PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentComment la gig economy se déplace vers le B2B

Comment la gig economy se déplace vers le B2B

Une étude récente a montré que 4,4 millions de personnes en Angleterre et au Pays de Galles travaillent pour des plateformes de l’économie des petits boulots au moins une fois par semaine. Alors que le monde adopte le travail à distance dans l’ère post-pandémique, de plus en plus d’entreprises repensent la manière dont elles recherchent des talents.

Si le travail en équipe est souvent associé au monde du B2C, la fluidité de la vie professionnelle fait que les entreprises se tournent de plus en plus vers ces plateformes. Ashmita Das, PDG de Kolabtree, explique ici comment les économies de la connaissance et de l’expertise vont faire évoluer le travail mobile au-delà du B2C.

L’idée que la gig economy est un service de commodité n’est pas nouvelle. Dans sa liste des 20 principaux emplois de l’économie des petits boulots, CareerAddict énumère tous les moyens de gagner un revenu supplémentaire, du covoiturage à la livraison de nourriture en passant par la garde d’animaux. De même, chaque fois que l’on entend parler de plateformes de travail indépendant, on pense à Uber et Deliveroo.

Si les deux dernières années nous ont appris quelque chose, c’est que les perceptions changent. Par exemple, avant la pandémie, le travail à distance était l’exception, mais du jour au lendemain, il est devenu la règle. De même, la gig economy est bien plus qu’une chaîne de montage pour les pizzas ou une façon de faire promener son chien – c’est une ressource précieuse, une solution flexible pour les entreprises du monde entier. Nous devons donc changer la façon dont nous percevons sa valeur.

Identifier un besoin

La pénurie de compétences techniques n’est un secret pour personne, et les propriétaires d’entreprises en souffrent depuis des années, voire des décennies. Selon TechNation, il y a eu l’an dernier plus de deux millions d’offres d’emploi dans le domaine de la technologie au Royaume-Uni, soit plus que dans tout autre domaine. La raison ? Un manque de compétences numériques essentielles. L’ancienne ministre de l’éducation Michelle Donelan s’y est même engagée : « Les employeurs, grands et petits, réclament à grands cris que davantage de personnes soient formées aux compétences numériques. »

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Comment la calculer et l'améliorer (2023)

Les initiatives telles que les camps d’entraînement, les apprentissages et les formations diplômantes sont toutes admirables, mais ne peuvent aller plus loin pour combler le fossé. Outre le fait qu’il faut plusieurs années pour former entièrement de nouvelles personnes en interne, les personnes travaillant dans des domaines hautement techniques, comme la biotechnologie, ont besoin de spécialistes possédant des qualifications avancées et ayant déjà plusieurs années d’expérience à leur actif.

Prenons cet exemple. Une start-up recherche des services de conseil en matière de dispositifs médicaux pour une soumission à la FDA ou au règlement sur les dispositifs médicaux de l’UE (MDR) afin de l’aider à commercialiser son produit avec succès. Au cours du processus d’appel d’offres, l’équipe en charge du produit peut stipuler que le consultant doit avoir déjà travaillé sur des soumissions similaires ou, au moins, avoir une expérience préalable des réglementations.

Entrez dans l’économie des experts

Selon un rapport d’AON, 26 % des directeurs des ressources humaines européens estiment que 51 à 75 % de la main-d’œuvre seront des travailleurs indépendants dans cinq ans, tandis que 18 % de leurs homologues britanniques pensent qu’au moins trois quarts de leur main-d’œuvre seront des contractants dans cinq ans.

Le travail à distance et le travail hybride étant devenus la norme pour de nombreuses entreprises, nous vivons aujourd’hui à l’ère du « nomade numérique » : les employés peuvent appliquer leurs compétences où qu’ils soient dans le monde et gagner leur vie sans avoir à se déplacer physiquement pour travailler. Si l’on ajoute à cela le fait que la pénurie de compétences en matière de STIM coûte déjà 1,5 milliard de livres sterling par an aux entreprises britanniques, il n’est pas étonnant que de plus en plus d’entrepreneurs profitent de la liberté qu’offrent les plateformes de concerts.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Voici comment la Chine soutient son économie en attendant les mesures de relance

L’idée que la gig economy est un service B2C pour cols bleus est rapidement dépassée. Alors que de plus en plus d’entreprises planifient leur avenir en matière de travail à distance, l’ancienne gig economy des entrepreneurs et des travailleurs qualifiés est remplacée par une économie d’experts composée d’experts en la matière et de leaders du secteur. Les entreprises scientifiques et universitaires sont celles qui bénéficieront de ce changement, avec un afflux rapide d’experts, de chercheurs, de rédacteurs de contenu et d’autres spécialistes se présentant comme disponibles pour une location flexible.

Un accord mutuellement bénéfique

La gig economy est désormais une solution très réelle et très efficace pour le secteur B2B. Cette évolution vers l’économie de l’expertise présente des avantages tant du côté de la demande que de l’offre, qui ne sont pas toujours appréciés à leur juste valeur. Comme nous l’avons mentionné, les entreprises peuvent faire appel à cette expertise pour des projets spécifiques, en l’utilisant pour tester leurs théories, les mettre en pratique et ensuite rédiger les résultats.

Parallèlement, de plus en plus de personnes délaissent le milieu universitaire et l’industrie pour se tourner vers le freelancing, afin de bénéficier d’une plus grande flexibilité et d’un meilleur contrôle de leurs horaires de travail. Le freelancing permet à ces spécialistes de choisir les projets sur lesquels ils travaillent, ainsi que le moment et le lieu où ils le font – ce que les rôles traditionnels en interne ne permettent souvent pas.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Andrea Arnold fait voler "Bird" vers des émotions vertigineuses

Où allons-nous maintenant ?

50 des plus grands employeurs du Royaume-Uni ont déjà déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention de renvoyer tout le personnel au bureau à plein temps dans un avenir proche, la flexibilité est donc clairement là pour rester. D’après mon expérience, les entreprises qui embauchent des freelances pour la première fois se heurtent souvent à des obstacles initiaux – mise en place des politiques RH nécessaires, ajustement des processus de paie et prise en compte des employés contractuels dans les stratégies de recrutement. Une fois que les propriétaires d’entreprises ont surmonté ces défis, il devient plus facile d’engager un deuxième, un troisième ou n’importe quel nombre de spécialistes externes.

La culture de l’entreprise est essentielle, tout comme la préparation des équipes internes à la collaboration avec les freelances. L’équipe a-t-elle l’habitude de travailler avec des free-lances ? Si ce n’est pas le cas, il est important de fixer des paramètres et de préciser l’étendue du rôle du freelance le plus tôt possible pour rassurer le personnel permanent. Il est facile de négliger ces mesures subtiles, mais elles sont tout aussi importantes pour le processus d’intégration que toute signature de contrat ou formalité.

Le travail à distance est là pour rester et, avec près de quatre millions et demi de personnes travaillant pour des plateformes de l’économie des petits boulots chaque semaine, les propriétaires d’entreprises peuvent tirer parti de leur nouvelle flexibilité en s’assurant les services de talents du monde entier. En exploitant l’économie des experts en pleine croissance, des plateformes comme Kolabtree dépassent la sphère B2C pour fournir des compétences spécialisées aux entreprises dans un large éventail de secteurs hautement techniques.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles