainement face à un avenir intéressant si l’on considère les nouveaux acteurs de l’économie des plateformes, les stratégies de commerce électronique pour l’agriculture et la poursuite de la perturbation numérique. J’ai hâte de voir ce qui nous attend.

C’était John Hudson, responsable national de l’agriculture chez Nedbank, et Olebogeng Mogale, directeur de Digital Fast Lane chez Nedbank, qui ont discuté du secteur et des effets de la numérisation.

Présenté par Nedbank Agri.

Moneyweb ne cautionne aucun produit ou service faisant l’objet d’une publicité dans les articles sponsorisés sur notre plateforme.

Retour à l’accueil Worldnet